Recherche rapide (aide ?)

Les 3 dernières news...

Mentions légales

Les données mises en forme dans cet Atlas en ligne (carte, textes, graphiques...) ne peuvent être utilisées ou reproduites sans l'accord explicite d'INFLORALHP.

Les photos et illustrations de cet Atlas en ligne sont la propriété exclusive de leurs auteurs. Sauf indication contraire, elles peuvent être utilisées suivant les conditions de la licence Creative Common CC-CY-NC-SA (citation de l'auteur - pas d'utilisation commerciale - partage dans les mêmes conditions).



Lexique

Qu'en termes choisis ces choses-là sont dites
Berardia lanuginosa

   Comme beaucoup de disciplines, la botanique possède son vocabulaire. Il n'est ni plus simple, ni plus compliqué qu'un autre, mais parfois un peu déroutant. Nous avons essayé de compiler ici certains de ces termes techniques.
   Dans les autres pages du site, vous pouvez obtenir directement la définition d'un mot en passant le pointeur sur celui-ci quand il est souligné de pointillés bleus. Par exemple : Dryade(n.f.) Essence d'ombre à l'état juvénile et à longue durée de vie (ex.: hêtre, sapin...)..
1387 définitions trouvées…
Tout|A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M|N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z|
A ↑ haut
Abaxial (adj.) Situé du côté opposé à l'axe.
Syn.: ventral, antérieur.
Contraire : adaxial, dorsal, postérieur.
 
Absorbant (Poil) (adj.) Pour qualifier une cellule épidermique à rôle d'absorption, allongée en poil, portée par la racine jeune.  
Abyssale (Station) (adj.) Se dit d'une station de basse altitude ayant un climat local nettement plus froid que le climat régional et permettant, de ce fait, la survie d'espèces de haute montagne en dehors de leur aire principale.  
Acaule (adj.) Se dit d'une plante sans tige aérienne apparente ou à tige si courte que les feuilles semblent naître de la racine (ex.: violette odorante, gentiane acaule).
Contraire : caulescent.
 
Accomodat (n.m.) Plante présentant des modifications phénotypiques (morphologiques) qui résultent de l'action de facteurs écologiques. Ces modifications ne sont pas génétiquement transmissibles (ex.: populations d'arbres d'une même espèce mais dont la dimension des feuilles diffère suivant qu'ils poussent à l'ombre ou en plein soleil).  
Accrescent (adj.) Se dit d'un organe continuant à s'accroître après la floraison (ex. des pétales accrescents poursuivent leur croissance après la floraison).  
Achaine (n.m.) Fruit sec, indéhiscent, à 1 seule graine libre, c'est à dire n'adhérant pas au péricarpe.
Syn.: achène, akène.
 
Achène (n.m.) Fruit sec, indéhiscent, à 1 seule graine libre, c'est à dire n'adhérant pas au péricarpe.
Syn.: achaine, akène.
 
Achlamydé (adj.) Sans périanthe, c'est à dire sans corolle, ni calice.
Syn.: apérianthé.
 
Aciculaire (adj.) En forme d'acicule. Par extension, se dit d'une feuille linéaire, raide et aiguë comme une aiguille (pins).  
Acicule (n.m.) Petit aiguillon délicat, ordinairement droit, qui recouvre certains organes.  
Acide (adj.) De pH < 7 (souvent même < 5). Qualifie un sol sans calcaire. Certaines tourbes, la terre de bruyère où la décomposition de l'humus est très lente. Plus généralement, qualifie un sol pauvre en cations, notamment en calcium et magnésium, d'un pH inférieur à 7 et même beaucoup moins dans les podzols et les tourbières à Sphaignes.
Contraire : alcalin, basique.
 
Acidicline (adj.) Pour qualifier des plantes se développant sur des sols à tendance acide.  
Acidiphile (adj.) Qualifie une plante ou groupement végétal localisé plus ou moins exclusivement sur les sols acides (pH souvent < 5).
Syn.: acidophile (mais terme plutôt utilisé en cytologie), calcifuge.
 
Acidophile (adj.) Littéralement "qui aime l'acidité". Plutôt utilisé en cytologie, il peut qualifier une plante ou un groupement végétal localisé plus ou moins exclusivement sur les sols acides.
Syn.: acidiphile, calcifuge.
 
Acladium (n.m.) Chez les Hieracium, pédoncule du capitule terminal.  
Acotylédone (n.f., adj.) Sans cotylédons et se reproduisant par des spores.
ex.: fougères, prêles, lycopodes.
Syn.: cryptogame.
 
Acrofuge (adj.) Pour une progression du sommet vers la base de l'axe (ex.: l'ouverture des fleurs d'Orchis simia se fait depuis le sommet vers la base de l'inflorescence).
Syn.: basifuge.
Contraire : acropète, basipète.
 
Acropète (adj.) Pour une progression de la base vers le sommet de l'axe (ex.: l'ouverture des fleurs depuis la base vers le sommet de l'inflorescence).
Syn.: basipète.
Contraire : acrofuge, basifuge.
 
Acroscopique (adj.) Chez les fougères et les Apiacées, partie des pennes ou des pinnules tournée vers l'apex de la fronde ou de la feuille.
Contraire : basiscopique.
 
Actinomorphe (adj.) Se dit d'une fleur (ou d'un ensemble d'organes homologues dans une fleur) présentant une symétrie radiale.
Syn.: régulier(e).
Contraire : zygomorphe.
 
Aculéole (n.m.) Aiguillon minuscule.  
Acumen (n.m.) Pointe fine terminant un organe (une feuille, un pétale…).  
Acuminé (adj.) Qualifie un organe dont le sommet se termine brusquement en acumen, c'est à dire en pointe allongée et effilée.  
Acuolaire (adj.) En forme de très petit aiguillon (aculéole).  
Adaptation (n.f.) Ensemble des caractères génétiques (héréditaires), morphologiques, anatomiques et/ou physiologiques permettant à une espèce de supporter les contraintes écologiques d'un milieu déterminé.  
Adaxial (adj.) Situé du côté de l'axe.
Syn.: dorsal, postérieur.
Contraire : abaxial, ventral, antérieur.
 
Adhérent (adj.) Pour un organe attaché à un autre et faisant corps avec lui. Se dit d'un ovaire placé au-dessous du calice et des autres parties de la fleur.  
Adné (adj.) Se dit d'un organe qui adhère à un autre par union des tissus superficiels au cours de son développement (ex. filets des étamines soudés à la base de la corolle des orobanches).  
Adret (n.m.) En montagne, versant ensoleillé d'une vallée, exposé au sud.
Syn.: soulane.
Contraire : ubac.
 
Adventice (n.f., adj.) Qualifie une plante étrangère à une aire donnée qui, introduite dans celle-ci, souvent en milieu cultivé, y reste éphémère, ne s'intègrant pas à la végétation locale. Une adventice historique est une plante adventice qui n'a pas été revue depuis de nombreuses années, la cause de son apparition ayant généralement disparu : activité révolue (lavoirs à laine), usage de la plante abandonné, équipement transformé (anciens ports), modification des moyens de communication... Les messicoles sont parfois (mal) appelées adventices des moissons (Reduron 2007).
Voir aussi : naturalisé, subspontané.
 
Adventif, adventive (adj.) Se dit de racines qui prennent naissance directement sur la tige (ex.: lierre, fraisier...) ou d'un organe apparu secondairement à un endroit où, habituellement, ce type d'organe ne se trouve pas.  
Aérien (adj.) Se développant au-dessus de la surface du sol.
Syn.: épigé.
Contraire : souterrain.
 
Aérifère (adj.) Qui contient de l'air.  
Aérohalophile (adj.) Qualifie les végétaux supportant l'exposition aux embruns salés.  
Aéropalynologie (n.f.) Étude des pollens en suspension dans l'air.  
aff. (abrev.) Pour affine = rapproché de.
L'identité des échantillons ou des individus à partir desquels ce nom est recensé n'est pas sûre à 100 % (ex.: Agave aff. vernae Berger).
 
Affine (adj.) Voisin, ressemblant. Se dit d'une unité taxonomique proche d'une autre ou exprime l'affinité unissant ces deux unités.  
Affinité (n.f.) Relation de ressemblance entre deux individus ou deux taxons.  
Agamospermie (n.f.) Production de graines viables sans intervention de la sexualité. Malgré l'apparence, c'est une multiplication végétative.  
Agrégat (n.m.) À l'intérieur d'un genre, ensemble, sans valeur nomenclaturale, d'espèces ou de sous-espèces réunies par commodité car elles présentent d'assez nombreuses ressemblances morphologiques.
Syn.: groupe (pour certains botanistes), espèce collective.
 
Aigrette (n.f.) Faisceau ou couronne de poils ou de soies terminant certains fruits ou certaines graines (ex.: pissenlit et nombreuses autres Composées).  
Aigu (adj.) Dont le sommet se rétrécit insensiblement en pointe ; pointu.  
Aiguille (n.f.) Nom donné aux feuilles des conifères.  
Aiguillon (n.m.) Piquant (poil lignifié) naissant de l'écorce et se détachant sans déchirer le bois (à la différence de l'épine) (Coste) ; structure piquante produite par les tissus superficiels d'un organe (A. Raynal-Roques) (ex. Les aiguillons des rosiers, du gratteron).  
Aiguillonné (adj.) Pourvu d'aiguillons.  
Ailé (adj.) Muni d'une ou plusieurs membranes étalées (ailes).
Contraire : aptère.
 
Aile (n.f.) Membrane mince ou foliacée qui borde ou prolonge certains organes (tige, graine…) ; nom donné aux pétales latéraux de certaines fleurs (Fabacées, polygales).  
Aire (n.f.) Territoire continu ou discontinu, comprenant l'ensemble des localités où se rencontre un taxon ou un groupement végétal (ex.: aire atlantique, arctico-alpine, circum-polaire, eurasiatique, méditerranéenne...). L'aire d'une espèce est dite disjointe lorsque ses populations sont isolées géographiquement. Cette disjonction peut être d'origine historique (changements climatiques, tectonique et géologie) ou humaine (destruction de milieux). On parle d'aire continue pour une espèce dont les populations sont réparties dans un ensemble géographique d'un seul tenant.  
Aisselle (n.f.) Intérieur de l'angle aigu formé par une feuille insérée sur une tige. L'aisselle est orientée vers le haut de la tige.  
Akène (n.m.) Fruit sec, indéhiscent, à 1 seule graine libre, c'est à dire n'adhérant pas au péricarpe.
Syn.: achaine, achène.
 
Albinique (adj.) Pour des formes anormalement (génétiquement) hypochromes.  
Albinisme (n.m.) Phénomène de décoloration de certains organes (corolle le plus souvent) ou de la plante entière.  
Albumen (n.m.) Tissu chargé de réserves, généralement triploïde et issu d'une fécondation, contenu dans la plupart des graines, au moins au début de leur développement. « Certains auteurs modernes commettent l'erreur de l'appeler endosperme, confusion regrettable » (A. Raynal-Roques).  
Albuminé (adj.) Qui contient un albumen (ex. graine albuminée).  
Alcalin (Sol) (adj.) Se dit d'un sol dont le pH est supérieur à (6)7.
Contraire : acide, voire neutre.
 
Aliforme (adj.) En forme d'aile.  
Allélotriche (adj.) Qualifie une tige ou un rameau ne portant des poils que sur deux faces opposées.  
Alliance (n.f.) Unité phytosociologique rassemblant plusieurs associations végétales apparentées (ex.: alliance du Fagion sylvaticae).  
Allochorie (n.f.) Dissémination des diaspores par un vecteur quelconque (vent, animaux, courant d'eau), autre que le végétal lui-même.  
Allogame (adj.) Qualifie le transport et le dépôt de pollen, aboutissant à la fécondation, entre des fleurs portées par des individus différents .
Contraire : autogame (autofécondation au sein d'une même fleur).
 
Allogamie (n.f.) Mode de fécondation par transport et dépôt de pollen entre des fleurs portées par des individus différents.
Contraire : autogamie.
 
Allopatrique (adj.) Se dit d'espèces (ou de populations) habitant, à l'état naturel, des régions différentes.
Contraire : sympatrique.
 
Alloploïde (Espèce) (adj.) Pour une plante présentant un doublement du stock chromosomique d'un hybride. Ce phénomène (Alloploïdie), naturel ou provoqué expérimentalement, permet la fertilité du taxon ainsi formé, qui peut constituer une nouvelle espèce.
Syn.: amphiploïde.
Complément : autoploïde.
 
Allopolyploïde (adj.) Pour un organisme issu de croisements et conservant les stocks chromosomiques des espèces parentes.  
Allotétraploïde (adj.) Pour un organisme issu d'un croisement (ou d'une fécondation sans réduction chromatique) et conservant les stocks chromosomiques des parents. 2n = 2x + 2y (x et y étant les nombres de base des parents).  
Alluvial (adj.) Relatif aux vallées fluviales (où se déposent les alluvions).  
Alpien (adj.) Qualifie une espèce ou un groupement végétal qui pousse dans les Alpes, quelle que soit l'altitude.
Rq.: Alpin qualifie l'étage de végétation compris entre la limite supérieure naturelle de la forêt (2200 à 2500 m suivant la latitude) et la disparition de la végétation liée au froid ou à la présence de neiges éternelles.
 
Alpin (adj.) Relatif à l'étage de végétation compris entre la limite supérieure naturelle de la forêt (2200 à 2500 m suivant la latitude) et la disparition de la végétation liée au froid ou à la présence de neiges éternelles.
Rq.: Alpien qualifie une espèce ou un groupement végétal qui pousse dans les Alpes, quelle que soit l'altitude.
 
Alternatif (Nom) (adj.) Abrégé en nom. alt. : en nomenclature, utilisé derrière un binome lorsque deux noms sont proposés pour un même taxon.  
Alterne (adj.) Pour qualifier la disposition d'organes (feuilles, fleurs, épillets…) insérés un à un à des hauteurs différentes sur la tige ou les rameaux. Plus largement, définit la disposition d'organes homologues insérés successivement un à un, à des niveaux différents le long d'un axe.  
Alternipétale (adj.) Pour une disposition où les étamines alternent avec les pétales.
Contraire : oppositipétale.
 
Alternisépale (adj.) Pour une disposition où les étamines alternent avec les sépales.
Contraire : oppositisépale.
 
Alticole (adj.) D'altitude.  
Alvéolé (adj.) Marqué d'alvéoles, petites fossettes plus ou moins anguleuses.  
Ambigu (Nom) (adj.) En nomenclature, nom ambigu (nomen ambiguum abrégé en nom. ambig.), source de confusion, à rejeter.  
Amentifère (adj.) Qui porte des chatons.  
Amphi-atlantique (adj.) Pour une large répartition atlantique comprenant l'Amérique-du-Nord et l'Europe.  
Amphibie (adj.) Pour des plantes qui supportent des alternances de submersion et d'exondation.  
Amphicarpie (n.f.) Mode de fructification dans lequel une partie des semences est produite dans le sol.  
Amphimixie (n.f.) Reproduction sexuée.
Contraire : apomixie.
 
Amphiploïde (Espèce) (adj.) Pour une plante possédant un génome résultant du doublement du stock chromosomique d'un hybride. Ce phénomène (Amphiploïdie), naturel ou provoqué expérimentalement, permet la fertilité du taxon ainsi formé, qui peut constituer une nouvelle espèce.
Syn.: alloploïde.
 
Amplexicaule (adj.) Qualifie une feuille, une bractée, un pétiole… à base élargie embrassant plus ou moins la tige qui le porte.  
Amyloplaste (n.m.) Plaste (vacuole au sein d'une cellule) spécialisé dans l'accumulation d'amidon résultant de la photosynthèse.  
Anastomosé (adj.) Formant un réseau (ex : des nervures se réunissant entre elles en réseau par leur sommet).  
Anastomose (n.f.) Réseau formé par la réunion d'éléments linéaires (ex. nervures, canaux).  
Anatrope (adj.) Pour un ovule (et la graine qui en résulte) sur lequel le hile et le micropyle sont proches l'un de l'autre.  
Ancipité (adj.) Comprimé et à bords plus ou moins tranchants comme un glaive à deux tranchants (ex.: la tige de Poa compressa).  
Androcée (n.f.) Partie mâle de l'appareil reproducteur constitué de l'ensemble des étamines et staminodes.  
Androgyne (adj.) Qualifie un épi ou une inflorescence où fleurs mâles et femelles sont portées par le même pédoncule.
Syn.: monoïque.
 
Androgynophore (n.m.) Petit axe portant, au-dessus du périanthe, l'ensemble de l'androcée et du gynécée (ex.: fleur de la passion).  
Andromonoïque (adj.) Qualifie une plante portant à la fois des fleurs hermaphrodites et monoïques.  
Anectolème (adj.) Se dit d'une corolle bilabiée à gorge ouverte. La lèvre inférieure est étalée à l’épanouissement, divergeant au moins à 45° de la supérieure dès sa base.
Contraire : cléistolème.
 
Anémochorie (n.f.) Mode de dissémination des diaspores par le vent.  
Anémogame (adj.) Qualifie le transport du pollen par le vent.
Syn.: anémophile.
 
Anémogamie (n.f.) Mode de pollinisation dans lequel le pollen est transporté par le vent jusqu'à la fleur à féconder.
Syn.: anémophilie.
 
Anémophile (adj.) Qualifie le transport du pollen par le vent.
Syn.: anémogame.
 
Anémophilie (n.f.) Mode de pollinisation dans lequel le pollen est transporté par le vent jusqu'à la fleur à féconder.
Syn.: anémogamie.
 
Aneuploïdie (n.f.) État d'une plante dans laquelle le nombre de chromosomes n'est pas un multiple entier du nombre de chromosomes constituant le génome de base. Un chromosome de certaines paires manque (le nombre de chromosomes n'est pas un multiple de n).  
Angiosperme (n.f. et adj.) Plante à ovules et graines renfermées dans un ovaire ou péricarpe.  
Anguleux (adj.) Pour un organe allongé prismatique (à section nettement polygonale).  
Angustisepté (adj.) Pour un organe dissymétrique dont la cloison interne est courte, perpendiculaire à son plan d'aplatissement (ex.: silicule de la bourse à pasteur).
Contraire : latisepté.
 
Anisophyllie (n.f.) Présence de deux feuilles d'aspect différent à partir d'un même nœud.  
Anmoor (n.m.) Type d'humus formé en anaérobiose non permanente, constitué d'un mélange intime de matière minérale (à dominante argileuse) et de matière organique bien humifiée, noir, très plastique et assez épais.  
Anneau mécanique (n.m.) Chez certaines fougères, ensemble de cellules aux parois épaissies jouant un rôle dans l'ouverture du sporange (et l'identification).  
Annuelle (adj.) Pour une plante qui germe, se développe, fructifie, sème ses graines et meurt dans une même année végétative. Les annuelles sont forcément monocarpiques (ne fleurissent qu'une fois). Leur durée de vie peut aller de quelques semaines à quelques mois. Les annuelles d'hiver germent à l'automne, puis fleurissent et fructifient au printemps suivant.  
Antérieur (adj.) Pour un organe situé du côté opposé à l'axe.
Syn.: abaxial, ventral.
Contraire : adaxial, dorsal, postérieur.
 
Anthèle (n.f.) Cyme dont les rameaux primaires décroissent régulièrement de l'extérieur vers l'intérieur.  
Anthère (n.f.) Partie terminale renflée de l'étamine renfermant le pollen.  
Anthèse (n.f.) État de la floraison correspondant à l'émission de pollen. Couvre toute la floraison au sens usuel du terme.  
Anthocyané (adj.) Coloré en rouge, bleu ou pourpre par des pigments.  
Anthocyanes (n.f.) Pigments végétaux donnant, suivant le pH, la plupart des colorations bleues, rouges ou pourpres.  
Anthode (n.f.) Inflorescence réunissant des petites fleurs sessiles (fleurons ou fleurettes) goupées sur un réceptacle et mimant souvent une fleur (ex.: Astéracées).
Syn.: calathide, capitule.
 
Anthophore (n.m.) Axe portant corolle, androcée et gynécée au-dessus du calice. Surtout utilisé pour les Silene.  
Anthropique (adj.) Qui est lié ou qui a trait à l'activité humaine. Action de l'homme sur les milieux naturels, directement (pollutions, cultures, drainage, irrigation, fauche...) ou par l'intermédiaire de ses troupeaux (facteurs anthropozoogènes).  
Anthropochore (adj.) Se dit d'une plante disséminée par l'Homme.  
Anthropochorie (n.f.) Mode de dissémination des diaspores par l'homme et ses activités, généralement de façon involontaire.  
Anthropogène (adj.) Engendré par les activités humaines.  
Anthropophile (adj.) Favorisé par les activités humaines.  
Anthropophyte (n.f.) Plante commensale de l'homme, propagée (involontairement) par les activités humaines.  
Anthropozoogène (adj.) Qualifie une action indirecte de l'homme sur les milieux naturels par l'intermédiaire de ses troupeaux.  
Antiligule (n.f.) Chez les Carex et les graminées, petit appendice situé à la jonction entre le limbe et la gaine des feuilles et opposé à la ligule par rapport à la tige.  
Antipode (n.f.) Cellule (haploïde) du sac embryonnaire. Les antipodes (au nombre de 3 ou plus) sont situées au pôle opposé au micropyle.  
Antrorse (adj.) Dirigé vers le haut, l'avant, l'apex (ex.: les aiguillons du grateron Galium aparine).  
Aoûté (adj.) Se dit d'un rameau jeune qui s'est lignifié au cours de l'été.  
Apérianthé (adj.) Sans périanthe : ni corolle, ni calice.
Syn.: achlamydé.
 
Aperture (n.f.) Zone amincie, de forme définie, de l'exine du grain de pollen.  
Apétale (n.f. et adj.) Pour une fleur dépourvue de pétales.  
Apex (n.m.) Sommet, extrémité.  
APG Angiosperm Phylogeny Group. Groupe de botanistes et d'universités qui travaillent sur la phylogénétique végétale permettant de retracer l'évolution des espèces végétales.  
Aphylle (adj.) Plante ou tige dépourvue (ou apparemment dépourvue) de feuilles.  
Aphyllopode (adj.) Qualifie un groupe informel de Hieracium (épervières) ne présentant pas de feuilles basales vertes à la floraison (les autres groupes basés sur les feuilles de la base de la tige sont les phyllopodes, hypophyllopodes et pseudophyllopodes).  
Apical (adj.) Situé au sommet (à l'apex) d'un organe.  
Apiculé (adj.) Pour un organe dont le sommet se rétrécit brusquement en pointe courte, aiguë, peu consistante, prolongeant abruptement une nervure.  
Apocarpe (adj.) Caractérise un fruit composé de carpelles indépendants les uns des autres, ou d'un seul carpelle.  
Apoendémisme (n.m.) Spéciation qui, réalisée dans un territoire donné et impliquant un phénomène de polyploïdisation, conduit à l’apparition d’un ou plusieurs taxons endémiques.  
Apogame (adj.) Qualifie la possibilité de formation de semences fertiles sans fécondation.
Syn.: apomictique.
 
