Recherche rapide (aide ?)

Navigation (aide ?)

Les 2 résultats...

Potentille
Argentina Hill, 1756

Potentille des oies
Argentina anserina (L.) Rydb., 1899

Mentions légales

Les données mises en forme dans cet Atlas en ligne (carte, textes, graphiques...) ne peuvent être utilisées ou reproduites sans l'accord explicite d'INFLORALHP.

Les photos et illustrations de cet Atlas en ligne sont la propriété exclusive de leurs auteurs. Sauf indication contraire, elles peuvent être utilisées suivant les conditions de la licence Creative Common CC-CY-NC-SA (citation de l'auteur - pas d'utilisation commerciale - partage dans les mêmes conditions).



Orobanche pourpre

Phelipanche purpurea (Jacq.) Soják, 1972

Orobanche purpurea Jacq., 1762

Orobanchaceae
Description

   d'après la Flore de Coste
• Plante de 15-60 cm, furfuracée-glanduleuse.
• Tige un peu épaissie à la base, assez robuste, simple, bleuâtre, à écailles peu nombreuses, longues de 2 cm.
• Fleurs longues de 18-30 mm, penchées-courbées, en épi cylindracé ordinairement lâche, arrondi au sommet. Calice à lobes lancéolés-aigus, ordinairement plus courts que le tube. Corolle d'un bleu violet, à veines plus foncées, à lobes aigus ou obtus, brièvement poilus.
• Anthères glabres ou à quelques cils. Stigmate blanc.


   Un seul relevé précise la sous-espèce, en l'occurrence le type.
Flora Gallica : "… parasite sur Achillea millefolium ou parfois Artemisia campestris en situation rudérale, caractérisée par son port grêle et lâche, par ses corolles assez claires à lobes lancéolés et parsemés de poils simples. Deux autres taxons présents en France sont à rechercher en basse montagne : subsp. millefolii Carlón et al., parasite sur divers Achillea en pelouses primaires sèches, distincte du type par ses corolles d’un violet sombre uniforme à l’intérieur, à lobes arrondis, mucronulés, peu velus sur les faces mais densément bordés de cils glanduleux, et subsp. bohemica (Čelak.) J. Zázvorka, parasite sur Artemisia campestris, distincte du type par son port robuste et dense imitant P. arenaria et par son stigmate jaunâtre, observée récemment [dans le Var et les Bouches-du-Rhône].".

  • n° 1496 du catalogue de L. Laurent (Orobanche purpurea Jacq.).
  • Indigène. Mai-août. Thérophyte, géophyte. Européen (sud) et sibérien (sud).
  • Première citation connue : Marc Philippe (Saint-Paul, 1987).
  • Du mésoméditerranéen au sommet du montagnard (650-1950 m). Son écologie est celle de ses hôtes, les achillées : héliophile, thermophile, mésoxérophile. Dans les pelouses sur Achillea.
  • Assez rare - 26 observations - 16/198 communes - 19/341 mailles. C'est une orobanche assez rare disséminée dans une grande partie du département. Ubaye, Adret de Lure, Pays de Manosque, Bas-Verdon, Moyen-Verdon, Bassin du Sasse, Plateau de Valensole.

   Elle se remarque par ses corolles striées de violet très sombre.

Floraison :

JFMAMJJASOND

mai-août
Écologie :

Altitudes :

3000 m
2000 m
1000 m
0 m
Taxinomie (Liens entre une espèce et ses sous-espèces)
• Phelipanche purpurea (Jacq.) Soják, 1972
  ↳ Phelipanche purpurea (Jacq.) Soják subsp. purpurea
Photos de la plante (2 photos disponibles)
1) Survolez une photo pour afficher les informations de prise de vue…
2) Cliquez sur les photos pour les agrandir…
 
Cartographie (Maillage INPN 5x5km)
Rédaction de la fiche : Christophe BONNET
Référentiel taxinomique : TaxRef v16
Mise en ligne de la fiche le : 01/02/2021
Modification ou ajout de photo(s) le : 29/12/2022