Recherche rapide (aide ?)

Mentions légales

Les données mises en forme dans cet Atlas en ligne (carte, textes, graphiques...) ne peuvent être utilisées ou reproduites sans l'accord explicite d'INFLORALHP.

Les photos et illustrations de cet Atlas en ligne sont la propriété exclusive de leurs auteurs. Sauf indication contraire, elles peuvent être utilisées suivant les conditions de la licence Creative Common CC-CY-NC-SA (citation de l'auteur - pas d'utilisation commerciale - partage dans les mêmes conditions).



Angélique des bois, Angélique sauvage

Angelica sylvestris L., 1753

Apiaceae
(† Ombellifères)
Description

   d'après Ombellifères de France, J.-P. Reduron
L'espèce fait partie des robustes Ombellifères à segments foliaires lancéolés. Elle peut se confondre avec Aegopodium podagraria à cause des segments foliaires semblables, mais l'égopode est une plante plus grêle dont l'ombelle n'a pas de bractéoles et dont le fruit est très différent.
• Plante robuste, atteignant 0,7-2 (3) m, glabre dans l'ensemble. Tige creuse, striée, souvent glauque ou rouge violacé, ramifiée et parfois pubescente à la partie supérieure.
• Feuilles très amples, glabres ou pubescentes à la face inférieure, 2-3-divisées-pennées en derniers segments ovales-lancéolés, de largeur variable (d'ovales-suborbiculaires à elliptiques-allongés), à plus grande largeur souvent dans la moitié inférieure, à base cordiforme à décurrente (ce qui est plus rare : segments terminaux en général), entiers et dentés en scie. à dents mucronées. Pétiole canaliculé, glabre ou velu. Gaine des feuilles caulinaires nettement renflée.
• Ombelles (sauf les tardives) grandes (diamètre 9-26 cm), hémisphériques, formées de (20)30-40(90) rayons subégaux ou inégaux, pubescents. Ombellules globuleuses. Involucre absent ou très réduit. Involucelle formé de nombreuses bractéoles linéaires.
• Fleurs blanches ou rosés, parfois purpurines ou verdâtres. Sépales non développés (bourrelet). Pétales de ± 2 mm. entiers, lancéolés, acuminés (apex étalé ou dressé, à peine recourbé, non infléchi), glabres. Anthères blanches ou rosés. Stylopode blanchâtre, en plateau à marge festonnée. Styles fins et allongés dès le stade floral.
• Fruit (3,5)4-5(7,7) mm, elliptique-subrectangulaire, glabre, parcouru de côtes dorsales nettement saillantes, épaisses et obtuses, les marginales ailées, de largeur variable (le plus souvent nettement plus larges que le corps central du fruit), rectilignes ou ondulées, non jointives entre elles. Vittae visibles, 1 par vallécule dorsale, 2 commissurales plus ou moins rapprochées du centre du fruit. Styles réfléchis, 2-4 fois plus longs que le stylopode. Carpophore divisé jusqu'à la base.


   Deux sous-espèces sont encore retenues, bernardae Reduron et type. Mais cette distinction ne semble pas satisfaisante et devrait disparaître dans les prochaines révisions de l'espèce. En attendant, les données de ces deux sous-espèces sont codées en "à confirmer", non comme doute sur la présence d'A. sylvestris mais pour souligner la fragilité de la distinction de ses deux sous-espèces.

  • n° 752 du catalogue de L. Laurent (Angelica silvestris L.).
  • Indigène. Juillet-septembre. Hémicryptophyte. Européen et sibérien.
  • Première citation connue : 1845, Simon-Jude Honnorat (Vergons).
  • Large amplitude du mésoméditerranéen au subalpin [250-2000 m (2200)]. Héliophile à mésosciaphile, mésothermophile à mésocryophile, mésophile à mésohygrophile, neutrophile, calcicole. Ripisylves, berges humides, ceintures des marécages, mégaphorbiaies et prairies humides.
  • Commun - 413 observations - 78/198 communes - 123/341 mailles. L'angélique des bois est présente dans tout le département, disséminée dans le tiers sud-ouest, plus commune dans le Bassin de Seyne et le Haut-Verdon.

   d’après Jean-PIerre Reduron (Ombellifères de France)
1. Segments foliaires de contour nettement allongé, étroitement élliptiques ou lancéolés [L/l (2,2)2,6-3,6(5)], souvent décurrents et parfois soudés entre eux à la base, plus rarement non décurrents. Ombelles moins nombreuses [<30 (moy.: 19-26], mais de plus grand diamètre (moy.: 18-21 cm) et à rayons plus nombreux [>40 (moy.: 48-60)]. Bractéoles plus nombreuses [>10 (moy.: 11-13]. Corps central du fruit plus large (1,7-2,1 mm). Plante de montagne, rarement entraînée en plaine : subsp. bernardae.
1'. Segments foliaires de contour ovale-large, d'ovale-suborbiculaire à ovale-lancéolé [L/l (1,1)1,4-1,7(2,3)], généralement non décurrents mais cordiformes, arrondis ou cunéiformes à la base, rarement décurrents. Ombelles plus nombreuses [>40 (moy.: 43], mais de plus petit diamètre (moy.: 12 cm) et à rayons moins nombreux [<40 (moy.: 32)]. Bractéoles moins nombreuses [<10 (moy.: 7]. Corps central du fruit un peu moins large (± 1,5 mm). Plante se rencontrant en plaine comme en montagne : subsp. sylvestris.

Floraison :

JFMAMJJASOND

juillet-septembre
Écologie :

Altitudes :

3000 m
2000 m
1000 m
0 m
Taxinomie (Liens entre une espèce et ses sous-espèces)
Photos de la plante ( 4  photos disponibles)
1) Survolez une photo pour afficher les informations de prise de vue…
2) Cliquez sur les photos pour les agrandir…
 
Cartographie Angelica sylvestris
Commun - 78/198 communes
 Cité après 1999
 Cité avant 2000 seulement
 À confirmer/infirmer
 Erroné
Rédaction de la fiche : Christophe BONNET
Référentiel taxinomique : TaxRef v17
Mise en ligne de la fiche le : 01/02/2021
Modification ou ajout de photo(s) le : 11/03/2024