Apogamie (n.f.) Formation de semences fertiles sans fécondation. C'est un cas particulier de parthénogénèse.
Syn.: apomixie (pour certains auteurs).
 
Apomixie (n.f.) Multiplication végétative des plantes, quel qu'en soit le processus, mais sans intervention de la sexualité.
Contraire : amphimixie.
 
Apophyse (n.f.) Protubérance sur le dos des écailles des cônes des gymnospermes.  
Appareil vasculaire (n.m.) Appareil conducteur de la sève parcourant tout l'organisme des végétaux supérieurs.  
Appareil végétatif (n.m.) Ensemble des organes et structures d'un végétal, à l'exclusion de ceux qui sont en relation avec la reproduction sexuée.  
Appendice (n.m.) Partie accessoire à quelque organe.  
Appendiculé (adj.) Muni d'appendices.  
Appliqué (adj.) Pour un appendice qui se tient couché sur la surface qui le porte.  
Apprimé (adj.) Pour un organe appliqué sur un autre, mais sans y adhérer.  
Aquifère (adj.) Qualifie un organe ou un tissu gorgé d'eau.  
Aranéeux (adj.) Qualifie un enchevètrement de poils mous et fins entrecroisés comme les fils d'une toile d'araignée.  
Arbre (n.m.) Végétal ligneux, à tige simple et nue à la base, comprenant donc un tronc et une cime, pouvant atteindre plus de 7 m de hauteur.  
Arbrisseau (n.m.) Végétal ligneux à tige naturellement ramifiée dès la base et peu élevée (FFF). Petit arbre de 1 à 5 m, à tige se ramifiant ordinairement dès la base (Coste pour qui arbuste et arbrisseau sont synonymes).  
Arbuste (n.m.) Végétal ligneux à tige simple et nue à la base, n'atteignant pas 7 m à l'état adulte (FFF).
Petit arbre de 1 à 5 m, à tige se ramifiant ordinairement dès la base (Coste pour qui arbuste et arbrisseau sont synonymes).
 
Archégone (n.m.) Organe en forme de bouteille, formé d'une couche de cellules haploïdes. Il est porté par un gamétophyte. Il contient un gamète femelle (oosphère) dans sa partie ventrale renflée. L'archégone est un gamétange.  
Archéophyte (n.m. et adj.) Plante accompagnant les cultures depuis la préhistoire (ou introduite avant l'an 1500 dans une autre acception).  
Arctico-alpin (adj.) Pour une aire disjointe comprenant les zones arctiques et les hautes montagnes de la zone tempérée.  
Arénicole (adj.) Qualifie une espèce qui affectionne les arènes (sables granitiques). Par extension : végétation silicicole.).  
Aréole (n.f.) Zone arrondie entourant un orifice. Chez les Cactées sans feuilles, il s'agit d'un organe spécial (comprenant un bourgeon, un 'œil', caractéristique de cette famille, portant souvent des groupes de glandes, d'aiguillons et de poils, et donnant naissance à des tiges ou des fleurs).  
Arête (n.f.) Pointe filiforme, raide, prolongeant abruptement un organe.  
Argilicole (adj.) Pour une plante poussant dans les sols argileux.  
Arille (n.f.) Expansion charnue du funicule (situé à la base de l'ovule) enveloppant plus ou moins la graine. Cela ressemble à un fruit, mais ce n'est pas un fruit (un fruit véritable résulte de la transformation de l'ovaire après la fécondation). Par extension, fruit composé de la graine ± recouverte par l'arille s.s. (ex.: fusain, If).  
Aristé (adj.) Prolongé par une arête.
Contraire : mutique.
 
Aromatique (adj.) Qui exhale une odeur agréable en libérant des produits volatils (ex.: de nombreuses labiées : thym, sarriette, romarin…).  
Article (n.m.) Partie d'organe comprise entre deux étranglements ou deux articulations.  
Articulé (adj.) Pour un organe formé d'articles, éléments successifs séparés les uns des autres par une zone retrécie, dilatée ou fragile (ex.: silique articulée).  
Ascendant (adj.) Pour une tige, un rameau, étalé à la base, puis redressé.  
Ascendante (Sève) (n.f.) Solution aqueuse de substances minérales et azotées puisée dans le sol par les racines et acheminée dans tout l'organisme par les vaisseaux.
Syn.: sève brute.
 
Ascidie (n.f.) Organe creux en forme d'urne ou de cornet.  
Association végétale (n.f.) Unité de base de la classification phytosociologique correspondant à un groupe de plantes se développant ensemble dans les mêmes conditions écologiques.  
Asymétrique (adj.) Sans aucune symétrie, ni par rapport à un plan, ni par rapport à un axe.  
Atélochorie (n.f.) Dissémination des diaspores à proximité immédiate de la plante mère.  
Atlantique (adj.) Pour un territoire biogéographique de la façade ouest de l'Europe caractérisé par la présence d'espèces ou de groupements végétaux particuliers (également qualifiés d'atlantiques). Qualifie les plantes dont l'aire de répartition est centrée sur les côtes atlantiques de l'Europe.  
Atténué (adj.) Qui diminue insensiblement de largeur ou d'épaisseur, soit à la base soit au sommet.  
Aubier (n.m.) Bois périphérique d'un tronc d'arbre. C'est le plus jeune, riche en eau, tendre et de couleur claire. Ses vaisseaux sont fonctionnels.  
auct. non (abrév.) Pour auctorum non. Suivi d'un nom d'auteur, signifie que ce nom de taxon est ou a été utilisé dans un autre sens (ex.: dans la synonymie d'Aquilegia reuteri, Aquilegia bertolonii auct. non Schott, signifie que certains auteurs désignaient sous le nom d'Aquilegia bertolonii des plantes qui se rapportent actuellement à Aquilegia reuteri et non au "vrai" Aquilegia bertolonii décrit par Shott.  
Auriculé (adj.) Se dit d'un organe plan muni à la base de 2 lobes ou oreillettes (auricules) qui le prolongent de part et d'autre de son insertion.  
Auricule (n.m.) Appendice prolongeant un organe de part et d'autre de son insertion.  
Autofécondation (n.f.) Fécondation entre un ovule et le pollen produits par le même individu.  
Autofertile (n.f.) Capable de donner des semences fertiles après autogamie ou géitonogamie.
Syn.: autogame.
 
Autogame (adj.) Qualifie la fécondation d'une fleur par son propre pollen. On précise parfois "autogamie stricte" pour la différencier de la géitonogamie. Une plante autogame peut malgré tout nécessiter l'action des insectes pour le transport des pollens (autogamie entomophile).
Contraire/complément : allogamie (fécondation entre deux fleurs portées par des pieds différents) ; géitonogamie (fécondation entre deux fleurs portées par le même pied).
 
Autogamie (n.f.) Fécondation d'une fleur par son propre pollen. On précise parfois "autogamie stricte" pour la différencier de la géitonogamie. Une plante autogame peut malgré tout nécessiter l'action des insectes pour le transport des pollens (autogamie entomophile).
contraire/complément : Allogamie (fécondation entre deux fleurs portées par des pieds différents), Géitonogamie (fécondation entre deux fleurs portées par le même pied).
 
Autoploïde (Espèce) (adj.) Qualifie la multiplication spontanée ou expérimentale du stock chromosomique d'une plante dont résulte un génome à n x 2n chromosomes (4n : plante tétraploïde, 6n hexaploïde…).  
Autoploïdie (n.f.) Multiplication spontanée ou expérimentale du stock chromosomique d'une plante dont résulte un génome à n x 2n chromosomes (4n : plante tétraploïde, 6n : plante hexaploïde).  
Autostérile (adj.) Pour une plante chez laquelle l'autofécondation est rendue impossible par divers mécanismes biochimiques au niveau du stigmate (inhibition de la germination du grain de pollen), ou de l'ovule (le grain de pollen germe, mais il n'y a pas de fécondation).  
Autotrophe (adj.) Définit un organisme qui synthétise ses substances organiques à partir des éléments minéraux de l'environnement. Un tel organisme est capable de réaliser la totalité de son cycle vital en utilisant uniquement de l'eau, du dioxyde de carbone et des ions minéraux pour la fabrication de la matière organique qui le constitue. Chez les plantes supérieures, l'autotrophie est liée à la présence de pigments qui captent l'énergie lumineuse et la rendent disponible pour la synthèse de la matière organique (photosynthèse).
Contraire : hétérotrophe.
 
Autotrophie (n.f.) Mode de vie d'un organisme qui synthétise ses substances organiques à partir des éléments minéraux de l'environnement. Un tel organisme est capable de réaliser la totalité de son cycle vital en utilisant uniquement de l'eau, du dioxyde de carbone et des ions minéraux pour la fabrication de la matière organique qui le constitue. Chez les plantes supérieures, l'autotrophie est liée à la présence de pigments qui captent l'énergie lumineuse et la rendent disponible pour la synthèse de la matière organique (photosynthèse).
Contraire : hétérotrophie.
 
Axe (n.m.) Organe (tige, rameau, racine) sur lequel s'insèrent d'autres organes semblables à lui ou différents (les fleurs, les fruits, les pédicelles, etc).  
Axe primaire (n.m.) Axe principal portant des axes homologues apparus postérieurement.  
Axillaire (adj.) Placé à l'aisselle d'une feuille, d'une bractée, d'un rameau.  
B ↑ haut
Bacciforme (adj.) Se dit d'un fruit de type baie.  
Baie (n.f.) Fruit charnu, à graines éparses (pépins) dans la pulpe (formée de l'endocarpe et du mésocarpe également tendres) (ex.: raisin, groseille, laurier, asperge).  
Balsamique (adj.) À odeur forte de baume (ex.: cistes).  
Bas-marais (n.m.) Marais inondé durant la plus grande partie de l'année. ; terrain saturé d'eau, sans écoulement naturel possible.  
Basal (adj.) Disposé à la base de la tige, d'un organe  
Basicarpie (n.f.) Qualification d'une plante dont les graines sont produites au bas des tiges, peu au-dessus du sol.  
Basifixe (adj.) Fixé à un support par sa base (ex.: les anthères des graminées).  
Basifuge (adj.) Qui progresse du sommet vers la base de l'axe (ex.: l'ouverture des fleurs d'Orchis simia se fait depuis le sommet vers la base de l'inflorescence).
Syn.: acrofuge.
Contraire : acropète, basipète.
 
Basilaire (adj.) Situé à la base de la tige (concerne surtout l'insertion des feuilles).  
Basipète (adj.) Qui progresse de la base vers le sommet de l'axe (ex.: l'ouverture des fleurs depuis la base vers le sommet de l'inflorescence).
Syn.: acropète.
Contraire : acrofuge, basifuge.
 
Basique (Sol) (adj.) Dans les régions tempérées, qualifie un sol riche en cations (pH>7), principalement en ions calcium.
Contraire : acide.
 
Basophile (adj.) Pour une plante des sols basiques.  
Bec (n.m.) Pointe terminale d'un fruit sec (ex.: Erodium).  
Bi- (préfixe) Particule initiale ajoutant l'idée de deux au mot devant lequel elle est placée.  
Bidenté (adj.) À 2 dents (ex.: achaine de Bidens tripartita).  
Bifide (adj.) Fendu en 2 jusque vers le milieu de sa longueur. Si les deux parties sont plutôt arrondies, on utilise alors le terme "bilobé".  
Biflore (adj.) Qui porte 2 fleurs.  
Bifurqué (adj.) Qui se partage en 2 branches (± égales), comme une fourchette à 2 dents.  
Bilabié (adj.) Se dit d'un calice ou d'une corolle dont les organes constitutifs s'arrangent pour former deux lèvres face à face (A. Raynal-Roques). ex.: calice et corolle de la sauge et de la plupart des labiées.  
Bilatérale (Symétrie) Adj.) Qualifie une symétrie par rapport à un plan qui définit un côté droit et un côté gauche ou une face ventrale et une face dorsale.  
Bilobé (adj.) Partagé en 2 lobes (ex.: la silicule de la Biscutelle).  
Biloculaire (adj.) Partagé en deux loges par une cloison.  
Bimodale (adj.) Se dit d'une espèce présentant, à l'égard d'un facteur écologique, deux optimums, séparés par une zone d'absence ou de fréquence faible.  
Binôme (n.m) Nom scientifique latin désignant une espèce. Il est constitué de deux termes : - un substantif (le nom de genre), - un épithète (propre à l'espèce). La nomenclature binomiale, généralisée par Linné, est seule utilisée depuis 2 siècles (ex.: Quercus ilex, le chêne vert).  
Binomiale (adj.) Qualifie la nomenclature linnéenne basée sur la juxtaposition de deux termes, un nom de genre et un épithète spécifique (ex. Rosa gallica).
Syn.: binominale, linnéenne.
 
Binominale (adj.) Qualifie la nomenclature linnéenne basée sur la juxtaposition de deux termes, un nom de genre et un épithète spécifique (ex. Rosa gallica).
Syn.: binomiale, linnéenne.
 
Biocœnose (n.f.) Ensemble des êtres vivants cohabitant dans un même biotope et constituant une communauté organisée.
Syn.: biocénose.
 
Biocénose (n.f.) Ensemble des êtres vivants cohabitant dans un même biotope et constituant une communauté organisée.
Syn.: biocœnose.
 
Biogéographie (n.f.) Étude et analyse de la distribution géographique naturelle des êtres vivants.  
Biotique (Facteur) (adj.) Se dit de l'intervention de certains êtres vivants sur l'écologie ou l'évolution d'une biocénose : pacage, parasitisme, transport des semences, ombrage forestier... Quand cette action est due à l'Homme, il s'agit de facteurs anthropiques ou anthropozoogènes.  
Biotope (n.m.) Ensemble des facteurs physico-chimiques caractérisant un écosystème ou une station. Milieu soumis à des conditions écologiques homogènes. C'est le support physique d'une biocénose.
Syn.: habitat.
 
Bipartit (adj.) Divisé profondément jusqu'au-delà du milieu.  
Bipennatifide (adj.) Deux fois profondément échancré : d'abord pennatifide et dont les segments secondaires sont également pennatifides.  
Bipennatiséqué (adj.) Se dit d'un limbe deux fois complètement divisé. Feuille d'abord pennatiséquée et dont les segments secondaires sont également pennatiséqués.  
Bipenné (adj.) Pour un limbe deux fois penné, c'est à dire que les divisions primaires d'une feuille pennée (les folioles) sont elles-mêmes composées-pennées.  
Bisannuel (adl.) Pour une plante qui fleurit et fructifie, puis meurt, au cours de l'année suivant celle pendant laquelle elle a germé. Plante monocarpique qui emploie sa première année de végétation à accumuler des réserves et qui ne vient à fleur que pendant la seconde saison de végétation, en général après action du froid. La première année est passée sous forme de rosette de feuilles stériles.  
Bisérié (adj.) Disposé sur 2 rangs.  
Biterné (adj.) Deux fois terné.  
Bivalve (adj.) À 2 valves.  
Blastochorie (n.f.) Mode de dissémination des diaspores résultant de l'extension de longs rameaux pendants qui les portent.  
Bois (n.m.) 1. Tissu complexe produit par la face interne d'un cambium cribro-vasculaire. Il contient le xylème secondaire. 2. Xylème (et les tissus qui l'accompagnent), quelle que soit l'organisation (primaire ou secondaire). Cette acception tombe en désuétude (on parlait de bois primaire ou de bois secondaire). Tissu conducteur de la sève brute. 3. Biotope forestier dans lequel les arbres occultent une partie de la lumière arrivant au sol. Cette occultation peut être légère (bois clairs), ou nette (bois sombre, bois dense). Forêt désigne un bois d'étendue notable, avec les mêmes qualificatifs.  
Boisement (n.m.) Implantation naturelle de buissons, puis d'arbres au sein d'un milieu préalablement non boisé (pelouse, prairie... après cessation de la fauche ou du pacage) sous l'influence de l'évolution de la végétation. Le terme en est la forêt climacique. La plantation est une forme artificielle et accélérée du boisement.  
Boulaie (n.f.) Formation végétale forestière dominée par les bouleaux.  
Bourgeon (n.m.) Organe ovoïde, écailleux, placé à l'aisselle des feuilles ou à l'extrémité des rameaux. Le bourgeon contient un méristème susceptible de produire soit un rameau feuillé, soit un appareil floral.  
Bourse (n.f.) Bourgeon qui produira des fleurs, chez un arbre fruitier.
Complément : dard, nom du bourgeon qui produira une pousse feuillée.
 
Bouturage (n.m.) Multiplier végétative d'une plante par boutures.  
Bouture (n.f.) Fragment isolé de plante vivante susceptible de se développer pour "redonner" une plante entière.  
Brachyblaste (n.m.) Rameau dont les entrenœuds sont très courts : les feuilles successives qu'il porte sont tassées les unes sur les autres.  
Bractée (n.f.) Petite feuille , différant ou non des autres feuilles, à la base des pédoncules ou des fleurs.  
Bractéiforme (adj.) Qui a la forme d'une bractée.  
Bractéolé (adj.) Muni de bractéoles ou de bractées.  
Bractéole (n.f.) Petite bractée.  
Brévistylée (adj.) Pour une fleur dont le style est nettement plus court que les étamines, chez une espèce hétérostyle (c. à d. présentant dans une même espèce des individus différant par la longueur relative du style et des étamines).  
Bromion (n.m.) Pelouse sèche sur sol calcaire où domine le Brome dressé (Bromus erectus). Au maximum d'aridité, il s'agit du xérobromion, dans des conditions d'aridité moins extrêmes du Mésobromion.  
Brute (Sève) (adj.) Qualifie la sève "ascendante", solution aqueuse de substances minérales et azotées puisée dans le sol par les racines et acheminée dans tout l'organisme par les vaisseaux.  
Bulbe (n.m.) Bourgeon charnu, entouré de feuilles en écailles, plus ou moins souterrain, persistant à l'état inerte dans le sol durant la saison froide ou sèche.
Rq.: Nom donné à tort, dans la plupart des ouvrages sur les Orchidées, aux organes souterrains et massifs de certaines de ces plantes et qui sont en réalité des tubercules.
 
Bulbiforme (adj.) Renflé en forme de bulbe.  
Bulbilifère (adj.) Qui porte des bulbilles.  
Bulbille (n.f.) Petit bulbe accompagnant les fleurs ou les feuilles de certaines plantes. Petit amas cellulaire pouvant se détacher de la plante et permettre sa multiplication.  
Bursicule (n.f.) Fine membrane, en sac simple ou double ouvert à sa partie supérieure, entourant la base des pollinies (les rétinacles) chez de nombreux genres d'Orchidées.  
Buxaie (n.f.) Formation végétale où domine le buis (Buxus sempervirens).  
C ↑ haut
Cactiforme (adj.) Pour des plantes à tiges charnues, massives, gorgées d'eau comme le sont celles des Cactacées.  
Caduc (adj.) Se dit d'un organe se détachant spontanément à la fin de sa vie ou à sa maturité (ex. arbres à feuilles caduques, pétales des coquelicots rapidement caducs).  
Caducifolié (adj.) Qui perd ses feuilles pendant la "mauvaise saison".  
Caieu, Caieux (n.m.) Petit bulbe à l'aisselle d'une écaille d'un bulbe  
Cal (n.m.) - 1. Tissu d'abord inorganisé, résultant d'une prolifération cellulaire. Il se développe au cours de la régénération d'un individu végétal, soit lors de la cicatrisation d'une plaie, soit lors d'une culture in vitro. 2. Dépôt de substances insolubles obturant les éléments conducteurs des sèves.  
Calathide (n.f.) Inflorescence réunissant des petites fleurs sessiles (fleurons ou fleurettes) goupées sur un réceptacle et mimant souvent une fleur "classique" (ex.: astéracées).
Syn.: anthode, capitule.
 
Calcaire (Sol) (adj.) Pour un sol renfermant dans toute son épaisseur une proportion de carbonate de calcium telle que le dépôt d'acide chlorhydrique dilué sur un prélèvement de ce sol provoque un net dégagement gazeux (effervescence). Le pH des sols calcaires se situe vers 7,5-8,5.  
Calcaricole (Plante) (adj.) Se dit d'une espèce ou d'une végétation qui se rencontre exclusivement sur des sols riches en carbonate de calcium (calcaire).  
Calcicline (adj.) Pour une plante de sol à tendance alcaline.  
Calcicole (Plante) (adj.) Se dit d'une espèce se rencontrant exclusivement ou préférentiellement sur les sols riches en calcium.
Contraire : calcifuge.
 
Calcifuge (adj.) Qui ne supporte pas les substrats contenant du carbonate de calcium (calcaire). Qualifie une plante ou groupement végétal localisé plus ou moins exclusivement sur les sols acides.
Syn.: acidiphile, acidophile.
Contraire : calcaricole, calcicole.
 
Calice (n.m.) Enveloppe extérieure de la fleur, formée de sépales libres ou soudés.  
Caliciflore (adj.) Pour une fleur où les étamines sont insérées sur le calice.  
Calicinal (adj.) Du calice, qui appartient au calice.  
Caliculé (adj.) Muni d'un calicule.  
Calicule (n.m.) Enveloppe florale surnuméraire, placée à l'extérieur du calice et formé de folioles ou d'écailles ± semblables aux sépales (ex.: mauve, potentille, oeillet).
Syn.: épicalice.
 
Calleux (adj.) Qui a des callosités, des renflements.  
Callosité (n.f.) Renflement rugueux se développant sur un organe.  
Campanulé (adj.) En forme de cloche.  
Campylotrope (Ovule) (adj.) Pour un ovule (et la graine qui en résulte) sur lequel le hile est à peu près à la moitié de la longueur de l'ovule, à mi-chemin entre le micropyle et le pôle qui lui est opposé.  
Canaliculé (adj.) Creusé d'un petit sillon en forme de canal.  
Canescent (adj.) Couvert de poils blanc-grisâtre.  
Cannelé (n.m.) Muni de côtes longitudinales régulières, séparées par des sillons.  
Capillaire (adj.) Très grêle, fin et délié comme un cheveu.  
Capité (adj.) Pour un organe grêle terminé par un renflement arrondi (en tête d'épingle) ou des fleurs rassemblées en groupe compact (fleurs groupées "en tête").  
Capitule (n.m.) Inflorescence réunissant des petites fleurs sessiles (fleurons ou fleurettes) groupées sur un réceptacle et mimant souvent une fleur (ex.: astéracées).
Syn.: anthode, calathide.
 
Capsule (n.f.) Fruit sec, déhiscent (s'ouvrant pour libérer les graines) à maturité.
Capsule loculicide : Qui s'ouvre par des fentes de déhiscence au milieu des loges carpellaires.
Capsule septicide : Qui s'ouvre par des fentes de déhiscence le long des sutures carpellaires.
 
