Recherche rapide (aide ?)

Navigation (aide ?)

Les 15 premiers résultats... sur 27 !!!

Doradille
Asplenium L., 1753

Doradille noire
Asplenium adiantum-nigrum L., 1753

Doradille de Breyne
Asplenium x alternifolium Wulfen, 1781

Cétérac officinal
Asplenium ceterach L., 1753

Cétérac officinal
Asplenium ceterach L. subsp. ceterach

Doradille de Haller
Asplenium fontanum (L.) Bernh., 1799

Doradille de Haller
Asplenium fontanum (L.) Bernh. subsp. fontanum

Asplénie de Heli
Asplenium x helii Lusina, 1943

Doradille du Verdon
Asplenium jahandiezii (Litard.) Rouy, 1913

Doradille des ânes
Asplenium onopteris L., 1753

Doradille de Pétrarque
Asplenium petrarchae (Guérin) DC., 1815

Doradille de Pétrarque
Asplenium petrarchae (Guérin) DC. subsp. petrarchae

Rue des murailles
Asplenium ruta-muraria L., 1753

Doradille de la dolomie
Asplenium ruta-muraria subsp. dolomiticum Lovis & Reichst., 1964

Rue des murailles
Asplenium ruta-muraria L. subsp. ruta-muraria

Mentions légales

Les données mises en forme dans cet Atlas en ligne (carte, textes, graphiques...) ne peuvent être utilisées ou reproduites sans l'accord explicite d'INFLORALHP.

Les photos et illustrations de cet Atlas en ligne sont la propriété exclusive de leurs auteurs. Sauf indication contraire, elles peuvent être utilisées suivant les conditions de la licence Creative Common CC-CY-NC-SA (citation de l'auteur - pas d'utilisation commerciale - partage dans les mêmes conditions).



Carotte sauvage

Daucus carota L., 1753

Apiaceae
(†Ombellifères)
Description

   d'après Ombellifères de France, J.-P. Reduron
• Plante atteignant 0,3-0,8(1,5) m, ramifiée, velue, à odeur de carotte au froissement. Racine faiblement développée, peu charnue, de diamètre voisin de celui de la tige, fibreuse, flexible et non cassante, non pigmentée (blanc jaunâtre), désagréable au goût, souvent ramifiée. Tige pleine, sillonnée, généralement velue, souvent rude, surtout à la base.
• Feuilles minces et molles, mates, velues, les inférieures de contour triangulaire-allongé, (1)2-3-divisées-pennées en derniers segments ovales plus ou moins allongés, quelquefois cunéiformes, incisés-dentés en lobes lancéolés, de largeur très variable, parfois linéaires, mucronés. Feuilles moyennes et supérieures de pourtour ovale, découpées en lobes relativement étroits, lancéolés-linéaires ou linéaires.
• Ombelles de taille moyenne [diamètre (3,5)5-7(8) cm], formées de (15)20-40(80) rayons grêles, plus ou moins inégaux, souvent pourvues d'une fleur centrale pourpre, planes ou bombées au stade floral et incurvées en nid à maturité. Involucre de 7-13 bractées 1-divisées-pennées ou 1-divisées-ternées en segments linéaires. Involucelle à 7-10 bractéoles linéaires-acuminées, membraneuses au bord (parfois presque entièrement), entières ou les extérieures trifides.
• Fleurs blanches, parfois rosées, rayonnantes. Sépales très courts (± 0,1 mm) mais triangulaires-aigus. Pétales circonférentiels élargis-cordiformes, profondément échancrés, bifides. Anthères de couleur très variable : blanches, roses, violacées, pourpres, jaunes, ou même vert pâle, devenant brun clair par la suite. Stylopode blanc-verdâtre, parfois grenat.
• Fruit ellipsoïde ou ovoïde, (2)2,3-3,3(4) mm, muni sur les côtes secondaires d'un seul rang d'aiguillons fins et allongés, égalant environ le corps du fruit (ne le dépassant généralement pas), un peu élargis à la base, mais peu confluents, parfois libres, terminés par un ou plusieurs crochets. Côtes primaires peu visibles pourvues de deux rangées de poils simples, courts. 1 vitta par vallécule sous les côtes secondaires, 2 commissurales. Styles 2-4 fois plus longs que le stylopode, divergents.


   La sous-espèce est rarement précisée. On trouve cependant des données pour la sous-espèce type et pour la sous-espèce maximus (Desf.) Ball.
   Nous pensons que seul le type est présent dans le département.

  • n° 736 du catalogue de L. Laurent.
  • Indigène. Juillet-octobre. Hémicryptophyte. Subcosmopolite.
  • Première observation connue : Simon-Jude Honnorat (La Brillanne, 1845).
  • Très large amplitude du mésoméditerranéen au sommet du subalpin (250-2000 m). Héliophile, thermophile à mésothermophile, xérophile à mésophile. Biotopes essentiellement secondaires : vergers, champs cultivés, friches, décombres, talus entretenus, bord des routes, etc.
  • Très commun - 2894 observations - 196/198 communes - 275/341 mailles. La carotte est présente dans tous les districts jusqu’à 2000 m.
Floraison :

JFMAMJJASOND

juillet-octobre
Écologie :

Altitudes :

3000 m
2000 m
1000 m
0 m
Taxinomie (Liens entre une espèce et ses sous-espèces)
Photos de la plante (9 photos disponibles)
1) Survolez une photo pour afficher les informations de prise de vue…
2) Cliquez sur les photos pour les agrandir…
 
Cartographie (Maillage INPN 5x5km)
Très commun - 275/341 mailles.
40 Cité avant et après 1991
231 Cité après 1991 seulement
4 Cité avant 1992 seulement
  À confirmer/infirmer
  Erroné
Rédaction de la fiche : Christophe BONNET
Référentiel taxinomique : TaxRef v15
Mise en ligne de la fiche le : 01/02/2021
Modification ou ajout de photo(s) le : 10/05/2022