Recherche rapide (aide ?)

Navigation (aide ?)

Les 15 premiers résultats... sur 27 !!!

Doradille
Asplenium L., 1753

Doradille noire
Asplenium adiantum-nigrum L., 1753

Doradille de Breyne
Asplenium x alternifolium Wulfen, 1781

Cétérac officinal
Asplenium ceterach L., 1753

Cétérac officinal
Asplenium ceterach L. subsp. ceterach

Doradille de Haller
Asplenium fontanum (L.) Bernh., 1799

Doradille de Haller
Asplenium fontanum (L.) Bernh. subsp. fontanum

Asplénie de Heli
Asplenium x helii Lusina, 1943

Doradille du Verdon
Asplenium jahandiezii (Litard.) Rouy, 1913

Doradille des ânes
Asplenium onopteris L., 1753

Doradille de Pétrarque
Asplenium petrarchae (Guérin) DC., 1815

Doradille de Pétrarque
Asplenium petrarchae (Guérin) DC. subsp. petrarchae

Rue des murailles
Asplenium ruta-muraria L., 1753

Doradille de la dolomie
Asplenium ruta-muraria subsp. dolomiticum Lovis & Reichst., 1964

Rue des murailles
Asplenium ruta-muraria L. subsp. ruta-muraria

Mentions légales

Les données mises en forme dans cet Atlas en ligne (carte, textes, graphiques...) ne peuvent être utilisées ou reproduites sans l'accord explicite d'INFLORALHP.

Les photos et illustrations de cet Atlas en ligne sont la propriété exclusive de leurs auteurs. Sauf indication contraire, elles peuvent être utilisées suivant les conditions de la licence Creative Common CC-CY-NC-SA (citation de l'auteur - pas d'utilisation commerciale - partage dans les mêmes conditions).



Cerfeuil sauvage

Anthriscus sylvestris (L.) Hoffm., 1814

Apiaceae
(†Ombellifères)
Description

   d'après Ombellifères de France, J.-P. Reduron
• Plante vivace atteignant 0,5-1,5 m rarement plus basse, à pilosité variable, souvent glabre à la partie supérieure. Tige creuse, cannelée.
• Feuilles à contour triangulaire-allongé (sauf pour la subsp. alpina), 2-3-divisées-pennées en derniers segments et lobes de largeur très variable. Divisions inférieures d'ordre 1 plus petites que le reste du limbe. Pétiole des feuilles basales souvent plus long que le limbe. Gaine un peu élargie, blanche membraneuse au bord, souvent plus velue aux 2 extrémités. Limbe luisant surtout à la face inférieure (apparence plus mate chez les exemplaires les plus densément velus). Marge foliaire et nervures de la face inférieure velues-scabres. Dents terminées par une pointe triangulaire surmontée d'un mucron.
• Ombelles nombreuses à pétales circonférentiels plus grands. Première ombelle fleurie réduite [1-4 (6) rayon(s)], parfois absente. Autres ombelles plus longuement pédonculées, à (5) 7-16 rayons subégaux, glabres. Involucre absent. Involucelle à bractéoles lancéolées, acuminées et ciliées parfois teintées de pourpre.
• Pédicelles floraux souvent munis d'une couronne de poils à la partie supérieure. Sépales non développés. Pétales blanc pur ou crème, inégaux, les circonférentiels plus grands [(1,3)2,5(4) mm], plans, obovales, tronqués et légèrement émarginés à l'apex, glabres à la marge. Anthères blanches puis brunissant parfois, pollen blanc. Stylopode vert pâle, plat, non débordant, moyennement lobé. Styles repliés-entrecroisés au début de la floraison.
• Fruit ovoïde très allongé, 5-9 mm, glabre, lisse et luisant, noir à maturité, sans côtes apparentes, à rostre très court. Face commissurale creusée en sillon. Vittae absentes. Styles écartés-dressés, plus ou moins divergents, aussi longs à (rarement) 2 (3) fois plus longs que le stylopode.
   L'espèce est facile à distinguer des autres Ombellifères françaises (à l'exception d'A. nitida), au stade floral comme au stade fruit. Les pétales circonférentlels plans, obovales. tronqués, légèrement émarginés à l'apex et glabres à la marge sont caractéristiques. Le fruit très allongé, lisse et luisant est typique. Sur le terrain, on peut rechercher sur la plante la première ombelle produite. Elle est peu visible car réduite et se cache souvent au milieu du végétal. c'est un très bon critère pour le groupe sylvestris (A. sylvestris, A. nitida).


   Deux sous espèces, sylvestris et alpina (Vill.) Gremli sont reconnues en France, toutes les deux citées dans le département.

  • n° 809 du catalogue de L. Laurent (Anthriscus silvestris Hoffm.).
  • Indigène. Mai-juin. Hémicryptophyte. Paléotempéré.
  • Première observation connue : Charles Flahault (1897, Faucon-de-Barcelonnette).
  • Large amplitude, du mésoméditerranéen à la base du subalpin (400-2000 m). Héliophile à mésosciaphile, mésothermophile, mésophile à mésohygrophile, nitratophile. C'est une espèce ubiquiste qui se trouve principalement dans des milieux secondaires : sous-bois frais en situation abyssale , ripisylves, prairies, lisières des bois, bosquets, haies, talus… Elle est en situation primaire (subsp. alpina (Vill.) Gremli) dans les éboulis calcaires.
  • Commun - 469 observations - 125/198 communes - 171/341 mailles. Le cerfeuil des bois est cité de tous les districts, mais se raréfie cependant nettement dans le secteur sud-ouest le plus méditerranéen.

   d’après J.-P. Reduron
1. Plante robuste dépassant souvent 0,5 m. Feuilles basales de taille moyenne à grande (limbe long de 12-32 cm), le plus souvent amples : subsp. sylvestris.
1'. Plante grêle dépassant rarement 0,5 m, presque glabre. Feuilles basales de petite taille (limbe long de 6-10 cm) : subsp. alpina.

Floraison :

JFMAMJJASOND

mai-juin
Écologie :

Altitudes :

3000 m
2000 m
1000 m
0 m
Taxinomie (Liens entre une espèce et ses sous-espèces)
Photos de la plante (9 photos disponibles)
1) Survolez une photo pour afficher les informations de prise de vue…
2) Cliquez sur les photos pour les agrandir…
 
Cartographie (Maillage INPN 5x5km)
Commun - 171/341 mailles.
15 Cité avant et après 1991
154 Cité après 1991 seulement
2 Cité avant 1992 seulement
  À confirmer/infirmer
  Erroné
Rédaction de la fiche : Christophe BONNET
Référentiel taxinomique : TaxRef v15
Mise en ligne de la fiche le : 01/02/2021
Modification ou ajout de photo(s) le : 10/05/2022