Caractéristique (adj.) Qualifie une espèce dont la fréquence est significativement plus élevée dans un groupement végétal déterminé que dans tous les groupements du même rang syntaxonomique.  
Carène (n.f.) 1. Saillie longitudinale du dos de certains organes, rappelant par sa forme la carène d'un bateau. 2. Réunion des 2 pétales inférieurs (± soudées) des Fabacées (Papilionacées).  
Caréné (adj.) Muni d'une carène.  
Cariçaie (n.f.) Groupement végétal de milieu humide dominé par des espèces appartenant au genre Carex (laîches).  
Caroncule (n.f.) Épaississement charnu et peu étendu, situé près du hile de certaines graines.
Syn.: strophiole.
 
Carpellaire (adj.) Relatif aux carpelles.  
Carpelle (n.m.) Élément unitaire constituant, seul ou associé à d'autres, l'ovaire de la fleur. Il contient les ovules.  
Carpophore (n.m. ) Petit axe supportant certaines capsules (ex.: Silene nemoralis). De carp- = fruit et -phore = qui porte). Mais aussi petit axe supportant le gynécée (voir gynophore).  
Cartilagineux (adj.) Qui a la consistance et la couleur d'un cartilage (ex.: le bord des feuilles de certains saxifrages).  
Caryopse (n.m.) Fruit sec, indéhiscent, à graine unique soudée avec le péricarpe.  
Casque (n.m.) Réunion des pièces florales (sépales, pétales), rapprochées, plus ou moins soudées entre elles, coiffant les organes reproducteurs chez de nombreuses Ochidées.  
Caudé (adj.) Prolongé par un long appendice étroit.  
Caudicule (n.f.) Amincissement filiforme des pollinies de certains genres d'orchidées, entre les masses de pollen et le rétinacle.  
Caulescent (adj.) Pourvu d'une tige apparente.
Contraire : acaule.
 
Cauliflore (adj.) Désigne un arbre dont les fleurs poussent sur le tronc et les gros rameaux et non (ou rarement) sur les rameaux ultimes.  
Caulinaire (adj.) Fixé à la tige, qui a trait à la tige.  
Côte (n.f.) Saillie longitudinale sur le flanc d'un organe.  
CBN Conservatoire(s) Botanique(s) National(aux).  
CBNA Conservatoire botanique national alpin.  
CBNM Conservatoire botanique national méditerranéen.  
Cembraie (n.f.) Formation végétale forestière subalpine dominée par le pin cembro (ou arole). En France, on ne rencontre de cembraies que dans les Alpes.  
Centro-européen (adj.) Pour une plante du centre de l'Europe (Europe tempérée de la France à l'Ukraine).  
Centro-européen ouest asiatique (adj.) Du centre de l'Europe et de l'ouest de l'Asie.  
Centro-européen pontique (adj.) Pour une plante du centre de l'Europe et de la zone pontique (rive sud-est de la Mer Noire).  
Centro-européen sud sibérienne (adj.) Du centre de l'Europe à la Sibérie méridionale.  
Cespiteux (adj.) Qui forme à sa base une touffe compacte (ex.: plusieurs Graminées et Saxifrages).  
Chablis (n.m.) Chute naturelle d'arbres qui s'entrainent en "château de cartes".  
Chagriné (adj.) Couvert de petites granulations comme la peau de chagrin.  
Chaméphyte (adj.) Plante ligneuse naine dont les bourgeons sont situés au-dessus de la surface du sol mais à moins de 50 cm.
- Ch. suffrutescents (Fumana procumbens).
- Ch. à scape : dont les inflorescences sont portées par une hampe (Stellaria holostea).
- Ch. succulents (Sedum album).
- Ch. rampants (Lycopodium clavatum).
- Ch. en coussinets (Saxifraga sp.).
- Ch. frutescents (Astragalus alopecurus).
Syn.: chamæphyte.
 
Charnu (adj.) Épais, juteux, ferme mais tendre (ex.: les organes des plantes grasses).
Syn.: succulent.
 
Chasmogame (adj.) Se dit d'une fleur qui s'ouvre, s'épanouit, au moment où s'opère la pollinisation.  
Chasmogamie (n.f.) Mode de fonctionnement d'une fleur qui s'épanouit au moment de la pollinisation.  
Chaton (n.m.) Inflorescence en épi serré de fleurs unisexuées.  
Chionophile (adj.: chiono- = neige, -phile = qui aime) Pour une espèce ou formation végétale présente en altitude ou en ubac, dans des secteurs longuement enneigés ce qui procure au sol une grande réserve en eau (éboulis froids, combes à neige).  
Chorologie (n.f.) Étude de la répartition géographique des espèces et de son déterminisme. Par raccourci, aire de répartition d'une espèce.  
Chromosome (n.m.) Filament constitué d'ADN, supportant les caractères héréditaires (les gènes) en des zones précises. Les chromosomes ne sont individualisés et observables (au microcospe) que pendant les divisions cellulaires.  
Chromosomique (Nombre) (adj.) Définit le nombre de chromosomes d'une cellule. Il est le plus souvent fixe et pair dans chaque espèce de plante. Les chromosomes sont présents par paires. Le nombre chromosomique est alors de 2n, n représentant le nombre de chromosomes "solitaires" présents dans les gamètes (ovule ou spermatozoïde).  
Cil (n.m.) Petits poils raides disposés sur un rang comme ceux des paupières.  
Cilié (adj.) Bordé de cils.  
Circiné (adj.) Enroulé en crosse au stade juvénile (ex.: les frondes des Fougères).  
Circumboréal (adj.) Dont l'aire occupe une notable partie des zones froides et tempérées froides de tout l'hémisphère nord (Asie, Europe, Amérique-du-Nord).  
Circumméditerranéen (adj.) Dont l'aire occupe une notable partie des régions du pourtour de la Méditerranée.  
Circumpolaire (adj.) Dont l'aire occupe une notable partie des régions circumboréales froides, en principe au-dessus du cercle polaire.  
Cirrhe (n.f.) Long appendice filiforme et souple.  
Cladode (n.m.) Rameau aplati, ressemblant plus ou moins à une feuille (ex.: les "feuilles" du petit houx Ruscus aculeatus).  
Clair (adj.) Désigne un peuplement laissant de larges espaces où la lumière peut passer.  
Classe (n.f.) Unité taxonomique (ex.: monocotylédones) ou syntaxonomique (ex.: Querco-Fagetea). Les principaux rangs des taxons par ordre descendant sont :
- le règne (regnum),
- l'embranchement ou le phylum (divisio, phylum),
- la classe (classis),
- l'ordre (ordo),
- la famille (familia),
- le genre (genus),
- et l'espèce (species).
Ainsi, sauf dans le cas de certaines plantes fossiles, chaque espèce peut être affectée à un genre, chaque genre à une famille, etc.
 
Classification (n.f.) Regroupement d'individus en groupes conceptuels (= en taxons), en fonction de leurs ressemblances. Ces taxons sont définis de telle sorte qu'ils s'arrangent les uns par rapport aux autres en rangs hierarchisés.  
Claviforme (adj.) En forme de massue.  
Cléistogame (adj.) Se dit d'une fleur qui ne s'ouvre pas au moment de sa maturité sexuelle. Le pollen germe à l'intérieur de la fleur avant son épanouissement. Elle fructifie sans s'être jamais épanouie. Une plante cléistogame est nécessairement autogame et autofertile.  
Cléistogamie (n.f.) Mécanisme de reproduction d'une fleur qui ne s'ouvre jamais. Le pollen germe à l'intérieur de la fleur avant son épanouissement. Elle fructifie sans s'être jamais épanouie. Une plante cléistogame est nécessairement autogame et autofertile.  
Cléistolème (adj.) Se dit d'une corolle bilabiée à gorge fermée. La lèvre inférieure est en gouttière à l’épanouissement, sensiblement parallèle à la supérieure à sa base.
Contraire : anectolème.
 
Climacique (adj.) Se dit d'une végétation en équilibre avec son milieu (voir Climax).  
Climax (n.m.) Stade d'équilibre d'un écosystème, relativement stable (du moins à l'échelle humaine), conditionné par les seuls facteurs climatiques et/ou édaphiques. En cas de modification d'un facteur, le climax est détruit. Il est remplacé par un peuplement végétal différent, évolutif, qui tend à devenir un nouveau climax, identique ou différent du précédent. En France, le climax est généralement une forêt, excepté sous certaines conditions extrêmes, comme le climat alpin.  
Clinandre (n.m.) Surface, parfois nettement en creux et plus ou moins séparée longitudinalement par un petit repli, où reposent les masses polliniques des Orchidées. Certaines espèces sont dépourvues de clinandre.  
Cloison (n.f.) Lame membraneuse partageant le fruit en deux ou plusieurs loges qui renferment les graines.  
Cloison (Fausse) (n.f.) Dans un fruit, cloison surnuméraire qui ne correspond pas à une paroi carpellaire.  
Clone (n.m.) Ensemble d'individus génétiquement identiques provenant de la multiplication végétative d'un seul individu originel.  
Coalescent (adj.) Qui adhère à d'autres organes de même nature, mais ne leur est pas intimement soudé.  
Collet (n.m.) Zone de transition très courte entre la racine et la tige, généralement située au ras du sol.  
Collinéen (adj.) Étage des collines, entre 250 et 500 m, en zone non méditerranéenne.  
Colonne (n.f.) Chez les Orchidées, partie axiale plus ou moins allongée de la fleur, formée par la soudure des pièces sexuelles mâles et femelles.
Syn.: gynostème.
 
Comb. illeg. (n.f.) En taxonomie, abréviation de "combinaison illégitime".  
Comb. invalid. (n.f.) En taxonomie, abréviation de "combinaison invalide".  
Comb. nov. (n.f.) En taxonomie, abréviation pour "combinaison nouvelle".  
Commissure (n.f.) Ligne ou surface d'union de deux organes.  
Compagne (adj.) Dans un groupement végétal déterminé, qualifie une espèce non caractéristique mais à fréquence non négligeable.  
Complète (Fleur) (adj.) Pour une fleur dont tous les organes floraux - calice (ensemble des sépales, corolle (ensemble des pétales), androcée (pièces mâles) et gynécée (pièces femelles) - sont développés et fonctionnels.  
Composée (adj.) Pour une feuille plus ou moins divisée en feuilles secondaires ou folioles.  
Comprimé (adj.) Aplati latéralement.  
Concolore (adj.) D'une même couleur. Dont les deux faces sont de même couleur.
Contraire : discolore.
 
Concrescence (n.f.) Union de deux organes contigus au cours de leur développement.  
Concrescent (adj.) Décrit un organe qui s'est uni à un autre, contigu, au cours de leur croissance simultanée.  
Conditions écologiques (n.f.) Ensemble homogène de conditions naturelles (du climat, du sol, de l'environnement, notamment végétal...) régnant dans un périmètre donné.  
Conditions optimales (n.f.) Désigne la combinaison de paramètres du milieu - lumière (durée et intensité), température, humidité de l'air et du sol, nutrition...- la plus favorable au développement d'une espèce.  
Condupliquée (adj.) Se dit d'une feuille pliée selon la longueur, soit lors de la préfoliaison, soit à l'état adulte.  
Cône (n.m.) Fruit composé, formé d'un axe et de nombreuses écailles, à la base desquelles sont les graines.  
Confluents (adj.) Pour des organes se liant les uns aux autres sans démarcation nette.  
Conné (adj.) Uni à un autre organe de même nature (ex.: les feuilles opposées et soudées par la base du Chèvrefeuille, de Blackstonia perfoliata.
Syn.: perfoliées, pour les feuilles.
 
Connectif (n.m.) Petit organe unissant les deux loges des anthères et se prolongeant parfois au-delà de leur sommet.  
Connivent (adj.) Pour des organes se rapprochant par le sommet sans se souder.  
Contorté (adj.) Tordu en spirale.  
Convar. (n.m.) Dans la nomenclature des plantes cultivées, abréviation désignant un groupe de cultivars.  
Convoluté (adj.) Enroulé en cornet.  
Coplanaires (adj.) Se dit d'organes situés dans le même plan.  
Coques (n.f.) Parties d'une capsule à plusieurs loges se séparant avec élasticité et emportant leurs graines.  
Coralliforme (adj.) En forme de branches de corail. ex.: le rhizome de certaines orchidées non chlorophylliennes (Corallorhiza, Epipogium)  
Cordé (adj.) En forme de cœur, l'échancrure en bas (côté pétiole).
Syn.: cordiforme.
 
Cordiforme (adj.) En forme de cœur, l'échancrure en bas (côté pétiole).
Syn.: cordé.
 
Corme (n.m.) Appareil souterrain formé d'une tige épaisse, massive, bourrée de réserves, entourée d'écailles fines, sèches, souvent dilacérées.  
Corolle (n.f.) Deuxième enveloppe de la fleur, située entre le calice et les étamines, à divisions (les pétales) libres ou soudées.  
Corolliflore (adj.) Pour une plante dont les étamines sont insérées sur la corolle. En enlevant les pétales, on enlève les étamines.  
Coronule (n.f.) Petite couronne d'appendices libres ou soudés dans certaines corolles (ex.: les Narcisses).  
Cortège floristique (n.m.) Ensemble d'espèces végétales se développant ensemble dans un milieu donné  
Cortical (adj.) Qui a trait à l'écorce.  
Corymbe (n.m.) Inflorescence de type racème dans laquelle les axes secondaires partent de points différents et arrivent à peu près au même niveau (les fleurs sont alors dans le même plan). Le pédoncule est donc d'autant plus court que la fleur est proche du sommet.  
Corymbiforme (adj.) Qui a l'aspect d'un corymbe, inflorescence où les axes secondaires, de longueurs différentes, parviennent à peu près au même niveau.  
Cosmopolite (adj.) Pour une plante présente à l'état sauvage presque partout dans le monde sans lacune importante.  
Cotonneux (adj.) À poils blanchâtres, longs, doux au toucher.  
Cotylédon (n.m.) Nom donné à la première ou aux deux premières feuilles sortant de la graine.  
Couronne (n.f.) Cycle de pièces surnuméraires (qui sont souvent des annexes des pétales) situées à la face interne de la corolle.  
Coussin (n.m.) Forme en touffe compacte de nombreuses plantes des hautes montagnes.  
Coussinet (n.m.) Forme en petite touffe plus ou moins dense de nombreuses plantes des hautes montagnes.  
Crassulescent (adj.) Charnu.  
Crénelé (adj.) Bordé de crénelures, c'est-à-dire de dents obtuses ou arrondies.  
Crête (n.f.) Saillie allongée, souvent plus ou moins crénelée ou crispée, à la surface d'organes plans.  
Crispé (adj.) Dont la surface est finement ridée.  
Cristé (adj.) Portant un appendice en forme de lame dressée, souvent ondulée, comme une crête.  
Crustacé (adj.) Incrusté de calcaire (ex.: les feuilles de certains saxifrages).  
Cryophile (adj.) Pour une plante de climat ou de microclimat froid.  
Cryptogame (n.m. et adj.) Végétal sans cotylédons et se reproduisant par des spores (ex.: fougères, prêles, lycopodes).  
Cryptophyte (n.f.) Plante vivace dont les bourgeons passent la saison défavorable dans le sol ou dans l'eau (ex.: les plantes à bulbe).  
Cucullé (adj.) Se dit d'un organe plan dont le sommet est courbé en capuchon.  
Culmaire (n.f.) Feuille supérieure d'un chaume, insérée sous l'inflorescence (Graminées). Plus largement qualifie les feuilles de la tige des graminées.  
Cultivar (n.m.) Forme variante obtenue par les techniques horticoles ou agricoles et qui n'existe pas dans la nature.  
Cunéiforme (adj.) En forme de coin ou de triangle renversé (ex.: la silicule de la bourse à Pasteur).  
Cupule (n.f.) Involucre écailleux, foliacé ou épineux, en forme de petite coupe, qui enveloppe plus ou moins certains fruits (ex.: le gland du chêne).  
Cuspidé (adj.) Insensiblement atténué en pointe aiguë et raide.  
Cuticule (n.f.) Revêtement imperméable à l'eau, plus ou moins perméable au gaz, qui recouvre l'épiderme.  
Cyathe (n.m.) Inflorescence unitaire de certaines Euphorbiacées, formée d'une fleur femelle entourée de quelques fleurs mâles et de glandes nectarifères, disposées en cymes.
Syn.: cyathium.
 
Cyathium (n.m.) Inflorescence unitaire de certaines Euphorbiacées, formée d'une fleur femelle entourée de quelques fleurs mâles et de glandes nectarifères, disposées en cymes.
Syn.: cyathe.
 
Cylindracé (adj.) Approchant de la forme cylindrique.  
Cyme (n.f.) Forme d'inflorescence où les pédoncules floraux, ramifiés, partent du même point et arrivent à une même hauteur. Chaque fleur termine un rameau.
Cyme bipare : cyme dont les ramifications sont régulièrement opposées deux à deux.
 
Cynorrhodon, Cynorhodon (n.m.) Églantier, par extension, fruit de rosacée où le réceptacle prend une forme concave, cupuliforme (hypanthium) et entoure les akènes.  
D ↑ haut
Decurrent (adj.) Pour le limbe ou le pétiole d'une feuille qui se prolonge inférieurement en aile foliacée sur la tige et les rameaux.  
Décombant (adj.) Pour un organe allongé et retombant (ex.: rameaux des rosiers).  
Décussé (adj.) Qualifie des organes opposés dont chaque paire forme, avec la paire précédente, un angle droit.  
Définie (Inflorescence) (adj.) Pour une inflorescence dans laquelle la première fleur apparue termine l'axe principal qui cesse de s'allonger dès la production de cette fleur.  
Déhiscence (n.f.) Ouverture d'un organe par des mouvements mécaniques élastiques, indépendants de l'état de vie des tissus.  
Déhiscent (adj.) Se dit d'un organe qui s'ouvre par déhiscence. Fruits ou anthères qui s'ouvrent naturellement à maturité pour laisser tomber les graines ou le pollen (ex.: bogues du marronnier d'Inde).  
Deltoïde (adj.) En forme de triangle.  
Demi-fleuron (n.m.) Fleurette de fleur composée, déjetée en languette plane et unilatérale.
Syn.: fleur ligulée.
 
Dendrochronologie (n.f.) Mesure de l'âge des arbres par comptage des anneaux d'accroissement annuel du bois.  
Dendrogramme (n.m.) Expression graphique de relations taxonomiques calculées. En clair, l'arbre généalogique des taxons étudiés en fonction des critères hiérarchiques choisis.  
Denté (adj.) Bordé de dents, c'est-à-dire de petites échancrures triangulaires égales ou inégales.  
Dentelé (adj.) Bordé de dents fines ou superficielles, appelées dentelures ou denticules.
Syn.: denticulé.
 
Denticulé (adj.) Bordé de dents fines ou superficielles, appelées dentelures ou denticules.
Syn.: dentelé.
 
Déprimé (adj.) Comprimé verticalement. Aplati, et même légèrement creux au sommet.  
Diadelphe (adj.) Se dit d'une fleur dont les étamines sont soudées par leurs filets en deux faisceaux égaux ou inégaux.  
Dialypétale (adj.) À pétales libres.
Syn.: polypétale.
Contraire (pétales soudés) : gamopétale, monopétale.
 
Dialysépale (adj.) Dont les sépales sont indépendants les uns des autres.
Syn.: polysépale.
Contraire (sépales soudés) : gamosépale, monosépale.
 
Diapause (n.f.) Arrêt (ou ralentissement) de l'activité biologique avant l'entrée dans une saison défavorable à la vie de la plante. La diapause apparaît en réponse à certains facteurs de l'environnement.  
Diaphane (adj.) Incolore et translucide.  
Diaspore (n.f.) Organe destiné à disséminer et reproduire une plante. Les diaspores peuvent avoir pour origine un phénomène sexuel (ce sont alors des graines, associées ou non au fruit qui les contient) ou une multiplication végétative.  
Dichasiale (adj.) Qualifie une inflorescence en cyme bipare.  
Dichlamydé (adj.) Pour un périanthe comprenant un calice et une corolle.  
Dichogamie (n.f.) État d'une plante dont les fleurs, hermaphrodites, ont des organes mâles et femelles qui ne mûrissent pas simultanément.
Protandre, protandrie (les fleurs mâles mûrissent en premier), Protogyne, protogynie (fleurs femelles en premier).
Contraire : homogame, homogamie.
 
Dichotome (adj.) Régulièrement bifurqué (ex.: tige, rameaux, panicule une ou plusieurs fois régulièrement bifurqués).  
Dicline (adj.) Pour une fleur à laquelle il manque les étamines ou le pistil et donc, unisexuée, femelle ou mâle. Se dit d'une plante dont les fleurs unisexuées sont portées par le même individu.  
Dicotylédone (adj.) Plante ayant deux cotylédons opposés.  
Didyme (adj.) Formé de deux parties globuleuses, soudées entre elles et également saillantes.  
Didyname (adj.) Pour une fleur à 4 étamines dont deux plus courtes.  
Différentielle (adj.) Qualifie une espèce ayant une présence plus élevée dans un groupement végétal que dans d'autres groupements de même rang syntaxonomique.  
Diffus (adj.) Étalé horizontalement, lâchement et sans ordre.  
Digité (adj.) Pour un organe divisé à partir d'un même point comme les doigts de la main étalée.  
Dimorphisme (n.m.) Présence de deux types d'individus dans une même espèce, ou de deux types d'organes homologues dans un même individu.  
Dioïque (adj.) Pour une espèce dont les fleurs d'un individu sont toutes unisexuées et du même sexe (il y a donc des pieds mâles et des pieds femelles).  
Diploïde (adj.) Pour des cellules dont le génome est constitué de paires de chromosomes homologues, soit un nombre de 2n chromosomes.
Complément : - ploïde, et ses dérivés (alloploïde, tétraploïde, autoploïde...).
 
Discoïde (adj.) De forme ronde et aplatie.  
Discolore (adj.) Offrant deux surfaces ou deux faces colorées différemment.
Contraire : concolore.
 
Disjointe (Aire) (adj.) Qualifie des populations de la même espèce ou sous-espèces isolées géographiquement. Cette disjonction peut être d'origine historique (changements climatiques, tectonique et géologie) ou humaine (destruction de milieux).  
Disperme (adj.) Pour un fruit qui a 2 graines.  
Disque (n.m.) - Organe glanduleux surmontant le réceptacle de certaines fleurs.
- Renflement annulaire situé autour de la base de l'ovaire. ex.: Lierre, Erable. - Partie centrale du capitule des Composées.
 
