Recherche rapide (aide ?)

Navigation (aide ?)

Les 7 résultats...

Berce
Heracleum L., 1753

Berce du Jura
Heracleum alpinum L., 1753

Berce du Caucase
Heracleum mantegazzianum Sommier & Levier, 1895

Berce naine
Heracleum pumilum Vill., 1779

Patte d'ours
Heracleum sphondylium L., 1753

Berce élégante
Heracleum sphondylium subsp. elegans (Crantz) Schübl. & G.Martens, 1834

Grande Berce
Heracleum sphondylium L. subsp. sphondylium

Mentions légales

Les données mises en forme dans cet Atlas en ligne (carte, textes, graphiques...) ne peuvent être utilisées ou reproduites sans l'accord explicite d'INFLORALHP.

Les photos et illustrations de cet Atlas en ligne sont la propriété exclusive de leurs auteurs. Sauf indication contraire, elles peuvent être utilisées suivant les conditions de la licence Creative Common CC-CY-NC-SA (citation de l'auteur - pas d'utilisation commerciale - partage dans les mêmes conditions).



Chénopode des murailles

Chenopodiastrum murale (L.) S.Fuentes, Uotila & Borsch, 2012

Chenopodium murale L., 1753

Amaranthaceae
Description

   Flore de Coste
• Plante annuelle de 30-80 cm, verte ou parfois rougeâtre. Tige dressée, anguleuse, ordinairement rameuse.
• Feuilles vertes ou un peu pulvérulentes en dessous, un peu épaisses, ovales-rhomboïdales en coin ou lancéolées, fortement et inégalement dentées, à dents aiguës.
• Glomérules verdâtres, en panicule lâche, feuillée inférieurement, à rameaux étalés. Périanthes cachant entièrement le fruit, à lobes un peu carénés.
• Graines de 1,25 mm, horizontales, ternes, ponctuées-rugueuses, à bord caréné-aigu.


   C'est une espèce annuelle des décombres et autres lieux anthropisés à floraison hivernale.

  • n° 1637 du catalogue de L. Laurent (Chenopodium murale L.).
  • Indigène. Octobre-avril. Thérophyte. Subcosmopolite d'origine centreuropéenne.
  • Première observation connue : Jean-Baptiste Maurin (1940, Allos). Mais cette donnée est peu crédible. Il faut alors attendre 1996 pour que É. Chas le signale à Saint-Vincent-du-Jabron.
  • Supraméditerranéen autour de 800 m. Héliophile, mésothermophile, mésoxérophile, nitrophile. Réputé rudéral, les mentions récentes de Saint-Vincent-du-Jabron le localisent dans et au pied d'escarpements fréquentés par les moutons.
  • Exceptionnel - 3 observations retenues/4 - 1/198 communes - 1/341 mailles. Saint-Vincent-sur-Jabron. La donnée historique d'Allos est peu crédible compte tenu de l'écologie de cette espèce. Jabron. Haut-Verdon ?
Floraison :

JFMAMJJASOND

octobre-avril
Écologie :

Altitudes :

3000 m
2000 m
1000 m
0 m
Photos de la plante (1 photo disponible)
1) Survolez une photo pour afficher les informations de prise de vue…
2) Cliquez sur les photos pour les agrandir…
 
Cartographie (Maillage INPN 5x5km)
Exceptionnel - 1/341 mailles.
  Cité avant et après 1991
1 Cité après 1991 seulement
  Cité avant 1992 seulement
1 À confirmer/infirmer
  Erroné
Rédaction de la fiche : Christophe BONNET
Référentiel taxinomique : TaxRef v15
Mise en ligne de la fiche le : 01/02/2021
Modification ou ajout de photo(s) le : 20/10/2022