Distal (adj.) Pour l'extrémité d'un organe opposée à celle par laquelle il est fixé à son support.  
Distique (adj.) Pour des organes disposés sur un axe commun, sur deux rangs opposés et situés dans un même plan.  
Dition (n.f.) Territoire, ne couvrant pas obligatoirement une division administrative, concerné par un travail scientifique (étude biogéographique, inventaire botanique ou zoologique...).  
Divariqué (adj.) Écarté à angle très obtus, presque à angle droit et en tous sens.  
Doline (n.f.) Dépression des plateaux calcaires karstiques formée par dissolution et infiltration des éléments calcaires (dans un environnement calcaire, une doline peut présenter alors un sol plus ou moins acide).  
Domaine biogéographique (n.m.) Territoire défini par ses caractéristiques climatiques, géographiques et floristiques (ex.: domaine atlantique, domaine méditerranéen…).  
Domatie (n.f.) Structure spécifiquement adaptée, développée sur un organe végétal et attirant certains petits animaux qui s'y installent (ex.: une acarodomatie héberge des acariens ; une myrmécodomatie héberge des fourmis).  
Dorsal (adj.) Situé du côté de l'axe.
Syn.: adaxial, postérieur.
Contraire : abaxial, antérieur, ventral.
 
Double fécondation (n.f.) Fécondation caractéristique des Angiospermes où deux spermatozoïdes fécondent l'un le gamète femelle, donnant un œuf qui évoluera en embryon, et l'autre deux noyaux haploïdes (les noyaux polaires) qui fusionnent, donnant une cellule triploïde qui est à l'origine de l'albumen.  
Drageon (n.m.) Chez un arbre, rameau issu d'un bourgeon apparu à un emplacement inhabituel pour un tel organe (sur une racine par ex.).  
Drageonnant (adj.) Qui se multiplie au moyen de drageons.  
Drainé (Sol) (adj.) Pour un sol dans lequel l'eau s'infiltre ou s'écoule rapidement (alors bien aéré).
Syn.: filtrant, perméable (pour bien drainé)
Contraire : engorgé (asphyxiant).
 
Dressé (adj.) Vertical ou presque sur toute sa longueur.
Syn.: érigé.
 
Drupacé (adj.) Pour un fruit ayant la consistance d'une drupe (ex.: Pistachier térébinthe).  
Drupéole (n.m.) Petite drupe (ex.: chacun des"grains" des fruits de la ronce).  
Drupe (n.f.) Fruit charnu, succulent, indéhiscent, renfermant un noyau à une seule graine (ex.: cerise, prune, abricot, pêche...).  
Dryade (n.f.) Essence d'ombre à l'état juvénile et à longue durée de vie (ex.: hêtre, sapin...).  
E ↑ haut
Écaille (n.f.) 1. Petite lame mince et coriace, parfois charnue, qui accompagne ou protège certains organes. 2. Petit élément plat (poil tecteur ou excrétion superficielle) appliqué à une surface.  
Échancré (adj.) Qui présente une échancrure ou entaille peu profonde.
Syn.: émarginé.
 
Écosystème (n.m.) Unité écologique résultant de l'association d'une biocénose (peuplement vivant) et d'un biotope (milieu non vivant où elle se développe).  
Écotone (n.m.) Frange de contact et d'échanges biologiques entre deux milieux de caractères écologiques différents. C'est un espace linéaire souvent à forte biodiversité (ex.: la zone battue par les marées (ou les vagues) sur le littoral).  
Écotype (n.m.) À l'intérieur d'une espèce, ensemble de populations génétiquement différenciées par la sélection naturelle exercée par un (ou plusieurs) facteur(s) écologique(s).  
Écusson (n.m.) Organe élargi, distal, des écailles du cône femelle des Gymnospermes.  
Édaphique (adj.) Qui concerne les relations entre les êtres vivants et leur substrat, ou les conditions écologiques (drainage, composition physico-chimique) qui définissent ce substrat. Qui a trait au sol et à ses relations avec les végétaux.  
Elliptique (adj.) En forme d'ellipse ou courbe régulière plus longue que large (ex.: la feuille du muguet, régulièrement rétrécie du milieu vers les deux bouts).  
Émarginé (adj.) Qui présente une échancrure ou entaille peu profonde.
Syn.: échancré.
 
Embrassant (adj.) Se dit d'un organe qui entoure l'axe sur lequel il est inséré.  
emend. (abrev.) Emendavit. En taxonomie, modification de la délimitation d'un taxon (ex.: Brassica rapa L. et B. campestris L. de même date ont été réunis par Metzger sous B. rapa L. emend. Metzger).  
Endémique (n.f. et adj.) Se dit d'une espèce qui ne se rencontre qu'en un lieu ou une région donnés. Il existe des endémiques de territoires naturels (ex.: endémique pyrénéenne, endémiques insulaires...) et des endémiques administratives (endémiques françaises).  
Endocarpe (n.m.) Tissu tapissant la face interne de la paroi du fruit.  
Endozoochorie (n.f.) Transport de semences par des animaux qui les avalent et les disséminent après un transit digestif.  
Engainant (adj.) Formant une gaîne, c'est à dire un étui ou long anneau autour d'un autre organe (ex.: la feuille des graminées).  
Engorgé (Sol) (adj.) Pour un sol dans lequel l'eau s'infiltre et stagne dans le substrat. Un tel sol, asphyxiant, est aussi dit "mal drainé".
Contraire : sol filtrant, sol perméable.
 
Enrésinement (n.m.) Plantation d'arbres résineux effectuée dans un milieu non boisé (ou déboisé à cet effet).  
Ensellement (n.m.) Pli ouvert vers le haut, évoquant la partie concave d'une selle, affectant un organe plan.  
Ensiforme (adj.) Pour un organe plan, étroit, long, pointu et droit, en forme de lame d'épée (ex.: les feuilles des iris).  
Entier (adj.) Pour un organe plan, feuille, pétale... dont la marge ne présente aucune découpure.
Syn.: indivis.
 
Entomogame (adj.) Se dit d'une espèce (ou d'une plante) dont les fleurs sont fécondées par l'intermédiaire des insectes.  
Entomogamie (n.f.) Mode de pollinisation dans lequel le pollen est transporté par des insectes.  
Entre-noeud, Entrenoeud (n.m.) Intervalle nu compris entre deux nœuds d'une tige.
Syn.: mérithalle.
 
Épars (adj.) Disposé sans aucun ordre.  
Éperon (n.m.) Prolongement tubuleux du calice ou de la corolle au-dessous de la fleur.  
Éperonné (adj.) Présentant un ou plusieurs éperons.  
Éphémérophyte (n.f.) Plante annuelle à cycle biologique très court.  
Épi (n.m.) Inflorescence dont les fleurs sont sessiles ou subsessiles sur un axe simple (ex.: orge, blé…).  
Épicalice (n.m.) Enveloppe florale surnuméraire, placée à l'extérieur du calice, et formé de folioles ou d'écailles ± semblables aux sépales (ex.: mauve, potentille, œillet.  
Épichile (n.m.) Partie distale, nettement séparée de la partie proximale, du labelle de certaines orchidées (ex.: Epipactis).  
Épiderme (n.m.) Assise de cellules jointives qui tapissent certains organes.  
Épigé (adj.) Placé à la surface ou se montrant hors du sol.  
Épigyne (adj.) Inséré au sommet de l'ovaire (celui-ci est infère).  
Épillet (n.m.) Portion unitaire de l'inflorescence des graminées et des cypéracées. Il est composé de glumes et de glumelles imbriquées, entre lesquelles sont les fleurs minuscules et nues. Voir une
Illustration
Épine (n.f.) Pointe droite et aiguë, faisant corps avec la tige, les rameaux ou un autre organe, et ne pouvant en être détachée sans déchirer les fibres (à la différence de l'aiguillon).  
Épineux (adj.) Pourvu d'épines ou d'aiguillons.
Contraire : inerme.
 
Épipétale (adj.) Inséré sur un pétale.  
Épiphyte (adj.) Se dit d'une plante vivant sur une autre plante, à laquelle elle n'emprunte que le support.  
Épizoochorie (n.f.) Mode de dissémination où les semences sont accrochées (de diverses façons) sur des animaux.  
Érigé (adj.) Vertical ou presque sur toute sa longueur.
Syn.: dressé.
 
Érodé (adj.) À bords irrégulièrement dentés et comme rongés (ex.: les feuilles de Lactuca virosa).  
Espèce (n.f.) Unité fondamentale de la systématique - l'espèce est constituée d'individus interféconds qui se ressemblent tous entre eux.
Ce concept échappe plus ou moins à une définition constante et rigoureuse, mais sa réalité est généralement évidente.
 
Estivation (n.f.) Préfloraison.  
Étage (de végétation) (n.m.) Zone bioclimatique définie, notamment (mais non exclusivement) en fonction de l'altitude.
Étage alpin : compris entre la limite supérieure naturelle de la forêt (2200 à 2500 m suivant la latitude) et la disparition de la végétation liée au froid ou à la présence de neiges éternelles.
Étage subalpin : Il prend place entre l'étage montagnard et l'étage alpin, soit ± 1600 à 2200 m. Il est marqué par la prédominance de forêts résineuses associées à quelques rares feuillus.
Étage montagnard : entre l'étage supraméditerranéen ou collinéen et l'étage subalpin. Il se situe approximativement en France continentale entre 800 et 1600 m et en région méditerranéenne entre 1200 et 1800 m. Selon la pluviosité, l'étage montagnard humide, où domine la hêtraie, s'oppose à l'étage montagnard sec, domaine de la pinède de pins sylvestres.
Étage collinéen : en région continentale, entre le planitiaire et le montagnard. En région méditerranéenne, transition entre l'étage méditerranéen et l'étage montagnard dans les secteurs les plus arrosés.
Étage méditerranéen : à la périphérie de la Méditerranée, il est caractérisé par la présence d'espèces ou de groupements végétaux particuliers (également qualifiés de méditerranéens). Par extension et pratique, on assimile ce territoire biogéographique aux conditions climatiques bien particulières à un étage de végétation. Au sens strict, correspond en Europe à l'aire de culture de l'olivier.
 
Étalé (adj.) Disposé plus ou moins perpendiculairement par rapport à la tige.  
Étamine (n.f.) Organe mâle de la fleur, situé entre la corolle et le pistil, composé du filet et de l'anthère et produisant le pollen.  
Étendard (n.m.) Pétale supérieur, ordinairement plus grand, de la corolle des Papilionacées.  
Étoilé (Poil) (adj.) Muni de plusieurs branches étalées parallèlement à la surface qui porte le poil.  
Eurasiatique (Aire) (adj.) Du continent eurasiatique (de l'Europe au Japon).
- Eurasiatique paléotempérée.
- Eurasiatique s.l.
- Eurasiatique sud européenne-sud sibérienne.
- Eurasiatique européo-caucasienne.
- Eurasiatique européenne.
- Eurasiatique centreuropéenne (ou centro-européenne).
- Eurasiatique nord européenne.
- Eurasiatique sud-est européenne.
 
Européenne (Aire) (adj.) Concerne les espèces ou les groupements végétaux dont l'aire naturelle de répartition s'étend largement dans les limites de l'Europe.  
Europeo-caucasienne (Aire) (adj.) Pour une espèce présente en Europe et au Caucase.  
Eurosibérienne (Aire) (adj.) Concerne les espèces ou les groupements végétaux dont l'aire naturelle de répartition s'étend de l'Europe du nord à la Sibérie.  
Euryméditerranéene (Aire) (adj.) À large répartition méditerranéenne, dont l'aire de répartition est centrée sur les côtes méditerranéennes et s'étend vers le nord (± aire de la vigne.
- Euryméditerranéen septentrional : côte nord de la Méditerranée de l'Espagne à la Grèce.
- Euryméditerranéen oriental : bassin oriental de la Méditerranée, des Balkans à la Turquie et l'Egypte.
- Euryméditerranéen méridional : côte sud de la Méditerranée du Maroc à l'Egypte.
- Euryméditerranéen occidental : bassin occidental de la Ligurie à l'Espagne, au Maroc et à l'Algérie.
- Euryméditerranéen nord-occidental : de la Ligurie à l'Espagne.
- Euryméditerranéen sud-occidental : du Maroc à la Tunisie et la Sicile.
- Euryméditerranéen nord-oriental : des Balkans à la Turquie.
- Euryméditerranéen sud-oriental : de la Cyrénaïque à l'Egypte et la Syrie.
 
Eutrophe (adj.) Pour un substrat (sol, eau) riche en éléments nutritifs (notamment nitrates et phosphates), généralement non ou faiblement acide, et permettant une forte activité biologique.  
Eutrophisation (n.m.) Enrichissement marqué, voire excessif, d'un sol ou d'une eau en éléments nutritifs, sous l'influence d'apport d'engrais ou d'effluents urbains. Elle provoque un déséquilibre de la flore et de la faune du milieu concerné.  
Exsert (adj.) Qui fait saillie en dehors. Se dit d'un organe dépassant longuement hors de la structure au sein de laquelle il est inséré.
Syn.: saillant.
Contraire : inclus.
 
Extrorse (adj.) Se dit d'anthères qui s'ouvrent vers le dehors de la fleur (vers les pétales).
Contraire : introrse.
 
F ↑ haut
f., fa. (abrev.) En taxonomie, abréviation pour forma = forme, le plus "petit" taxon reconnu.  
Falciforme (adj.) Arqué en forme de faux ou de faucille.  
Famille (n.f.) Rang taxonomique. Le nom d'une famille dérive d'un genre, et, conventionnellement, se termine par -aceae (-acées en français). ex.: Fabaceae, Fabacées, d'après le genre Faba.  
Fanaison (n.f.) Dynamique qui aboutit à l'état fané. Ce mot est un néologisme qui ne semble pas admis dans la langue française. Cependant, il est le seul à avoir cette signification botanique précise, ce qui justifie son usage.  
Farineux (adj.) Couvert de poudre cireuse semblable à une farine.  
Fasciculé (adj.) Réuni en faisceau, en assemblage d'organes rapprochés en long.  
Fascicule (n.m.) Groupe d'organes homologues insérés au même point.  
Fastigié (adj.) Dont les rameaux sont rapprochés et dressés.  
Fermé (adj.) Densément peuplé, en parlant d'un milieu, d'une formation végétale. En conséquence, fortement ombragé.
Contraire : ouvert.
 
Ferrugineux (adj.) Couvert d'un indument de couleur rouille.  
Feuille (n.f.) Organe porté par la tige, accompagné d'un bourgeon axillaire situé à sa base, du côté orienté vers le haut de l'axe. La feuille, généralement aplatie transversalement au sens d'allongement de la tige, comporte normalement un limbe et un pétiole.  
Fibreux (adj.) Formé de filaments simples ou peu rameux.  
Filet (n.m.) Partie inférieure, généralement filiforme, de l'étamine - le filet porte l'anthère à son sommet.  
Filiforme (adj.) Fin et allongé comme un fil.  
Filtrant (Sol) (adj.) Pour un sol dans lequel l'eau s'infiltre ou s'écoule rapidement. Un tel sol est aussi dit "bien drainé" ou "perméable".
Contraire : engorgé.
 
Fimbrié (adj.) À bord découpé comme une frange. Frangé d'appendices mous, plus épais que des poils.  
Fistuleux (adj.) Cylindrique et creux en dedans, comme une flûte.  
Flora Alpina Flora Alpina, David Aeschimann, Konrad Lauber, Daniel Martin Moser, Jean-Paul Theurillat. 3 volumes. Belin, 2004.  
Flore des Pays Catalans Flora dels països Catalans, Oriol di Bolòs i Josep Vigo. 4 volumes. Editorial Barcino, 1984.  
Flore du CNRS FLORE DE FRANCE ; vol. 1, 2, 3, 4 et 5. GUINOCHET (Marcel) et VILMORIN (Roger de). 1973 – 1984 ; 1868 p. ; en Français ; Ed. Cnrs.  
Flora Europaea Flora Europaea, T. Tutin and al. Cambridge, London, New York, Melbourne, Cambridge University Press, 5 volumes.  
Flora Gallica Flora Gallica, Jean-Marc Tison et Bruno de Foucault. Biotope Éditions, 2014.  
Flora Iberica Flora Iberica, Castroviejo, S. (coord. gen.). 1986-2012. 1-8, 10-15, 17-18, 21. Real Jardín Botánico, CSIC, Madrid.  
Flora Italia Flora d'Italia, Sandro Pignatti. Editore: Edagricole-New Business Media
Anno edizione : 2002, 3 vol.
 
Flore méditerranéenne continentale Flore de la France méditerranéenne continentale. Jean-Marc Tison, Philippe Jauzein, Henri Michaud. Naturalia, 2014.  
Flore du Vaucluse Flore du Vaucluse, Bernard Girerd, Jean-Pierre Roux. Biotope Éditions, 2011.  
Flagellé (adj.) Muni d'un flagelle.  
Flagelle (n.m.) Prolongement mince, souple, très long. Souvent lié soit à la mobilité (d'un très petit organisme), soit à l'extension rapide d'une partie de l'organisme (chez une grande liane).  
Flèche (n.f.) Sommet de l'axe orthotrope unique (chez les sapins par exemple).  
Fleur (n.f.) Édifice plus ou moins complexe contenant les organes sexuels de la plante et assurant l'accomplissement de la sexualité. La fleur complète est composée du calice (ensemble des sépales), de la corolle (ensemble des pétales), des étamines et du pistil.  
Fleuron (n.f.) Petites fleurs sessiles groupées sur un réceptacle. Fleur unitaire d'un capitule - le capitule est composé de fleurons serrés les uns contre les autres.
Syn.: fleurette.
 
Flexueux (adj.) Plié ou courbé plusieurs fois en zigzag.  
Floconneux (adj.) Qui porte des flocons de poils.  
Florifère (adj.) Qui porte des fleurs.  
Flosculeux (adj.) Pour des capitules de Composées comprenant uniquement des fleurs tubulaires.  
Foliacé (adj.) Qui a l'apparence d'une feuille, par son aspect ou sa consistance.  
Foliiforme (adj.) En forme de feuille (ex. cladode du petit houx).  
Foliole (n.f.) Division d'une feuille composée, d'un involucre ou d'un périanthe.  
Foliolule (n.f.) Elément unitaire d'une feuille deux fois composée.  
Follicule (n.m.) Fruit sec, déhiscent le long de la suture carpellaire, formé d'un seul carpelle.  
Fontinal (adj.) Se dit d'une espèce ou d'une végétation croissant près des sources, des suintements ou des fontaines.  
Forêt (n.f.) Biotope forestier dans lequel les arbres occultent une partie de la lumière arrivant au sol. Cette occultation peut être légère (forêts claires), ou nette (forêt sombre, forêt dense). Un bois désigne une forêt peu étendue, avec les mêmes qualificatifs.  
Formation végétale (n.f.) Végétation de physionomie relativement homogène, due à la dominance d'une ou plusieurs formes biologiques.  
Forme biologique (n.f.) Type d'organisation morphologique et biologique d'un végétal, en relation avec sa durée de vie et la manière dont il passe l'hiver.  
Forme morphologique (n.f.) Caractère morphologique apparaissant de façon plus ou moins régulière au sein d'une espèce (ex.: les deux formes jaune et rouge de Dactylorhiza sambucina).  
Formule florale (n.f.) Description rigoureuse de l'organisation d'une fleur (nombre de sépales, de pétales, nombre et disposition des étamines, nombre d'ovaires et de styles) sous une forme symbolique conventionnelle très brève.  
Fossette (n.f.) Petite cavité.  
Fourré (n.m.) Formation assez haute d'arbustes.
Syn.: fruticée.
 
Frais (Sol) (adj.) Bien pourvu en eau, sans excès (en même temps bien aéré).  
Friche (n.f.) Formation végétale apparaissant spontanément sur un terrain cultivé, dans les quelques années qui suivent l'abandon de la culture.  
Fronde (n.f.) "Feuille" des fougères.  
Fructifère (adj.) Qui porte le fruit (ex.: calice fructifère).  
Fructification (n.f.) Période du cycle végétal où se forment les fruits. Ensemble de fruits groupés.  
Fruit (n.m.) Organe qui contient les graines, et résulte du développement des organes femelles de la fleur après fécondation.  
Frutescent (adj.) Qui a le port d'un arbrisseau. Semblable à un arbuste.  
Fruticée (n.f.) Formation végétale assez haute d'arbustes.
Syn. : fourrés.
 
Funicule (n.m.) Partie plus ou moins allongée assurant la fixation de l’ovule sur le placenta.  
Furfuracé (adj.) Qui est couvert d’une poussière blanchâtre. Furfur est le nom donné à l'ensemble de nombreuses pellicules de desquamation dans le pelage des animaux ou le cuir chevelu.  
Fusiforme (n.f.) En forme de fuseau, c'est-à-dire renflé au milieu et atténué aux deux bouts.  
Fût (n.m.) Partie du tronc d'un arbre sur pied comprise entre sa racine et son houppier.  
Futaie (n.f.) Forêt dont la plupart des arbres ont un tronc simple et vertical. Ces arbres sont de même âge dans la futaie régulière ou appartiennent à des classes d'âges différentes dans la futaie irrégulière ou futaie jardinée.  
G ↑ haut
Gaine (n.f.) Base de feuille élargie en une enveloppe plus ou moins cylindrique, fendue longitudinalement ou non, qui entoure la tige.  
Galle (n.f.) Grosseur ou protubérance provoquée par des insectes, pouvant se rencontrer n'importe où sur la plante.  
Gamétange (n.m.) Organe dans lequel s'élaborent les gamètes. Sa paroi est une assise pluricellulaire.  
Gamète (n.m.) Cellule reproductrice haploïde - elle se forme à l'issue d'une méiose - elle fusionnera avec une autre, de sexe opposé, lors de la reproduction sexuée.  
Gamétophyte (n.m.) Organisme haploïde dans lequel se différencient les gamètes.  
Gamopétale (adj.) Pour une corolle dont les divisions (pétales) sont plus ou moins soudées entre elles et forment un tube.
Syn.: monopétale.
 
Gamosépale (adj.) Pour un calice dont les divisions (sépales)sont plus ou moins soudées entre elles et forment un tube.
Syn.: monosépale.
 
Garide (n.f.) Formation végétale très ouverte, constituée d'une pelouse avec des arbrisseaux et sous-arbrisseaux disséminés, en stations sèches et ensoleillées non méditerranéennes.  
Garrigue (n.f.) Formation végétale ligneuse méditerranéenne, en peuplement discontinu (plus ou moins ouvert) laissant voir le substrat, composée d'arbrisseaux et sous-arbrisseaux ne dépassant pas 80 cm à 1 mètre. Elle est le plus souvent liée à la déforestation (feu ou mécanique) ou au pâturage.  
Gazonnant (adj.) Qui recouvre le sol comme un gazon épais.  
Géitonogame (adj.) Qualifie la fécondation d'une fleur par le pollen d'une fleur du même individu. Pour les ombellifères, on peut parler de géitonogamie ombellaire (fécondation entre fleurs différentes de la même ombelle), de géitonogamie interombellaire (entre ombelles différentes) (Reduron 2007). Contraire/complément : allogame (fécondation entre deux fleurs portées par des pieds différents), autogame (fécondation au sein d'une même fleur).  
Géitonogamie (n.f.) Fécondation d'une fleur par le pollen d'une fleur du même individu. Pour les ombellifères, on peut parler de géitonogamie ombellaire (fécondation entre fleurs différentes de la même ombelle), de géitonogamie interombellaire (entre ombelles différentes) (Reduron 2007).
Contraire/complément : allogamie (fécondation entre deux fleurs portées par des pieds différents), autogamie (fécondation au sein d'une même fleur).
 
Géminé (adj.) Pour des organes disposés deux par deux sans être opposés.  
Gemmule (n.f.) Bourgeon apical d'un embryon, situé entre les cotylédons, au sommet de la tigelle.  
Géniculé (adj.) Plié brusquement, en faisant un angle, en forme de genou.
Syn.: genouillé.
 
Génistaie (n.f.) Formation dominée par les genêts.  
Génome (n.m.) Lot de chromosomes contenu dans une cellule haploïde. Une cellule diploïde contient deux génomes homologues.  
Génotype (n.m.) Constitution génétique d'un organisme, par opposition à sa morphologie qui est son phénotype.  
Genouillé (adj.) Plié brusquement, en faisant un angle, en forme de genou.
Syn.: géniculé.
 
Genre (n.m.) Rang taxonomique, entre l'espèce et la famille, correspondant à un groupe homogène d'espèces qui se ressemblent de façon évidente.  
Géocarpie (n.f.) Production de fruits qui s'enfoncent dans la terre et y mûrissent.  
Géophyte (n.f. et adj.) Plante ou qualificatif d'une plante dont les organes de renouvellement sont situés dans le sol (bulbe, tubercule, rhizome).
- Géophyte à racine bourgeonnante (Cirsium arvense).
- Géophyte bulbeux (Allium sp., Muscari sp.).
- Géophyte rhizomateux (Dryopteris sp.).
- Géophyte parasite (Cytinus sp.).
- Géophyte lithophyte (des éboulis) (Borderea sp.).
 
Géotrope (adj.) Qui croît vers le bas (= à géotropisme positif).  
Géotropisme (n.m.) Orientation de la croissance d'un organe vers le sol (suivant la force de gravité terrestre).  
Germination (n.f.) Phénomène par lequel l'activité métabolique de la plantule augmente, permettant sa croissance, sa sortie de la graine, son implantation dans le sol et la mise en place de sa vie autonome.  
Gibbeux (adj.) Muni d'une ou plusieurs gibbosités.  
Gibbosité (n.f.) Protubérance, bosse observée sur certains organes.  
Gitonogamie (n.f.) Pollinisation d'une fleur par du pollen d'une autre fleur, mais portée par le même individu.  
Glabre (adj.) Dépourvu de poils.  
Glabrescent (adj.) Presque glabre.  
Glande (n.f.) Appareil sécréteur, quels que soient sa forme, sa localisation, le lieu d'émission et la nature de la sécrétion.  
Glanduleux (adj.) Qualifie un organe muni de glandes ou un poil terminé par une partie sphérique, sécrétrice, lui donnant l'aspect d'une minuscule tête d'épingle.  
Glaucescent (adj.) Presque glauque.  
Glauque (adj.) D'un vert bleuâtre ou bleu de mer.  
Globuleux (adj.) Qualifie un organe, ou un groupe compact d'organes, plus ou moins en boule.  
Glochidie (n.f.) Poil crochu vers le bas.  
Glomérule (n.m.) Groupe de fleurs (sub)sessiles, nombreuses, insérées au même niveau sur une tige.  
Glumacé (adj.) De la nature écailleuse des glumes.  
Glume (n.f.) Petite bractée membraneuse qui entoure la base des épillets chez les graminées.  
Glumelle (n.f.) Bractée qui forme l'enveloppe extérieure de chaque fleur de l'épillet chez les graminées.  
Glutineux (adj.) Gluant et visqueux. Collant aux doigts. Portant des glandes qui secrètent des substances collantes.  
Goniotriche (adj.) Qualifie un rameau quadrangulaire poilu seulement le long des 4 angles.  
Gorge (n.f.) Entrée du tube d'un calice monosépale ou d'une corolle monopétale.  
Gousse (n.f.) Fruit sec à 1 seule loge, le plus souvent s'ouvrant en deux valves, dont chacune porte une rangée de graines (ex.: la plupart des légumineuses).  
Graine (n.f.) Structure résultant du développement d'un ovule fécondé. Elle contient un embryon et des réserves nutritives, et est entourée de téguments protecteurs.  
Graminiforme (adj.) Linéaire, étroit, à nervures parallèles, semblable à une feuille de graminée.
Syn.: graminoïde.
 
Graminoïde (adj.) Linéaire, étroit, à nervures parallèles, semblable à une feuille de graminée.
Syn.: graminiforme.
 
Granuleux (adj.) Qui porte des tubercules en forme de petits grains.  
Grappe (n.f.) Inflorescence formée d'un axe primaire portant des axes secondaires ou rameaux terminés chacun par une fleur.  
Gravicole (adj.) Pour une plante qui pousse dans les graviers (plante d'alluvions).  
Grêle (adj.) Mince et fluet.  
Grimpant (adj.) Qui ne peut s'élever qu'à l'aide d'un support auquel il se fixe soit par des vrilles, soit par des racines.  
Groupe (n.m.) À l'intérieur d'un genre, ensemble, sans valeur nomenclaturale, d'espèces ou de sous-espèces réunies par commodité car elles présentent d'assez nombreuses ressemblances morphologiques. Cette définition n'est pas acceptée par tous les botanistes, car interférant avec la notion de "groupe d'espèces", au sens d'espèce linnéenne.
Syn.: agrégat, espèce collective.
Le "groupe d'espèces" désigne un taxon considéré comme espèce par Linné et ses continuateurs, et au sein duquel des études ultérieures ont permis de distinguer plusieurs espèces. ex.: Ophrys bertolonii au sens large (on écrit s.l.).
 
Guttation (n.f.) Émission de gouttes d'eau par les plantes, au niveau des hydathodes.  
Gymnosperme (n.f. et adj.) Plante ou qualificatif d'une plante à ovules et graines nues, non renfermées dans un ovaire ou péricarpe (conifères…).  
Gynécée (n.m.) Ensemble des organes femelles de la fleur.  
Gynobasique (adj.) Se dit d'un style inséré à la base de l'ovaire.  
Gynophore (n.m.) Petit support du pistil se trouvant porté au-dessus des autres organes de la fleur (ex.: Silene nemoralis).
Syn.: carpophore, thécaphore.
 
Gynostème (n.m.) Chez les Orchidées, partie axiale, plus ou moins allongée de la fleur, formée par la soudure du style et des étamines.
Syn.: colonne.
 
H ↑ haut
Habitat (n.m.) Localisation, définie par l'ensemble de ses conditions écologiques, où se rencontre une plante.
Syn.: biotope.
 
Halophyte (n.f.) Plante vivant en milieux salés.  
Hampe (n.f.) Pédoncule nu, partant de la souche et portant une ou plusieurs fleurs.  
Haploïde (adj.) Caractérise un individu dont chaque cellule ne contient qu'un chromosome de chaque paire de chromosomes homologues : elle ne contient qu'un seul génome, soit un nombre de n chromosomes. voir aussi diploïde.  
Haplobionte (n.m.) Organisme dont le cycle biologique est presqu'entièrement haploïde : la phase diploïde n'est représentée que par le zygote.  
Hasté (adj.) En forme de fer de hallebarde, muni à la base de deux lobes étalés horizontalement («en fer de lance»).  
Héliophile (adj.) Se dit d'une plante qui vit en pleine lumière.
Contraire : sciaphile.
Rq.: Ombrophile : qui aime la pluie.
 
Héliophyte (n.m.) Végétal ayant son optimum de croissance en pleine lumière.
Contraire : sciaphyte.
 
Hélophyte (n.f.) Végétal dont les organes de renouvellement se situent dans la vase, dans les marais (ex.: Sparganium).  
Hémicryptophyte (n.f. et adj.) Plante ou qualificatif d'une plante vivace dont les bourgeons de renouvellement sont situés au niveau du sol.
- Hémicryptophyte cespiteux : poussant en touffes serrées (Festuca ovina).
- Hémicryptophyte rampant (Cynodon sp.).
- Hémicryptophyte à scape : dont les inflorescences sont portées par une hampe (Trifolium pratense).
- Hémicryptophyte en rosette (Bellis perennis).
- Hémicryptophyte bisannuel (Crepis biennis).
- Hémicryptophyte caduc (Bryonia sp.).
- Hémicryptophyte lithophyte : des éboulis (Rumex scutatus).
 
Hémiparasite (n.m. et adj.) Organisme ou qualificatif d'un organisme tirant par un contact permanent et intime sa nourriture d'un autre être vivant (nommé hôte), soit en totalité (holoparasite), soit en partie (hémiparasite).  
Herbacé (adj.) Ayant la consistance molle de l'herbe, par opposition à ligneux.  
Hercogamie (n.f.) État d'une plante à fleurs hermaphrodites, dont les deux sexes mûrissent simultanément, mais dans laquelle l'autogamie est interdite par la disposition topographique (ou mécanique) des pièces florales.  
Hérissé (adj.) Garni de poils droits et un peu raides.  
Hermaphrodite (adj.) Fleur pourvue d'étamines et de pistils, et donc, bisexuée. Plus largement, qui porte les deux sexes, male et femelle, tous deux fonctionnels.  
Hétéracanthe (adj.) Tige ou rameau hérissé d'aiguillons et d'acicules d'aspect bien différent (ex. tige de certains églantiers).  
Hétérophylle (adj.) Ayant des feuilles de différentes formes.
Contraire : homophylle.
 
Hétérophyllie (n.f.) État d'une plante ayant des feuilles de différentes formes.  
Hétérostylé (adj.) Présentant une hétérostylie [présence, dans une même espèce, d'individus qui se distinguent les uns des autres par la longueur relative du style (longistylé) et des étamines (brévistylé)].  
Hétérostylie (n.f.) Présence, dans une même espèce, d'individus qui se distinguent les uns des autres par la longueur relative du style (longistylé) et des étamines (brévistylé).  
Hétérotrophe (adj.) Définit un être qui se nourrit d'éléments organiques précédemment synthétisés par d'autres organismes.  
Hile (n.m.) Point où le funicule s'insère sur la graine : quand celle-ci est libérée, il apparaît sous l'aspect d'une cicatrice.  
Hispide (adj.) Garni de poils longs, raides et presque piquants (ex.: la vipérine).  
Hispidulé (adj.) Un peu hispide.  
Holarctique (adj.) Propre à l'hémisphère nord.  
Holoparasite (n.m. et adj.) Organisme ou qualificatif d'un organisme tirant par un contact permanent et intime sa nourriture d'un autre être vivant (nommé hôte), soit en totalité (holoparasite), soit en partie (hémiparasite).  
Holotriche (adj.) Qualifie un rameau anguleux couvert de poils sur toutes les faces.  
Homophylle (adj.) À feuilles toutes semblables.
Contraire : hétérophylle.
 
Hort. (abrév.) Abréviation de hortulanus. Signale une combinaison utilisée en horticulture (dont la nomenclature est différente de celle des plantes sauvages).  
Houppier (n.m.) Ensemble des ramifications (branches et rameaux) d'un arbre et de la partie du tronc non comprise dans le fût.  
Humicole (adj.) Plante poussant dans une couche d'humus.  
Humus (n.m.) Matière organique d'origine végétale plus ou moins transformée par les microorganismes du sol (bactéries, champignons). On oppose (avec des intermédiaires) :
- l'humus brut (Mor), très acide, infertile, mal incorporé aux matières minérales du sol superficiel.
- l'humus doux (Mull), faiblement acide, facilement associé aux particules du sol et rapidement décomposable en ions nutritifs utilisables par les plantes.
 
Hyalin (adj.) Incolore et transparent.  
Hybridation (n.f.) Formation naturelle ou artificielle d'un hybride. Chez les végétaux cultivés, l'hybridation se fait par pollinisation d'une plante, aux fleurs préalablement privées d'étamines, avec le pollen originaire d'un autre taxon.  
Hybride (n.m.) Qui résulte de la fécondation entre individus appartenant à deux espèces différentes. Ce sont des hybrides interspécifiques.
De rares hybrides résultent d'une fécondation entre individus appartenant à deux genres différents, donc entre génomes encore plus dissemblables. Ce sont des hybrides intergénériques.
En taxonomie, les principaux rangs de nothotaxons (taxons hybrides) sont le nothogenre (hybride entre 2 espèces appartenant à des genres différents) et la nothoespèce (hybride entre deux espèces appartenant au même genre).
 
Hydatode (n.m.) Pore spécialisé excrétant l'eau (à l'état liquide) par guttation. Les hydatodes sont situés sur la marge ou au sommet des feuilles.
Syn.: stomate aquifère.
 
Hydrochorie (n.f.) Dissémination des diaspores par l'eau.  
Hydromorphe (adj.) Se dit d'un sol ou d'un horizon dans lequel un engorgement (temporaire ou permanent) laisse des traces dues, notamment, aux oxydes de fer.  
Hydrophile (adj.) Pour une plante poussant dans des lieux humides à détrempés (immergée, flottante ou amphibie).  
Hydrophyte (n.f.) Plante vivant dans les milieux aquatiques.
- Hydrophyte nageant ou flottant : plantes non enracinées [ex.: Lemna (lentille d'eau), Salvinia].
- Hydrophyte radicant : plante enracinée au fond [ex.: Potamogeton (potamots)].
 
Hydrotropisme (n.m.) Orientation de la croissance d'un organe en fonction de la présence d'eau.  
Hygrocline (adj.) Se dit d'une espèce préférant les sols moyennement humides  
Hygrophile (adj.) Se dit d'une espèce ayant besoin de fortes quantités d'eau tout au long de son développement.  
Hygrophyte (n.f. et adj.) Plante vivant dans les milieux humides.  
Hygrosciaphile (adj.) Se dit d'une espèce recherchant des conditions d'ombre et de forte humidité atmosphérique.  
Hypanthium (n.m.) Chez les rosacées, nom donné au réceptacle, concave/cupuliforme qui entoure les akènes, formant avec ceux-ci un cynorhodon..  
Hypochile (n.m.) Chez certains genres d'orchidées (Epipactis,...), partie proximale du labelle, distincte de sa partie distale ou épichile.  
Hypocotyle (n.m.) Partie de l'axe de la plantule comprise entre le collet et l'insertion des cotylédons.  
Hypocratériforme (adj.) En forme de soucoupe, à tube étroit et long, terminé par un limbe brusquement évasé.  
Hypogé, Hypogée (adj.) Qui se développe sous terre.  
Hypogyne (adj.) Inséré à la base ou au-dessous de l'ovaire (ex.: les étamines des renoncules).  
Hypophyllopode (adj.) Qualifie un groupe informel de Hieracium (épervières) à rosette basale réduite (les autres groupes basés sur les feuilles de la base de la tige sont les phyllopodes, aphyllopodes et pseudophyllopodes).  
I ↑ haut
Imbriqué (adj.) Pour des organes ou parties d'organes se recouvrant partiellement comme les tuiles d'un toit.  
Imparipenné (adj.) Pour des feuilles composées-pennées terminées par une foliole impaire (et donc à nombre impair de folioles).
Contraire : paripenné.
 
Imprimé (adj.) Tracé en creux dans la surface d'un organe.  
in (adv.) En taxonomie, citation d'un taxon dans l'ouvrage d'un autre auteur.  
in Sched. (abrev.) In Schedae : nom basé sur étiquette d'herbier. Le plus souvent, sauf indication contraire, il s'agira de noms basés, avant 1928, sur distribution d'exsiccata avec étiquettes avec diagnose imprimée (indiquée souvent "cum notula"), ce qui constitue une publication valide.  
Incisé (adj.) Régulièrement et profondément découpé, comme avec des ciseaux.  
Inclus (adj.) Renfermé, qui ne dépasse pas les bords de l'organe qui l'enveloppe, par opposition à exsert.
Contraire : exsert.
 
Incomplète (Fleur) (adj.) Pour une fleur dans laquelle certains organes floraux manquent ou ne sont pas fonctionnels.  
Indéfinie (Inflorescence) (adj.) Pour une inflorescence dont toutes les fleurs sont axillaires sur un axe principal qui poursuit sa croissance au cours de la floraison.  
Indéhiscent (adj.) Qualifie un organe qui ne s'ouvre pas spontanément à maturité pour libérer son contenu (ex.: fruit indéhiscent).  
Indivis (adj.) Non divisé, sans aucune échancrure.
Syn.: entier.
 
Indument (n.m.) Revêtement de poils.  
Indusie (n.f.) Membrane fine recouvrant les sores de certaines fougères.  
Inerme (adj.) Dépourvu d'épines ou d'aiguillons, par opposition à épineux ou aiguillonné.
Contraire : aiguillonné, épineux.
 
Infère (adj.) Qualifie un ovaire placé au-dessous du calice et des autres parties de la fleur.
Contraire : supère.
 
Inférovariée (Fleur) (adj.) Pour une fleur dont l'ovaire est infère.  
Inflorescence (n.f.) Ensemble de fleurs portées par des rameaux dont toutes les feuilles sont des bractées. Selon la disposition des fleurs on parlera de capitule, chaton, corymbe, cyme, épi, grappe, ombelle, spadice, thyrse…  
Inflorescence définie (n.f.) Inflorescence dans laquelle la première fleur apparue termine l'axe principal qui cesse de s'allonger dès la production de cette fleur.  
Inflorescence indéfinie (n.f.) Inflorescence dont toutes les fleurs sont axillaires sur un axe principal qui poursuit sa croissance au cours de la floraison.  
Inflorescence laxiflore (n.f.)Inflorescence dont les fleurs sont nettement espacées.  
Infraspécifique (adj.) D'un rang taxonomique inférieur à l'espèce (sous-espèce : subsp., variété : var. , formes : fa.,…).  
Infrutescence (n.f.) Ensemble composé des fruits, de leur pédoncule et de l'axe qui les porte.  
Infundibuliforme (adj.) Qui a la forme d'un entonnoir.  
Innovation (n.f.) Rejet stérile de certaines graminées, et par extension, d'autres plantes (la structure des innovations est utilisée dans certaines clés d'identification).  
Inséré (adj.) Attaché, fixé (sur un organe support).  
Insert (adj.) Qui ne dépasse pas la structure environnante (ex. des étamines qui ne dépassent pas le périanthe)  
Insertion (n.f.) Point auquel un organe est attaché à l'organe qui le porte.  
Intragénérique Qui intervient entre des plantes appartenant au même genre.  
Intraspécifique Qui intervient entre des plantes appartenant à la même espèce.  
Introduit (adj.) Qui n'est pas indigène dans la région concernée. L'introduction peut avoir une cause naturelle (vent, eau, animaux...) ou avoir été pratiquée par l'homme, volontairement (culture, usages...) ou non (transports, travaux d'aménagement, graines entraînées par des plantations...). Les espèces anciennement introduites sont parfois divisées en archéophytes dont l'arrivée sur le territoire français date d'avant la fin du IVe siècle, et en néophytes parvenues du Ve siècle à la fin du XVIIIe siècle (Reduron 2007, Jauzein 1997).  
Introgression (n.f.) Acquisition progressive, par une population, de caractères génétiques d'une population appartenant à une espèce voisine, résultant de croisements naturels répétés (incluant des croisements en retour) (Reduron 2007).  
Introrse (adj.) Qualifie une anthère dont la suture s'ouvre vers le centre de la fleur.
Contraire : extrorse.
 
Intrusif (adj.) Se dit d'un organe issu de la périphérie d'une cavité et qui croît en direction de son centre.  
Invalide (Nom) (adj.) Pour un binôme linnéen non conforme aux règles du Code de nomenclature. Abrégé en nom. inval.  
Invasive (adj.) Pour qualifier une plante introduite et envahissante.  
Involucelle (n.m.) Petite collerette de bractéoles à la base d'une ombellule.  
Involucre (n.m.) Collerette de bractées, verticillées ou imbriquées, insérées à la base d'une ombelle, d'un involucre ou de toute autre inflorescence.
Syn.: péricline.
 
Involuté (adj.) Qualifie un organe plan dont la marge est enroulée vers la face supérieure.  
Irrégulier (adj.) Pour un organe dont les parties ne sont pas égales et symétriques.  
Iscle (n.m.) Bancs d'alluvions au milieu du lit d'un cours d'eau.  
Isolat (n.m.) Population d'une certaine espèce occupant une aire isolée (disjointe) de l'aire principale de cette espèce, avec laquelle les échanges génétiques sont en principe impossibles. Évoluant de manière indépendante, la population d'un isolat présente des caractères devenant d'autant plus originaux que l'isolement est plus ancien et que les conditions écologiques évoluent différemment.
L'isolement est un des mécanismes de la spéciation, l'espèce nouvelle se formant par divergence à partir d'une espèce "mère".
 
J ↑ haut
Jardinée (Futaie) (adj.) Qualifie une futaie (arbres au tronc droit et simple) exploitée dont les arbres appartiennent à des classes d'âges différentes, les moins nombreux étant les plus âgés. Les interventions sylvicoles (abattage, éclaircies...) sont faites de manière à conserver l'irrégularité des classes d'âges, préservant la dynamique naturelle de la forêt.  
L ↑ haut
Labelle (n.m.) Division intérieure (en clair, un pétale) en forme de lèvre ou de tablier, souvent pendante et éperonnée, de la fleur des orchidées. Plus largement, pétale médian antérieur plus grand que les autres, étalé ou pendant, dans une fleur zygomorphe.  
Labié (adj.) Pour un calice ou corolle dont les pièces, libres ou soudées, se disposent en une (unilabié) ou deux lèvres (bilabié).  
Lacéré (adj.) Qualifie un organe dont une partie est frangée en fines lanières (ex.: ligule lacérée).  
Lâche (Inflorescence) (adj.) Dont les fleurs sont disposées de manière nettement espacée.
Contraire : dense.
 
Lacinié (adj.) Découpé en lanières étroites et inégales.  
Laineux (adj.) Couvert de poils longs, souples et frisés.  
Laiteux, laiteuse (adj.) De la couleur du lait.  
Lancéolé (adj.) En forme de fer de lance, atténué aux deux bouts, plus longuement au sommet ( « en lancette »).  
Lande (n.f.) Formation végétale caractérisée par la dominance d'espèces sociales ligneuses basses (0,25 à 1 m de haut) (Éricacées, genêts, ajoncs...). Au sens originel, désigne dans l'ouest de l'Europe les peuplements sur sols acides à bruyères, ajoncs, genêts... Terme assez souvent étendu aux formations végétales buissonnantes d'altitudes (landes alpines) ou méditerranéennes (garrigue, maquis).  
Landine (n.f.) Lande très basse (moins de 0,25 m de haut) (à sous-arbrisseaux et lichens) de haute altitude.  
Lanière (n.f.) Segment étroit et allongé.  
Latéméditerranéen (adj.) Largement méditerranéen, dont les limites sont assez éloignées vers le nord, atteignant par exemple, en plaine, la latitude de la région parisienne.  
Latex (n.m.) Liquide blanc, coloré ou incolore produit dans les laticifères, s'écoulant quand la plante est blessée. Les latex sont des polymères de l'isoprène.  
Laticifère (n.m. et adj.) Canal ou qualifie un canal contenant un latex qu'il sécrète.  
Laxiflore (adj.) À fleurs lâches. Qualifie une inflorescence dont les fleurs sont nettement espacées.  
Lemme (n.f.) Chez les graminées, glumelle (enveloppe) externe (ou inférieure) d'une fleur. La lemme porte souvent sur sa face dorsale une arête plus ou moins longue.  
Lenticelle (n.f.) Pore dans l'écorce d'une tige permettant de réguler les échanges gazeux entre le milieu externe et les tissus internes.  
Lenticulaire (adj.) En forme de lentille, convexe sur les deux faces et à bords amincis.  
Lessivé, lessivée (adj.) En pédologie, se dit d'un sol ou d'un horizon dont l'argile à l'état dispersé et les éléments minéraux et le fer qui lui sont associés ont été entrainés par l'eau vers la profondeur ou vers le bas (dans une pente).  
Lèvre (n.f.) Organe ou groupe d'organes faisant face à un autre organe ou groupe homologue - les deux structures opposées donnent la physionomie de deux lèvres.  
Liane (n.f.) Plante grimpante, incapable de se dresser sans support.  
Liber (n.m.) Tissu conducteur de la sève élaborée chez les plantes supérieures.  
Libre (adj.) Qui n'est ni soudé ni adhérent à un autre organe de même nature dont il est voisin.  
Liège (n.m.) Ensemble de cellules mortes remplies d'air, d'origine secondaire, formant la couche superficielle de l'écorce des plantes ligneuses. Écorce secondaire périphérique constituée de tissu mort.
Le liège est produit par le cambium subéro-phellodermique.
Syn.: suber.
 
Ligneux (adj.) Formé de tissus durs, lignifiés, ou ayant la consistance du bois.  
Lignifié (adj.) Imprégné de lignine.  
Lignine (n.f.) Produit qui imprègne la paroi de certaines cellules et la rend rigide et imperméable. Les lignines sont des phénylpropanoïdes.  
Ligulé, Ligulée (adj.) Qualifie les composées présentant des fleurons zygomorphes, présentant une languette (ligule).  
Ligule (n.f.) Structure saillante (membrane ou rang de poils) située à la face supérieure d'une feuille, à la base du limbe (chez les graminées et les cypéracées) ; languette formée par la corolle des fleurons de certaines composées, dont les cinq pétales allongés sont soudés et déjetés d'un côté (les "pétales" de la marguerite).  
Limbe (n.m.) Partie élargie d'un organe plan (feuille, pétale, …).  
Limicole (adj.) Pour une plante des sols limoneux.  
Linéaire (adj.) Allongé, plan et presque également étroit dans toute sa longueur.  
Lisière forestière (n.f.) Limite entre la forêt et une autre formation végétale, de hauteur, nature et espèces dominantes différentes.  
Lisse (adj.) N'offrant aucune aspérité.  
Litière (n.f.) Couche de fragments végétaux (essentiellement feuilles mortes) en cours de décomposition, couvrant le sol dans certains écosystèmes.  
Lobé (adj.) Qui présente des lobes.  
Lobe (n.m.) Division arrondie d'un organe.  
Lobulé (adj.) Présentant des lobules, ou des lobes peu profonds.  
Lobule (n.m.) Petit lobe, lobe secondaire étant au principal ce que celui-ci est à la feuille entière.  
Loculaire (adj.) À autant de loges que le préfixe en indique (biloculaire, à 2 loges - triloculaire, à 3 loges - 4-, 5-, n-loculaire, à 4, 5, n loges).  
Loculicide (Capsule) (adj.) Qui s'ouvre par des fentes de déhiscence au milieu des loges carpellaires.  
Lodicule (n.f.) Chez les graminées, le plus souvent au nombre de deux, parfois trois, ce sont des structures délicates, petites écailles vertes membraneuses ou charnues, situées entre l'ovaire et la lemme, et la paléole si trois lodicules sont présentes. Elles sont généralement considérées comme un vestige du périanthe, absent de la fleur des graminées (elles seraient l'équivalent des pétales des dicotylédones).
Les lodicules jouent un rôle lors de la floraison (anthèse). Lorsque la fleur s'ouvre, leur gonflement, par turgescence, repousse les glumellules (lemme et paléole) qui s'écartent, permettant la projection des anthères (habituellement en premier), puis des stigmates vers l'extérieur de la fleur, facilitant ainsi la pollinisation par le vent.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Lodicule
 
Loge (n.f.) Cavité intérieure d'un fruit ou d'une anthère.  
Longistylé (adj.) Fleur (ou individu) dont le style est nettement plus long que les étamines, chez une espèce hétérostylée.  
Loupe (n.f.) Excroissance du tronc d'un arbre, de forme globuleuse, à surface lisse, formée de bois madré.  
Lusus (n.m.) Variation morphologique accidentelle, non héréditaire, affectant un individu végétal ou l'une de ses parties (ex.: fleur d'Ophrys sans labelle, ou à trois labelles).  
Lyré (adj.) Pour une feuille pennatifide ou pennatiséquée, terminée par un lobe élargi et arrondi bien plus grand que les autres ; obovale, prolongé vers le bas en auricules (« en lyre »).  
M ↑ haut
Med. CheckList Http://ww2.bgbm.org. Med-Checklist est un catalogue synonymique des végétaux vasculaires qui croissent à l’état sauvage dans les pays riverains de la Mer Méditerranée.  
Macroblaste (n.m.) Rameau long.  
Macule (n.f.) Tache de forme particulière, sur une feuille ou un pétale, notamment le labelle des Orchidées.  
Magnocariçaie (n.f.) Groupement végétal de milieu humide (assez souvent prairie), dominé par un peuplement dense de grands Carex (laîches).  
Malacophilie (n.f.) Mode de pollinisation dans lequel le pollen est transporté par des mollusques.  
Manteau (n.m.) Végétation essentiellement arbustive, située linéairement en lisière de forêt.  
Maquis (n.m.) Formation arbustive généralement fermée, résultant de la régression de la forêt méditerranéenne sur sol acide. Une autre définition ne prend en compte que la taille des composants.  
Marais (n.m.) Milieu constamment ou très fréquemment inondé, dans lequel l'eau libre est masquée en totalité ou en grande partie par la végétation.
Syn.: marécage.
 
Marcescent (adj.) Se desséchant et se flétrissant sur place sans tomber (ex.: feuilles du chêne pubescent qui, fanées, restent sur l'arbre jusqu'au printemps suivant).  
Marcottage (n.m.) Mode de multiplication végétative (sans l'intervention de graines") où un rameau enterré développe des racines secondaires ce qui lui permet de survivre et de donner une tige même s'il est séparé de sa tige "mère".  
Marécage (n.m.) Milieu constamment ou très fréquemment inondé, dans lequel l'eau libre est masquée en totalité ou en grande partie par la végétation.
Syn.: marais.
 
Marginal (adj.) De la marge, du bord.  
Marginé (adj.) Entouré d'un rebord distinct.  
Marnicole (adj.) Pour une plante poussant sur les sols marneux.  
Mattoral (n.m.) Forme de maquis dominé par les cistes.  
Maturation (n.f.) Phénomène progressif aboutissant à la maturité (en botanique, généralement utilisé pour les fruits).  
Méat (n.m.) Petite ouverture ménagée dans un tissu ou un organe.  
Médifixe (adj.) Fixé à un support par le milieu (ex.: poil médifixe).  
Médioeuropéen (adj.) Concerne un taxon ou un groupement végétal dont l'aire principale de répartition, située en Europe centrale, peut atteindre l'Europe occidentale.  
Méditerranéen (adj.) Du pourtour méditerranéen ou de régions où les conditions climatiques sont identiques. En Europe, correspond à l'aire de culture de l'olivier.  
Méditerranéen-atlantique (adj.) Qui concerne les régions littorales méditerranéennes et atlantiques.  
Méditerranéo-montagnard (adj.) Qui concerne les régions montagneuses du pourtour méditerranéen.
- Méditerranéo-montagnard septentrional : côte nord de la Méditerranée de l'Espagne à la Grèce.
- Méditerranéo-montagnard oriental : bassin oriental de la Méditerranée, des Balkans à la Turquie et l'Egypte.
- Méditerranéo-montagnard méridional : côte sud de la Méditerranée du Maroc à l'Egypte.
- Méditerranéo-montagnard occidental : bassin occidental de la Ligurie à l'Espagne, au Maroc et à l'Algérie.
- Méditerranéo-montagnard nord-occidental : de la Ligurie à l'Espagne.
- Méditerranéo-montagnard sud-occidental : du Maroc à la Tunisie et la Sicile.
- Méditerranéo-montagnard nord oriental : des Balkans à la Turquie.
- Méditerranéo-montagnard sud-oriental : de la Cyrénaïque à l'Egypte et la Syrie.
 
Méditerranéo-touranien (adj.) Qui concerne les zones désertiques et subdésertiques du bassin méditerranéen à l'Asie centrale.  
Mégaphorbiaie (n.f.) Formation végétale de hautes herbes (souvent à larges feuilles) se développant sur des sols humides et riches.  
Méiose (n.f.) Division cellulaire au cours de laquelle les deux génomes de la cellule mère diploïde se séparent et vont chacun dans une cellule fille qui est de ce fait haploïde. Chaque paire de chromosomes homologues se dissocie sans duplication au cours de cette division.
La méiose s'opère en deux divisions cellulaires au terme desquelles quatre cellules haploïdes (spores) sont produites (= réduction chromatique) (à comparer à la mitose, avec laquelle elle ne doit pas être confondue).
 
Mellifère (adj.) Se dit d'une plante dont le nectar des fleurs est récolté par les abeilles.  
Membraneux (adj.) Souple, mince et transparent comme une membrane.  
Méricarpe (n.m.) Élément d'un fruit qui se sépare spontanément des autres à maturité (ex.: les fruits des apiacées).  
Méristème (n.m.) Tissu indifférencié assurant la production d'organes nouveaux.  
Mérithalle (n.m.) Intervalle nu compris entre deux nœuds d'une tige.
Syn.: Entrenœud.
 
Mésobromion (n.m.) Pelouse sèche sur sol calcaire où domine le Brome dressé (Bromus erectus).  
Mésocarpe (n.m.) Tissu formant la couche moyenne (souvent épaisse) de la paroi du fruit.  
Mésochionophile (adj.) Pour une espèce ou une formation végétale d'altitude où la neige persiste assez longtemps et apporte une bonne réserve d'eau au sol.  
Mésocryophile (adj.) Qui recherche des conditions moyennement froides.  
Mésohygrophile (adj.) Qui préfère des milieux moyennement à nettement humides.  
Mésoméditerranéen (n.m. et adj.) Étage de végétation, ou relatif à cet étage, de la plaine méditerranéenne, dominé par le chêne vert et le pin d'Alep (± 0-500 m).  
Mésophile (adj.) Pour caractériser les conditions moyennes dans un gradient sécheresse-humidité.  
Mésophyte (n.f. et adj.) Plante ou qualificatif d'une plante se développant dans des conditions écologiques moyennes, sans fortes contraintes.  
Mésosciaphile (adj.) Qui préfère la mi-ombre (peu de lumière directe au sol).  
Mésothermophile (adj.) Qui préfère des conditions climatiques tempérées.  
Mésotrophe (adj.) Moyennement riche en éléments nutritifs, modérément acide et permettant une activité biologique moyenne.  
Mésoxérophile (adj.) Qui préfère les milieux moyennement secs.  
Messicole (n.f. et adj.) Littéralement "qui habite les moissons". Se dit d'une espèce annuelle vivant dans les cultures de céréales et dont le cycle est adapté aux pratiques culturales.  
Microclimat (n.m.) Conditions climatiques très localisées se distinguant du climat "ambiant" sous l'influence de particularités locales (gorge encaissée, crête ventée, présence ponctuelle d'eau dans une région aride…).  
Micropyle (n.m.) Petit orifice ménagé entre les marges des téguments de l'ovule, en face du sac embryonnaire.  
Mitose (n.m.) Phénomène par lequel une cellule se divise en deux cellules filles, ayant chacune des chromosomes en même nombre et de même composition génétique que la cellule mère.  
Mixte (adj.) Se dit d'une forêt ou d'un peuplement composé d'un mélange de feuillus et de résineux (ex.: hêtraie-sapinière).  
Moder (n.m.) Type d'humus caractérisé par une litière moyennement épaisse.  
Molinaie (n.f.) Peuplement herbacé dense, généralement non boisé, où domine la graminée Molinia caerulea, caractéristique d'un sol engorgé une partie de l'année, avec d'importantes périodes d'assèchement.
Syn.: moliniaie.
 
Moliniaie (n.f.) Peuplement herbacé dense, généralement non boisé, où domine la graminée Molinia caerulea, caractéristique d'un sol engorgé une partie de l'année, avec d'importantes périodes d'assèchement.
Syn.: molinaie.
 
Monographie des Leguminosae de France Monographie des Leguminosae de France - Pierre Coulot et Philippe Rabaute - 4 tomes (2 publiés en 2020) - Société botanique du centre-ouest.  
Monadelphe (adj.) Se dit d'une androcée (ensemble des étamines) aux étamines soudées par les filets en un seul faisceau, au moins à leur base.  
Moniliforme (adj.) Présentant des articles renflés et des étranglements en forme de chapelet (ex. fruits de certains radis ou légumineuses).  
Monoïque (adj.) Qualifie une plante présentant des fleurs mâles et femelles distinctes, mais portées sur le même pied.  
Monocarpique (adj.) Qualifie une plante ne fleurissant (et donc ne fructifiant) qu'une seule fois et qui croît en un temps variant de quelques semaines à de nombreuses années selon les espèces, puis fleurit, fructifie et meurt. ex.: Agave americana.  
Monocéphale (adj.) Qui ne porte qu'un capitule.  
Monochasiale (adj.) Qualifie une inflorescence en cyme unipare.  
Monochlamydé (adj.) Se dit d'une plante n'ayant qu'une seule enveloppe florale, verte ou colorée. Dont le périanthe ne contient qu'un seul cycle.  
Monocotylédone (n.f. et adj.) À un seul cotylédon.  
Monogyne (adj.) À un seul pistil.  
Monopétale (adj.) Pour une corolle dont les divisions (pétales) sont plus ou moins soudées entre elles.
Syn.: gamopétale.
 
Monopodiale (adj.) Pour une tige dont l'allongement est toujours assuré par son bourgeon terminal.  
Monosépale (adj.) Qualifie un calice dont les divisions (sépales) sont plus ou moins soudées entre elles.
Syn.: gamosépale.
 
Monosperme (adj.) Pour un fruit à 1 seule graine.  
Montagnard (adj.) Désigne l'étage de végétation entre l'étage planitiaire ou collinéen et l'étage subalpin. Il se situe approximativenment en France entre 800 et 1600 m. Selon la pluviosité, l'étage montagnard humide, où domine la hêtraie, s'oppose à l'étage montagnard sec, domaine de la pinède de pins sylvestres.  
Mor (n.m.) Type d'humus inactif très acide, à litière très épaisse.  
Morphotype (n.m.) Les différentes morphologies que peut présenter une espèce ou sous-espèce.  
Mosaïque (n.f.) Ensemble de communautés végétales, de peuplements ou de sols différents, coexistant en un lieu donné sous forme d'éléments de faible surface étroitement imbriqués les uns avec les autres.  
Mucilage (n.m.) Produit organique gonflant à l’eau en donnant une texture visqueuse.  
Mucinal (adj.) Qui se rapporte aux champignons.  
Mucron (n.m.) Pointe courte et raide terminant un organe.  
Mucroné (adj.) Brusquement terminé en pointe courte et raide appelé mucron.
Contraire : mutique.
 
Mucronulé (adj.) Terminé en pointe ou mucron peu saillant.  
Mull (n.m.) Type d'humus caractérisé par une discontinuité brutale entre la litière (d'épaisseur réduite) et les horizons minéraux sous-jacents.  
Multicaule (adj.) Pour une souche ou rameau produisant plusieurs tiges.  
Multifide (adj.) Très découpé, divisé en lanières nombreuses.  
Multiflore (adj.) Portant un grand nombre de fleurs.
Contraire : pauciflore.
 
Multiloculaire (adj.) Présentant de nombreuses loges.  
Multipartit (adj.) Présentant des partitions nombreuses.  
Multiplication végétative (n.f.) Reproduction d'une plante sans intervention de la sexualité.  
Muriqué (adj.) Rugueux, couvert de protubérances pointues et dures.  
Mutation (n.f.) Modification inopinée des gènes portés par l'ADN, altérant certains caractères de l'individu mutant - lorsque la mutation affecte une cellule intervenant dans la reproduction sexuée, le caractère modifié se transmet à la descendance.  
Mutique (adj.) Dépourvu d'arête ou de pointe distincte.
Contraire : aristé, mucroné.
 
Mycélium (n.m.) Appareil végétatif formé de filaments, chez les champignons.  
Mycorhize (n.m.) Association symbiotique entre un champignon et les racines d'une plante vasculaire.
Rq.: l'orthographe "Mycorrhize" apparaît désuète.
 
Mycotrophe (adj.) Pour le mode de nutrition des plantes à fleurs non chlorophylliennes, vivant associées à un champignon qui leur apporte la totalité des substances organiques et hydro-minérales nécessaires à leur vie. Plus qu'une symbiose, il s'agirait d'un parasitisme dans la mesure où le bénéfice n'est pas réciproque.  
Myrmécochorie (n.f.) Dissémination des semences par des fourmis.  
Myrmécophile (adj.) Qui vit en relation étroite avec des fourmis.  
N ↑ haut
n-fa (abrév.) En taxonomie, abréviation de Nothoforma, forme hybride.  
n-subsp. (abrév.) En taxonomie, abréviation de Nothosubspecies, hybride entre 2 sous-espèce d'une même espèce.  
n-var. (abrév.) En taxonomie, abréviation de Nothovarietas, hybride entre deux variétés d'une même espèce.  
Nanophanérophyte (adj.) Pour un arbuste ou arbrisseau dont la partie aérienne persistante est de taille supérieure à 0,5 m et inférieure à 3 m (ex.: genêt, bruyère).  
Napiforme (adj.) En forme de navet.  
Naturalisé (adj.) Se dit d'une espèce introduite qui, trouvant des conditions favorables à son développement, s'y reproduit naturellement et se comporte comme une espèce indigène.  
Naviculaire (adj.) En forme de bateau, de navette.  
Nœud (n.m.) Point d'insertion d'une feuille sur une tige renflée et comme articulée à cet endroit.  
Nectaire (n.m.) Organe glanduleux de certaines fleurs secrétant un liquide sucré, le nectar.  
Nectar (n.m.) Liquide sucré secrété par les nectaires, organes glanduleux de certaines plantes.  
Nectarifère (adj.) Muni d'un ou de plusieurs nectaires. Qui produit du nectar.  
Néoténie (n.f.) Particularité pour une espèce ou un "groupe" d'êtres vivants, présentant normalement deux formes morphologiques très différentes au cours de leur vie, juvénile et sexuée (souvent séparés par une métamorphose) d'acquérir la maturité sexuelle à l'état juvénile (ex. l'axolotl). Par extension chez les végétaux, plantes présentant des morphologies différentes au cours de leur développement.  
Nervation (n.f.) Disposition des nervures dans une feuille : nervation pennée, palmée…  
Nervé (adj.) Muni de nervures saillantes.  
Nerville (n.f.) Nervure d'ordre ultime, très fine - les nervilles forment un réseau dans le limbe des feuilles.  
Nervure (n.f.) Prolongement et ramification du pétiole ou du pédoncule dans le limbe formant la charpente des feuilles, des sépales, des siliques ou silicules. Une nervure contient un faisceau cribro-vasculaire entouré de tissus protecteurs.  
Neutroacidicline (adj.) Pour qualifier un sol neutre à tendance acide.  
Neutrobasophile (adj.) Pour qualifier un sol neutre à tendance basique.  
Neutrocline (adj.) Pour qualifier un sol neutre.  
Neutrophile (adj.) Se dit de végétaux croissant dans des conditions de pH voisines de la neutralité.  
Niche écologique (n.f.) Concept recouvrant à la fois la place occupée par un organisme dans un écosystème et la fonction qu'il y assure.  
Nitratophile (adj.) Se dit d'une espèce croissant sur des sols riches en nitrates.  
Nitrocline (adj.) Pour qualifier les plantes des sols azotés.  
Nitrophile (adj.) Se dit d'une espèce croissant sur des sols riches en nitrates.
Syn.: nitratophile.
 
Noix (n.f.) Fruit ne comportant qu'une graine enfermée dans une enveloppe dure.  
Nomade (adj.) Se dit d'une espèce postpionnière ou dryade pouvant jouer le rôle de pionnière dans certaines conditions.  
Nomenclature (n.f.) Ensemble des règles, des recommandations et des traditions régissant la façon de nommer scientifiquement les plantes. Elle est régie par 6 principes :
- Principe I - La nomenclature botanique est indépendante des nomenclatures zoologique et bactériologique. Le Code s'applique uniformément à tous les noms de groupes taxonomiques considérés comme plantes, même si à l'origine ils n'ont pas été traités comme tels (voir le Préambule 7).
- Principe II - L'application des noms de groupes taxonomiques est déterminée par la méthode des types nomenclaturaux.
- Principe III - La nomenclature d'un groupe taxonomique se fonde sur la priorité de la publication.
- Principe IV - Chaque groupe taxonomique de délimitation, position et rang donnés ne peut porter qu'un nom correct, à savoir le plus ancien en conformité avec les règles, sauf exceptions spécifiées.
- Principe V - Les noms scientifiques des groupes taxonomiques sont réputés latins, quelle que soit leur étymologie.
- Principe VI - Les règles de la nomenclature ont un effet rétroactif, sauf indication contraire.
 
Nothoespèce (n.f.) Hybride interspécifique.  
Nothogenre (n.m.) Hybride intergénérique.  
Noueux (adj.) Présentant de proche en proche des nœuds ou renflements.  
nouveau mot Définition  
Nu (adj.) Pour un organe dépourvu des appendices ou des organes qui l'accompagnent ordinairement (ex.: tige nue = tige sans feuilles).  
Nucule (n.f.) Petite noix, fruit monosperme, indéhiscent, sec et dur (ex.: le fruit de Lithospermum).  
Nyctinastie (n.f.) Mouvement réversible d'un organe survenant le matin et, en sens inverse, le soir.  
O ↑ haut
Obcordé (adj.) En cœur renversé, l'échancrure en haut (ex.: les folioles des oxalis).  
Oblancéolé (adj.) Étroitement elliptique, la plus grande largeur étant dans la partie supérieure de l'organe.  
Oblong (adj.) Bien plus long que large et arrondi aux deux bouts.  
Obovale (adj.) En ovale asymétrique dont la plus grande largeur est dans le haut.  
Obtus (adj.) À sommet arrondi, non aigu.  
Obtusiuscule (adj.) Presque obtus.  
Ocelle (n.f.) Tache arrondie dont le centre et le contour sont de couleurs différentes.  
Ochrea (n.f.) Petite gaine de la base du pétiole des polygonacées et des pédicelles de certains Carex.  
Oligosperme (adj.) À graines peu nombreuses.  
Oligotrophe (adj.) Très pauvre en éléments nutritifs, très acides, et ne permettant qu'une activité biologique réduite.  
Omb.Fr Ombellifères de France, 5 tomes, J.-P. Reduron. SBCO, 2006.  
Ombelle (n.f.) Inflorescence dont les rameaux partant du même point s'élèvent à la même hauteur, en divergeant comme les rayons d'un parasol.  
Ombellifère (adj.) En forme d'ombelle.  
Ombellule (n.f.) Petite ombelle portée au sommet des rameaux d'une ombelle composée.  
Ombiliqué (adj.) Offrant au centre une dépression nommée ombilic.  
Ombrogène (adj.) Qualifie une tourbière à sphaignes alimentée en eau uniquement par la pluie, sans apport par ruissellement.  
Ombrophile (adj.) Littéralement "qui aime la pluie". Pour des plantes des climats pluvieux.
Rq.: Qui aime l'ombre = sciaphile.
 
Onglet (n.m.) Partie inférieure et plus ou moins rétrécie du pétale.  
Onguiculé (adj.) Se dit d'un pétale (ou d'une pièce florale) pourvu d'un onglet.  
Opercule (n.m.) Sorte de couvercle constituant la partie supérieure de la pyxide (fruit sec comme ceux du coquelicot ou des eucalyptus) et se détachant circulairement à la maturité de celle-ci.  
Opposé (adj.) Se dit de deux organes homologues, insérés au même niveau, face à face (ex.: feuilles opposées).  
Oppositifolié (adj.) Inséré du côté opposé à celui d'où naît la feuille (ex.: les vrilles de la vigne).  
Optimum (n.m.) Désigne la combinaison des paramètres du milieu (lumière, température, humidité de l'air et du sol, nutrition...) la plus favorable à la vie d'une espèce. Chez les plantes, l'optimum varie souvent au cours des phases de la vie, qu'il s'agisse de la croissance de l'appareil végétatif, de la floraison... (ce qui correspond à une adaptation aux différences saisonnières).  
Orbiculaire (adj.) Arrondi en forme de cercle.
Syn.: circulaire.
 
Ordre (n.m.) Rang taxonomique entre la Classe et le Genre. Conventionnellement le nom de l'ordre dérive d'un nom de famille (et donc d'un genre) et la terminaison se fait en -ales (ex.: Asterales).  
Oreillette (n.f.) Lobe foliacé prolongeant une feuille à sa base, de part et d'autre de son insertion.  
Ornithochorie (n.f.) Dissémination des diaspores par les oiseaux.  
Ornithogame (adj.) Se dit d'une espèce dont les fleurs sont fécondées par l'intermédiaire des oiseaux.  
Ornithogamie (n.f.) Mode de pollinisation dans lequel le pollen est transporté par des oiseaux.  
Orophyte (adj.) Pour un végétal vivant préférentiellement dans les montagnes, quelle que soit l'altitude.  
Orthotrope (adj.) Qui croît vers le haut (= à géotropisme négatif).  
Ourlet (n.m.) Végétation herbacée ou sous-frutescente se développant en lisière des forêts et des haies ou dans les petites clairières à l'intérieur d'une forêt.  
Ouvert (adj.) Pour un peuplement végétal peu dense.  
Ovaire (n.m.) Partie intérieure du pistil contenant une (ou des) cavité(s) dans laquelle (lesquelles) sont suspendus les ovules.
Ovaire adhérent = ovaire infère : ovaire placé au dessous du calice et des autres parties de la fleur.
Ovaire libre = ovaire supère :
 
Ovale (adj.) Ayant la forme d'un œuf, la plus grande largeur étant vers la base.  
Ovoïde (adj.) Se rapprochant de la forme ovale.  
Ovule (n.m.) Organe reproducteur des plantes supérieures contenu dans l'ovaire.  
P ↑ haut
p.p. (abrév.) Pour pro parte = en partie : après le nom d'un taxon, signifie que seule une partie de l'acception originale est prise en compte.  
Paillette (n.f.) Petite lame scarieuse accompagnant les fleurons sur les réceptacles de plusieurs plantes composées.  
Palais (n.m.) Renflement fermant plus ou moins la gorge de quelques corolles irrégulières (ex.: muflier).  
Paléacé (adj.) Présentant des paillettes.  
Paléobotanique (n.f.) Étude des plantes fossiles.  
Paléoclimatologie (n.f.) Étude des climats ayant régné au cours des périodes géologiques.  
Paléoécologie (n.f.) Étude des conditions écologiques ayant régné sur Terre au cours des périodes géologiques.  
Paléotempéré (adj.) Pour une zone géographique couvrant le continent eurasiatique l'Afrique-du-Nord.  
Paléotropicale (adj.) Pour la zone tropicale de l'Afrique et de l'Asie.  
Palmatifide (adj.) Pour un organe (feuille le plus souvent) à divisions palmées atteignant environ la moitié de la longueur de ses rayons.  
Palmatilobé (adj.) Pour un organe (feuille le plus souvent) à divisions palmées assez profondes, mais n'atteignant pas la moitié de sa longueur de ses rayons.  
Palmatipartite (adj.) Pour un organe (feuille le plus souvent) à divisions palmées assez profondes atteignant plus ou moins les trois-quarts de la longueur de ses rayons.  
Palmatiséqué (adj.) Pour un organe palmé profondément découpé en segments à peine soudés à la base ou complètement distincts.  
Palmé (adj.) À divisions, nervures, divergentes à partir de la base, rappelant une main ouverte ou une patte d'oie.  
Palynologie (n.f.) Étude des pollens et des spores des plantes actuelles ou fossiles.  
Panduriforme (adj.) Échancré sur les côtés en forme de violon.  
Panicule (n.f.) Type d'inflorescence dans laquelle les axes secondaires (portant les fleurs), plus ou moins ramifiés, sont de longueur décroissante de la base au sommet.  
Pantropical (adl.) Pour un territoire couvrant la zone tropicale de l'Eurasie, de l'Afrique et de l'Amérique.  
Papilionacée (adj.) Qualifie une corolle irrégulière, composée de 5 pétales inégaux, 1 étendard dorsal, 2 ailes latérales et 1 carène formée de 2 pétales ventraux plus ou moins soudés (ex.: fleurs des légumineuses).  
Papille (n.f.) Petite rugosité conique ou granuleuse.  
Papilleux (adj.) Couvert de papilles.  
Pappus (n.m.) Bourrelet, couronne d'écailles ou aigrette de poils qui surmonte un akène (chez les Composées).  
Papyracé (adj.) Sec, mince, membraneuse comme un papyrus.  
Paraclimax (n.m.) État d'équilibre d'une végétation dans lequel la ou les espèces structurante(s) est(sont) remplacée(s) par d'autres.  
Parapatrique (adj.) Se dit de taxons à aire de répartition différente mais présentant un(des) point(s) de contact.  
Paraphyse (n.f.) Chez certaines fougères, poil correspondant à des sporanges stériles (ex.: Polypodium).  
Parasite (adj. et m) - Désigne un organisme tirant par un contact permanent et intime sa nourriture d'un autre être vivant (nommé hôte), soit en totalité (holoparasite), soit en partie (hémiparasite).  
Parcheminé (adj.) Pour une structure plane coriace, épaisse, non verte.  
Parenchyme (n.m.) Tissu homogène, vivant, développé en trois dimensions, à cellules relativement peu différenciées.  
Paripenné (adj.) Pour un organe plan, composé à divisions pennées, ayant un nombre pair de segments.
Contraire : imparipenné.
 
Partition (n.f.) Division (ex.: les feuilles en -partit).  
Pauciflore (adj.) Ne portant qu'un petit nombre de fleurs.  
Pectiné (adj.) À divisions étroites et opposées sur deux rangs comme les dents d'un peigne.  
Pédalé (adj.) Pour un organe plan divisé en segments ± parallèles, le moyen libre, les latéraux plus ou moins longuement unis à la base (ex.: la feuille de l'hellébore).  
Pédicellé (adj.) Porté par un pédicelle.
Contraire : sessile.
 
Pédicelle (n.m.) Pédoncule d'une fleur (puis du fruit) ou d'un épillet.  
Pédonculé (adj.) Porté par un pédoncule.
Contraire : sessile.
 
Pédoncule (n.m.) Support d'une ou plusieurs fleurs ; rameau spécialisé qui porte une fleur unique ou une inflorescence.  
Pellucide (adj.) Incolore et transparent.  
Pelouse (n.f.) Peuplement végétal héliophile formé de végétaux de petite taille (< 25 cm), en majorité herbacés, sur des substrats secs, plus rarement humides, éventuellement pacagés par des ovins. Nom couramment donné aux prairies dont la végétation est naturellement rase.  
Pelté (adj.) Orbiculaire et fixé par le centre.  
Pennatifide (adj.) Pour un organe penné à lobes atteignant à peu près la moitié de sa demi-largeur.  
Pennatilobé (adj.) Pour un organe penné à lobes n'atteignant pas la moitié de sa demi-largeur.  
Pennatipartit (adj.) Pour un organe penné à lobes atteignant à peu près les trois-quarts de sa demi-largeur.  
Pennatiséqué (adj.) Pour un organe penné à lobes atteignant ou presque sa demi-largeur (la nervure médiane dans le cas d'une feuille).  
Penné (adj.) Pour un organe divisé dont les lobes sont disposés de chaque côté comme les arêtes d'un poisson.  
Penne (n.f.) Division primaire des frondes (feuilles) des fougères.  
Pentamère (adj.) À 5 divisions ou parties. Se dit d'une fleur (ou d'un cycle d'une fleur) dont les organes homologues sont au nombre de 5 (ou d'un multiple de 5).  
Pérennant (adj.) Qui peut vivre plusieurs années.
Syn.: vivace.
 
Pérenne (adj.) Qui peut vivre plusieurs années.
Syn.: vivace.
 
Perfoliée (adj.) Pour une feuille embrassante dont les oreillettes sont soudées (la tige semble alors traverser la base de la feuille).  
Périanthe (n.m.) Ensemble des enveloppes (généralement au nombre de deux, corolle de pétales et calice de sépales) entourant les organes sexuels de la fleur (pistil et étamines).  
Péricarpe (n.m.) Enveloppe du fruit provenant des parois de l'ovaire.  
Péricline (n.m.) Réunion de bractées, verticillées ou imbriquées, insérées à la base d'une ombelle, d'un involucre ou de toute autre inflorescence.
syn.: Involucre.
 
Périgone (n.m.) Ensemble des tépales (les pétales et sépales) quand ceux-ci sont de structure identique : monochlamydées, monocotylédones.  
Périgyne (adj.) Inséré autour de l'ovaire sur les bords du réceptacle. Qualifie une fleur dans laquelle le gynécée est disposé au fond d’un hypanthium et donc entouré par les autres verticilles (ex fleur de prunier).  
Persistant (adj.) Se dit d'un végétal ou d'un organe ne disparaissant pas à la fin d'une période de végétation (ex.: arbres à feuilles persistantes comme le chêne vert).  
Personé (adj.) En forme de masque, à 2 lèvres, à gorge fermée par une saillie appelée palais (ex.: la corolle du muflier).  
Pessière (n.f.) Formation forestière naturelle ou semi-naturelle dominée par des épicéas.  
Pétale (n.m.) Division de la corolle, enveloppe interne du périanthe de la fleur, ordinairement composée d'un limbe et d'un onglet.  
Pétaloïde (adj.) Ayant l'aspect et la couleur d'un pétale, d'une corolle.  
Pétiolé (adj.) Muni d'un pétiole.
Contraire : sessile.
 
Pétiole (n.m.) "Queue" de la feuille qui relie le limbe à la tige.  
Pétiolulé (adj.) Muni d'un pétiolule.  
Pétiolule (n.m.) Petit pétiole d'une foliole d'une feuille composée.  
Peupleraie (n.f.) Plantation de peupliers.  
Phanérogame (n.f.) Plante ou qualifie une plante dont les organes de reproduction sont bien visibles (fleurs, cônes des conifères…).  
Phanérophyte (n.f.) Plante ligneuse (arbre, arbuste, arbrisseau ou liane) dont les bourgeons de renouvellement sont situés à plus de 50 cm au-dessus du sol, ou à plus de 3 m si l'on distingue les nanophanérophytes (avec des bourgeons entre 0,5 et 3 m.).
- Phanérophytes arborescents (Picea excelsa).
- Phanérophytes lianescents (Clematis vitalba).
- Phanérophytes succulents (Opuntia sp.).
- Phanérophytes épiphytes (Viscum sp.).
- Phanérophytes rampants (Pinus mugho).
 
Phénologie (n.f.) État de végétation d'une plante (ex.: floraison, fructification).  
Phloème (n.m.) Tissu conducteur de la sève élaborée.
Syn.: liber.
 
Photopériodisme (n.m.) Action de la longueur relative des jours et des nuits sur les plantes. Chez certaines espèces, des valeurs définies déclenchent la mise à fleur.  
Photophile (adj.) Qui recherche la lumière, mais non obligatoirement l'éclairement solaire direct.  
Photosynthèse (n.f.) Ensemble des réactions photochimiques par lesquelles la plante, exposée à la lumière, synthétise des glucides à partir du dioxyde de carbone, et rejette de l'oxygène. Globalement, ces réactions se résument ainsi : CO2 + H2O + énergie lumineuse = glucides + O2.
Photosynthèse de type CAM (pour Crassulacean Acid Metabolism) : ce type de photosynthèse permet aux plantes qui la pratiquent de fixer le CO2 pendant la nuit (au contraire des autres plantes chlorophylliennes), gardant ainsi leurs stomates fermés pendant la journée. Est considéré, à ce titre, comme une adaptation à la chaleur et/ou à la sécheresse.
Photosynthèse en C3 ou C4 : le cycle chimique de la photosynthèse débute par la fixation de CO2 sur une molécule acceptrice. Chez les plantes dites en C3, le premier intermédiaire stable est une molécule à 3 atomes de carbone (molécule en C3). Chez les plantes en C4, le premier produit est un acide dont la molécule a 4 atomes de carbone (molécule en C4).
 
Phototropisme (n.m.) Orientation de la croissance d'un organe en réponse à une inégalité d'éclairement.  
Phyllode (n.m.) Pétiole, démuni de limbe, ayant l'aspect et les fonctions d'une feuille.  
Phyllopode (adj.) Qualifie un groupe informel de Hieracium (épervières) à rosette de feuilles basales (les autres groupes basés sur les feuilles de la base de la tige sont les hypophyllopodes, aphyllopodes et pseudophyllopodes).  
Phyllotaxie (n.f.) Ordonnancement, géométrique et toujours très rigoureux (et du coup utilisé en taxonomie et pour les clés d'identification), des feuilles successives sur la tige qui les porte.  
Phylogénie (n.f.) Histoire évolutive d'une lignée d'êtres vivants.  
Phylum (n.m.) Nom latin et français d'un rang taxonomique entre le Règne et la Classe.
Syn.: embranchement.
 
Phytocénose (n.f.) Ensemble des végétaux vivant au sein dune même station.  
Phytogéographie (n.f.) Étude et analyse de la distribution géographique naturelle des taxons végétaux.  
Phytosociologie (n.f.) Étude des tendances naturelles que manifestent des populations d'espèces différentes à cohabiter dans une communauté végétale ou, au contraire, à s'exclure.  
Pilosité (n.f.) Ensemble des poils couvrant un organe.  
Pinède (n.f.) Formation forestière dominée par les pins.
Syn.: pineraie.
 
Pineraie (n.f.) Formation forestière dominée par les pins.
Syn.: pinède (surtout dans le midi).
 
Pinnule (n.f.) Division secondaire des frondes (feuilles) des fougères.  
Pionnier (adj.) Se dit d'une espèce qui colonise les milieux ouverts, perturbés, instables (ex.: Salix, Populus, Alnus…).  
Piriforme (adj.) En forme de poire.  
Pistil (n.m.) Organe femelle et central de la fleur phanérogame, comprenant ordinairement l'ovaire, le style et le stigmate.  
Pistillode (n.m.) Pistil stérile, plus ou moins rudimentaire.  
Pivotante (adj.) Pour une racine principale, bien plus développée que les radicelles, s'enfonçant verticalement dans le sol.  
Placenta (n.m.) Tissu de l'ovaire sur lequel les ovules sont attachés au moyen du funicule. Il borde les carpelles et est vascularisé.  
Plagiotrope (adj.) Qui croît perpendiculairement à la force de gravité (horizontalement).  
Planitiaire (adj.) Pour l'ensemble de la végétation située en France continentale à une altitude inférieure à celle de l'étage montagnard. En région méditerranéenne, l'étage planitiaire est remplacé par les étages méditerranéen et collinéen (ou supraméditerranéen).  
Plantule (n.f.) 1. Embryon au terme de son développement, contenu dans la graine mûre avant la germination.
2. Petite plante produite par un organe spécialisé et résultant d'une multiplication végétative.
 
Plateau (n.m.) Organe large et plat (c'est une tige très courte) sur lequel s'insèrent les écailles d'un bulbe.  
Ploïdie (n.f.) Nombre de jeux de chromosomes homologues (diploïde, tetraploïde…).  
Plumeux (adj.) Muni de poils rameux ou rangés sur deux rangs, comme les barbes d'une plume.  
Pluriflore (adj.) Qui porte plusieurs fleurs.  
Pluriloculaire (adj.) Qui contient plusieurs loges.  
Poil (n.m.) Production épidermique formée d'une ou quelques cellules.
- Poil étoilé : dont l'extrémité est divisée en plusieurs branches étalées parallèlement à la surface qui porte le poil.
- Poil glanduleux : terminé par une partie sphérique, sécrétrice, lui donnant l'aspect d'une minuscule tête d'épingle.
- Poil en navette : à 2 branches étalées portées par un pédoncule très court donnant l'impression que le poil est plaqué à la surface qui le porte.
 
Poilu (adj.) Garni de poils longs et distincts.  
Pollen (n.m.) Corpuscules différenciés à l'intérieur de l'anthère de l'étamine. Chaque grain de pollen est un gamétophyte mâle entouré d'une enveloppe protectrice (exine).  
Pollinie (n.f.) Amas de pollen aggloméré, transporté en un bloc par les insectes.  
Pollinisateur (n.m. et adj.) Qui transporte le pollen jusqu'à la fleur susceptible d'être fécondée.  
Pollinisation (n.f.) Transport du pollen vers le stigmate :
- d'une même fleur : pollinisation autogame ou directe,
- plus généralement d'une autre fleur : pollinisation allogame.
 
Polycarpique (adj.) 1. Pour une plante pérenne qui refleurit (et donc produit des fruits) plusieurs fois tout au long de son existence.
2. Pour une fleur dont le gynécée est constitué de plusieurs carpelles indépendants les uns des autres.
 
Polycéphale (adj.) Qui porte plusieurs capitules.  
Polygame (adj.) Qualifie une plante portant sur le même pied des fleurs unisexuées, à étamines ou à pistil, et des fleurs hermaphrodites.  
Polymorphe (adj.) De forme très variable. Dont la forme varie d'un individu à l'autre (espèce polymorphe), ou d'un organe à son homologue, à l'intérieur de la même plante ou non (feuilles polymorphes, graines polymorphes).  
Polynôme (n.m.) Nom scientifique formé d'un nombre quelconque de mots (souvent nombreux) et désignant une espèce. Ces noms ont disparu au profit des binomes linnéens.
Avant Linné, la pâquerette (Bellis perennis L.) était nommée Bellis scapo nudo uniflora.
 
Polypétale (adj.) Fleur dont la corolle est constituée de plusieurs pétales libres.
Syn.: dialypétale.
Contraire (pétales soudés) : gamopétale, monopétale.
 
Polyphylle (adj.) Involucre ou involucelle à folioles nombreuses.  
Polyploïde (adj.) Se dit d'un organisme dont le niveau de ploïdie est supérieur à deux.  
Polyploïdie (n.f.) État d'une plante dans laquelle les cellules contiennent plus de deux génomes homologues: elles peuvent contenir 3n chromosomes (et sont alors triploïdes), 4n chromosomes (tétraploïdes) ou plus... La polyploïdie, phénomène fréquent dans les plantes à fleurs (la moitié d'entre elles environ seraient polyploïdes), est très exceptionnelle au contraire chez les animaux.  
Polysépale (adj.) Dont les sépales sont indépendants les uns des autres.
Syn.: dialysépale.
Contraire (sépales soudés) : gamosépale, monosépale.
 
Polysperme (adj.) Se dit d'un fruit à graines nombreuses.  
Ponctué (adj.) Marqué de petits points, opaques ou translucides.  
Pontique (adj.) De la région de la Mer Morte.  
Population (n.f.) Ensemble d'individus de même espèce ou sous-espèce vivant dans un même lieu, une même station.  
Porrigé (adj.) Fixé droit sur la surface d'insertion (par opposition à un organe semblable courbé par son poids).  
Postérieur (adj.) Situé du côté de l'axe.
Syn.: adaxial, dorsal.
Contraire : abaxial, antérieur, ventral.
 
Postpionnier (adj.) Qualifie un taxon photophile intervenant dans les successions végétales après les espèces pionnières.  
Prairiale (adj.) Pour une plante des prairies.  
Prairie (n.f.) Formation végétale herbacée, héliophile, fermée et dense, dominée par les graminées. C'est un peuplement semi-naturel entretenu par le fauchage (prairie de fauche), ou le pacage (prairie pacagée ou pré).  
Pré (n.m.) Formation végétale herbacée, héliophile, fermée et dense, semi-naturelle car entretenue par le pacage des herbivores, dominée par les graminées.  
Pré-bois (n.m.) Formation végétale constituée d'une mosaïque d'éléments forestiers, prairiaux, d'ourlets et de manteaux.  
Préfloraison (n.f.) Disposition des pièces du périanthe dans le bouton floral.  
Préfoliaison (n.f.) Position des feuilles avant leur étalement.  
Prélinnéen (adj.) Antérieur à la publication de l'œuvre de Linné qui établit la nomenclature binominale (1er mai 1753).  
Primaire (adj.) 1. Formation, Organisation, Structure, Tissu... : définit l'organisation de l'appareil cribro-vasculaire, (le seul type d'organisation présent chez les Monocotylédones sauf exceptions) se mettant en place précocement, dans un organe en cours de différenciation.
2. Pour qualifier l'axe principal portant des axes homologues apparus postérieurement.
 
pro parte (loc. lat.) Abrégé p.p. = en partie : après le nom d'un taxon, signifie que seule une partie de l'acception originale est prise en compte.  
Proles (n.m.) Nomenclature : rang taxonomique entre la variété et la sous-espèce.  
Prolifère (adj.) Se dit d'un organe qui en produit un autre semblable à lui-même (ex.: paturin vivipare).  
Propagule (n.f.) Organe permettant la multiplication et la dissémination végétatives des végétaux - terme surtout utilisé chez les Algues et les Bryophytes.  
Protandre (adj.) Se dit d'une fleur hermaphrodite dont les étamines sont fonctionnelles alors que le pistil est encore immature.  
Protandrie (n.f.) Type de maturation d'une fleur hermaphrodite où les étamines sont fonctionnelles alors que le pistil est encore immature.  
Protogyne (adj.) Se dit d'une fleur hermaphrodite dont le pistil est fonctionnel alors que les étamines sont encore immatures.  
Protogynie (n.f.) Type de maturation d'une fleur hermaphrodite où le pistil est fonctionnel alors que les étamines sont encore immatures.  
Proximal (adj.) Désigne l'extrémité d'un organe par laquelle il est fixé à son support.
Syn.: basal.
 
Pruine (n.f.) Enduit cireux qui couvre l'épiderme.  
Pruineux (adj.) Couvert d'un enduit cireux, ténu, formant comme une rosée qui s'essuie du doigt (l'épiderme de la prune est pruineux).  
Psammocline (adj.) Pour une plante poussant sur sol un peu sableux.  
Psammophile (adj.) Qualifie une plante vivant préférentiellement sur des sols sableux (notamment les dunes).  
Pseudobulbe (n.m.) Rameau court et charnu, portant généralement des feuilles, chez les Orchidées. En France, on ne trouve des pseudobulbes que chez Liparis et Hammarbya.  
Pseudophyllopode (adj.) Qualifie un groupe informel de Hieracium (épervières) à rosette de feuilles non basale (les autres groupes basés sur les feuilles de la base de la tige sont les hypophyllopodes, aphyllopodes et phyllopodes).  
Pubérulent (adj.) Faiblement et brièvement pubescent.  
Pubescent (adj.) Garni de poils fins, courts, mous et peu serrés.  
Pulvérulent (adj.) Couvert d'une sorte de poussière. D'aspect poudreux, farineux.  
Pyrophile (adj.) Se dit d'une espèce dont la dissémination et/ou la germination sont favorisées par le feu.  
Pyrophyte (n.f.) Plante dont la biologie est liée au passage annuel du feu de broussailles.  
Pyxide (n.f.) Capsule s'ouvrant circulairement à la maturité par la chute d'un opercule, comme une boite à savon.  
Q ↑ haut
Quinconcial (adj.) Pour une disposition d'une séquence de pièces homologues sur la tige ou le réceptacle, dans laquelle deux pièces successives sont séparées par un angle équivalent à 2/5 de circonférence (144°).  
R ↑ haut
Rabattu (adj.) Incliné vers la tige ou vers le sol au lieu d'être étalé horizontalement (ex.: rameau, tige, bractée rabattue).  
Racème (n.m.) Inflorescence indéfinie dans laquelle les fleurs sont disposées sur un axe, chacune sur un pédicelle développé.
Syn.: grappe.
 
Racémiforme (adj.) Qualifie une inflorescence en forme de grappe.  
Rachilla (n.m.) Chez les graminées, axe de l'épillet (qui porte le ou les fleurons).  
Rachis (n.m.) 1. Pétiole commun portant les folioles des feuilles composées.
2. Axe primaire de quelques inflorescences telles que la panicule.
 
Racinaire (adj.) Qui se rapporte aux racines.  
Racine (n.f.) Organe généralement souterrain et ramifié qui absorbe dans le sol la solution aqueuse dont se nourrit la plante.  
Radial (adj.) Par rapport à un axe (ex.: symétrie radiale d'ordre n de la fleur, par rapport à l'axe que constitue son pédoncule).  
Radié (adj.) Qualifie le capitule d'une composée offrant des fleurons au centre et des demi-fleurons à la circonférence.  
Radical (adj.) Pour un organe ou une formation naissant de la racine ou de la souche (ex.: pédoncule radical, feuilles radicales).  
Radicant (adj.) Qualifie un organe couché et émettant çà et là des racines.  
Radicelle (n.f.) Petite racine secondaire naissant sur la racine principale.  
Raméal (adj.) Pour un organe naissant d'un rameau (ex.: feuilles raméales).  
Rameau (n.m.) Jeune branche ligneuse, ayant poussé généralement dans le courant de l'année.  
Rameux (adj.) Divisé en plusieurs axes secondaires.  
Rampant (adj.) Couché, étendu horizontalement sur le sol ou sous terre.  
Ramuscule (n.m.) Petit rameau.  
Raphé (n.m.) Partie du funicule qui se trouve accroché parfois à l’ovule (chez certaines familles comme les Liliacées, les Violacées).  
Rayon (n.m.) Se dit des pédoncules dont se composent les ombelles (ex.: chez les Ombellifères).  
Rayonnant (adj.) Divergeant à partir d'un centre, comme les rayons d'un cercle.  
Réceptacle (n.m.) Sommet élargi du pédoncule portant les diverses parties de la fleur, ou toute une inflorescence comme pour les Composées.  
Réfléchi (adj.) Recourbé en dehors vers le bas.  
Réfracté (adj.) Réfléchi sur lui-même brusquement, comme par suite d'une cassure.  
Règne (n.m.) Le premier des rangs taxonomiques. Les principaux rangs des taxons par ordre descendant sont : le règne (regnum), l'embranchement ou phylum (divisio, phylum), la classe (classis), l'ordre (ordo), la famille (familia), le genre (genus), et l'espèce (species).
Sauf dans le cas de certaines plantes fossiles, chaque espèce peut être affectée à un genre, chaque genre à une famille, etc.
 
Régulier (adj.) Se dit d'une fleur (ou d'un ensemble d'organes homologues dans une fleur) présentant une symétrie radiale.
Syn.: actinomorphe.
 
Relicte (adj.) Pour une espèce antérieurement plus répandue, ayant persisté grâce à l'existence très localisée de conditions stationnelles (notamment climatiques) favorables (ex. relicte glaciaire pour une espèce apportée par les glaciations et se maintenant de nos jours).  
Réniforme (adj.) En forme de rein ou de haricot.  
Reposoir (n.m.) Endroit où le bétail se repose ou passe la nuit. Le sol y est riche en nitrates.  
Reproducteur (adj.) Pour un appareil ou organe lié à la floraison (reproduction sexuée).  
Résineux (n.m. et adj.) Arbre d'une des familles de Gymnospermes ou enduit de résine.  
Resupination (n.f.) Chez les orchidées, torsion de 180 ° de l'ovaire ou du pédoncule orientant le labelle vers le bas. Chez les orchidées à labelle orienté vers le haut (comme Epipogium), il n'y a pas de resupination, ou une resupination de 360 °.  
Resupiné (adj.) Se dit de la fleur d'orchidée, vrillée sur elle-même, ce qui oriente le labelle, pétale supérieur, vers le bas.  
Réticulé (adj.) Marqué de lignes entrecroisées en réseau, comme les mailles d'un filet.  
Rétinacle (n.m.) Boulette collante située au bas des pollinies (chez les Orchidées).  
Rétrorse (adj.) Se dit d'un ornement, d'un appendice, rabattu vers l'arrière ou vers le bas (de la plante ou de l'organe).  
Rétus (adj.) À sommet tronqué et légèrement déprimé.  
Reviviscent (adj.) Pour un végétal capable de se dessécher et de paraître mort, puis de se réhydrater et de reprendre son activité biologique (ex.: Asplenium ceterach).  
Révoluté (adj.) Pour un organe plan dont les marges sont enroulées vers le bas.  
Révolutif (adj.) Qui forme des spires.  
Rhizoïde (n.m.) Petit organe à fonction de racine, chez les plantes qui en sont démunies (comme les mousses ou les prothalles de fougères par exemple).  
Rhizome (n.m.) Tige souterraine émettant des racines fibreuses et des tiges aériennes.  
Rhombique (adj.) En forme de losange.
Syn.: rhomboïdal.
 
Rhomboïdal (adj.) En forme de losange.
Syn.: rhombique.
 
Ripicole (adj.) Localisé au bord des cours d'eau.  
Ripisylve (n.f.) Forêt naturelle, plus ou moins soumise aux inondations, des bords de cours d'eau.  
Ronciné (adj.) Pour une feuille pennatifide, à lobes aigus et dirigés vers la base.  
Roselière (n.f.) Peuplement de grandes plantes herbacées amphibies et dressées (roseaux et autres espèces), dans les marais, les fossés inondés, ou à la périphérie des étangs.  
Rosette (n.f.) Se dit d'un ensemble de feuilles étalées et rapprochées en cercle, insérées toutes presque au même niveau, généralement au collet (rosette basale).  
Rostellum (n.m.) Chez les orchidées, partie fixe, située entre les masses polliniques et la cavité stigmatique, empêchant, durablement ou momentanément, le contact direct du pollen avec les stigmates. Le rostellum résulte de la transformation du stigmate médian de la fleur.  
Rostré (adj.) En forme de bec, prolongé en bec.  
Rotacé (adj.) Plan, étalé en roue. Admettant un axe de symétrie (= à symétrie radiale, rayonnée, ou d'ordre n).  
Rubané (adj.) En forme de ruban, plan, allongé et à bords plus ou moins parallèles.  
Rudéral (adj.) Relatif à des conditions écologiques fortement modifiées par l'homme (comme celles créées par décombres, dans des terrains vagues).  
Rude (adj.) Se dit d'un organe ou d'une partie d'organe couvert de poils raides ou d'aspérités qui les rendent rugueux au toucher.  
Rugueux (adj.) Muni de rides ou inégalités qui le rendent rude au toucher.  
S ↑ haut
s.l. (abrév.) Pour sensu lato = au sens large : Après un nom de taxon, signifie que l'on rassemble une espèce avec les espèces regroupées dans le même agrégat ou la même section. ex.: Ophrys fusca s.l. regroupe toutes les espèces de l'agrégat O. fusca.  
s.s. (abrév.) Pour sensu stricto = au sens strict. Après un nom de taxon, signifie que ce taxon est considéré dans son expression minimale. ex.: Ophrys fusca s.s. exclut les nouvelles espèces résultant de l'éclatement de O. fusca s.l.  
Sagitté (adj.) Prolongé à la base par deux lobes étroits encadrant l'insertion de l'organe. En forme de fer de flèche.  
Saharo-indien (adj.) Pour un territoire couvrant les zones désertiques du Sahara à l'Inde.  
Saillant (adj.) Qui fait saillie en dehors, qui dépasse le bord d'un organe.
Syn.: exsert.
Contraire : inclus.
 
Samare (n.f.) Fruit sec, indéhiscent, monosperme, à bord aminci en aile membraneuse (ex.: érables).  
Saprophyte (adj.) Définit un organisme qui se nourrit de matières organiques en décomposition.  
Sarmenteux (adj.) Se dit de tiges ou rameaux ligneux, flexibles, faibles et ayant besoin d'un support.  
Saxicline (adj.) Pour une plante liée à un sol plutôt rocailleux.  
Saxicole (adj.) Littéralement "qui habite les rochers". Qualifie une espèce ou une végétation se développant dans les milieux rocheux (rochers, falaises, éboulis).  
Série (n.f.) Rang taxonomique secondaire entre le genre et l'espèce.  
Série de végétation (n.f.) Ensemble composé d'un climax et des groupements qui y conduisent ou en dérivent.  
Sétacé (adj.) Étroit, fin et raide comme une soie de porc.  
Sétiforme (adj.) Qui a la forme d'une soie.  
Scabre (adj.) Très rude au toucher, couvert d'aspérités ou de pointes courtes et dures.  
Scaliforme (adj.) En forme d'écaille.  
Scape (n.m.) Pédoncule allongé et sans feuilles, produit par une plante acaule.  
Scapiforme (adj.) Se dit d’une tige qui, étant dépourvue de feuilles, ressemble à une hampe. Chez les Hieracium (épervières), désigne des taxons à rosette basale et tige sans feuilles caulinaires.  
Scarieux (adj.) Membraneux, mince et transparent, jamais vert.  
Sciaphile (adj.) Littéralement "qui aime l'ombre". Qui croît à l'ombre. Qui ne supporte pas les éclairements intenses.
Contraire : héliophile.
Rq. Ombrophile signifie qui aime la pluie.
 
Scléreux (adj.) À parois imprégnées de lignine, rigides.
Syn.: sclérifié.
 
Sclérifié (adj.) À parois imprégnées de lignine, rigides.
Syn.: scléreux.
 
Scorpioïde (adj.) Roulé en queue de scorpion ou en crosse.  
Section (n.f.) Rang taxonomique secondaire entre le genre et l'espèce. Abrégé en sect.  
Segment (n.m.) Division d'une feuille se prolongeant jusqu'à la nervure médiane.  
Sempervirent (adj.) Littéralement "toujours vert". Se dit d'espèces (surtout ligneuses) dont les feuilles ne tombent pas à la fin de la saison de végétation et restent fonctionnelles pendant plusieurs années (ex. chêne vert).  
Sépale (n.m.) Division du calice.  
Sépaloïde (adj.) Qui a l'aspect d'un sépale.  
Septé (adj.) Divisé par des cloisons.  
Septicide (adj.) Pour une capsule qui s'ouvre par des fentes de déhiscence le long des sutures carpellaires.  
-séqué (adj.) Découpé, en parlant des feuilles. Palmatiséqué : découpé en "palme" jusqu'au pétiole. Pennatiséqué : découpé en "peigne" jusqu'à la nervure médiane.  
Serrulé (adj.) Finement denticulé.  
Sessile (adj.) Dépourvu de support, de pétiole, de pédoncule.
Contraire : pédonculé, pétiolé.
 
Sève (n.f.) Solution aqueuse circulant dans l'appareil conducteur de la plante.
- Sève ascendante = sève brute : solution aqueuse de substances minérales et azotées puisée dans le sol par les racines et acheminée dans tout l'organisme par les vaisseaux.
- Sève descendante = sève élaborée : solution aqueuse de substances élaborées par la plante et acheminée dans tout l'organisme par les tubes criblés.
 
SiFlore Site de la fédération des Conservatoires botaniques nationaux. http://siflore.fcbn.fr  
SILENE Silene Nature - SINP PACA, 2019-2021. https://nature.silene.eu  
Silicicole (adj.) Littéralement "qui habite la silice". Pour une plante des sols siliceux.  
Silicule (n.f.) Petite silique dont la longueur n'excède pas trois à quatre fois la largeur.  
Silique (n.f.) Fruit allongé, au moins trois fois plus long que large, sec, déhiscent, formé de deux loges longitudinales séparées par une (fausse) cloison (chez les Crucifères).  
Sillon (n.m.) Saignée allongée et étroite dans une surface plutôt plane.  
Sillonné (adj.) Marqué de sillons ou de raies longitudinales profondes.  
Simple (adj.) Non composé, non ramifié en parlant d'une feuille ou d'un axe.  
Sinué (adj.) À bords flexueux, à angles peu profonds et arrondis.  
Sinus (n.m.) Échancrure comprise entre les lobes d'un organe (ex. pétales échancrés de nombreux silènes).  
Soie (n.f.) Poil long et raide.  
Sore (n.m.) Groupe des sporanges, disposé de façon caractéristique à la face inférieure des frondes, qui constituent la fructification des fougères.  
Soulane (n.m.) En montagne, versant ensoleillé d'une vallée, exposé au sud.
Syn.: adret.
Contraire : ubac.
 
Sous-arbrisseau (n.m.) Arbrisseau de taille inférieure à 50 cm dont dans certains cas, l'extrémité des rameaux herbacés se dessèche l'hiver (ex.: bruyère, callune, myrtille...).  
Sous-espèce (n.f.) Rang nomenclatural inférieur à l'espèce. En général, deux sous-espèces ne cohabitent pas, mais leurs aires respectives peuvent avoir une marge commune. Abrégé subsp. ou ssp. (plutôt en zoologie).  
Sous-frutescent (adj.) Se dit d'une plante présentant une souche ligneuse émettant chaque année des pousses herbacées (ex.: sous-arbrisseaux).  
Soyeux (adj.) Couvert de poils fins, doux comme la soie, et couchés.  
Spadice (n.m.) Inflorescence des Aracées et de certains palmiers, axe simple épais et charnu, à fleurs mâles et femelles sessiles.  
Spathe (n.f.) Grande bractée membraneuse ou foliacée enveloppant une inflorescence entière ou seulement sa base.  
Spatulé (adj.) En forme de spatule, plan, élargi au sommet, atténué dans le bas.  
Spéciation (n.f.) Formation d'un nouveau taxon (espèce, sous-espèce...) par l'entrée en jeu de divers mécanismes évolutifs (mutations et autre modification du génome, isolement,...). En botanique, le phénomène d'amphiploïdie (doublement accidentel du stock chromosomique d'un hybride, ce qui le rend fertile) est une cause fréquente de spéciation.  
Sphaignaie (n.f.) Peuplement dense de sphaignes sur sols très acides, dans les landes humides, les tourbières, les bois tourbeux.  
Sphaigne (n.f.) Mousse (genre Sphagnum) vivant en peuplement compact dans les stations humides, marécageuses ou inondées, en milieu acide, oligotrophe. La structure très particulière de ces plantes leur permet de retenir d'importantes quantités d'eau et d'accentuer l'acidité des substrats où elles vivent. Les sphaignes participent à la formation des tourbières acides.  
Spiciforme (adj.) Presque en forme d'épi.  
Spinescent (adj.) Se terminant en épine faible.  
Spinule (n.f.) Petite épine.  
Spinuleux (adj.) Couvert de petites épines ou spinules.  
Spiralé (adj.) Qui forme une spire, une spirale (ex.: le rameau florifère jeune de nombreuses Boraginacées, les jeunes frondes des fougères).  
Spirale (n.f.) Figure plane, souvent utilisée à tort en lieu et place d'hélice. La crosse des jeunes frondes des fougères est une spirale. L'inflorescence de la spiranthe est une hélice.  
Spongieux (adj.) À tissu poreux, compressible et élastique comme une éponge.  
Spontané (adj.) Pour une plante qui croît sans culture, à l'état sauvage. Qui appartient à la flore indigène.  
Sporange (n.m.) Sorte de capsule renfermant les spores des Acotylédones. Organe à l'intérieur duquel s'élaborent les spores et dont la paroi est une assise cellulaire.  
Spore (n.f.) Corps reproducteur des végétaux cryptogames. Cellule reproductrice, généralement haploïde, produite, à l'issue d'une méïose, par un sporophyte et destinée à être disséminée.  
Sporophyte (n.m.) Organisme diploïde au sein duquel intervient la méïose. Au terme de la méïose se différencient les spores haploïdes.  
Squameux (adj.) Couvert d'écailles.  
Squamiforme (adj.) En forme d'écaille.  
Squamule (n.f.) Petite écaille.  
Staminal (adj.) Qui a trait aux étamines.  
Staminifère (adj.) Portant des étamines.  
Staminode (n.m.) Étamine stérile plus ou moins rudimentaire ou transformée.  
Station (n.f.) Étendue de terrain, de superficie variable, homogène dans ses consitions physiques et biologiques (mésoclimat, topographie, composition floristique et structure de la végétation spontanée).
- Station abyssale : station de basse altitude ayant un climat local nettement plus froid que le climat régional, et permettant de ce fait la survie d'espèces se rencontrant "normalement" à des altitudes supérieures.
 
Sténoméditerranéen (adj.) À étroite répartition méditerranéenne (zone de l'olivier) de Gibraltar à la Mer Noire.
- Sténoméditerranéen septentrional : côte nord de la Méditerranée de l'Espagne à la Grèce.
- Sténoméditerranéen oriental : bassin oriental de la Méditerranée, des Balkans à la Turquie et l'Egypte.
- Sténoméditerranéen méridional : côte sud de la Méditerranée du Maroc à l'Egypte.
- Sténoméditerranéen occidental : bassin occidental de la Ligurie à l'Espagne, au Maroc et à l'Algérie.
- Sténoméditerranéen nord-occidental : de la Ligurie à l'Espagne.
- Sténoméditerranéen sud-occidental : du Maroc à la Tunisie et la Sicile.
- Sténoméditerranéen nord oriental : des Balkans à la Turquie.
- Sténoméditerranéen sud-oriental : de la Cyrénaïque à l'Égypte et la Syrie.
 
Stérile (adj.) Se dit des frondes des fougères ou des tiges de prêles dépourvues de sporanges.  
Stigmate (n.m.) Partie sommitale du style, généralement dilatée, dont l'épiderme est spécialement adapté à recevoir le pollen et à favoriser sa germination.  
Stipe (n.m.) 1. "Tronc" des palmiers, yucca… dont le diamètre ne s'accroît pas, ce n'est pas un tronc s.s..
2. Petit pied portant un organe à son sommet.
 
Stipité (adj.) Porté sur un petit pédoncule, un stipe.  
Stipulé (adj.) Muni de stipules.  
Stipule (n.f.) Appendice foliacé ou membraneux que l'on trouve à la base d'un grand nombre de feuilles.  
Stolon (n.m.) Rejet rampant et radicant qui naît à la base d'une tige et sert à la multiplication de la plante. Il produit une nouvelle plante à son extrémité, susceptible de s'affranchir du pied "mère" (multiplication végétative).  
Stolonifère (adj.) Pourvu d'un stolon.  
Stomate (n.m.) Pore ouvert dans l'épiderme et permettant les échanges gazeux avec l'atmosphère.  
Strié (adj.) Pourvu de stries, de lignes fines et parallèles.  
Strie (n.f.) Petit sillon. Les stries sont séparées par des côtes.  
Strobile (n.m.) Le cône des Gymnospermes.  
Strophiole (n.f.) Épaississement charnu et peu étendu de certaines graines.
Syn.: caroncule.
 
Style (n.m.) Petit pédoncule filiforme qui surmonte le pistil et porte le stigmate.  
Stylopode (n.m.) Disque qui couronne le fruit des Apiacées et qui porte les styles.  
Sub- (préf.) Préfixe qui signifie presque (ex.: subaigu = presque aigu : subsessile = presque sessile).  
Subalpin (adj.) Qualifie l'étage (ou les espèces qui l'habitent) situé en France continentale entre l'étage montagnard et l'étage alpin, soit ± 1700-2200 m, dominé par des pelouses et des boisements d'épicéas et de pins de montagne.  
Subatlantique (adj.) Plante à répartition atlantique, débordant vers l'est dans les zones à climat plus continental.  
Subcosmopolite (adj.) Pour une plante présente dans toutes les zones du monde mais avec des lacunes importantes (un continent ou une zone climatique).  
Subendémique (adj.) Pour une plante dont l'aire est centrée sur un territoire mais débordant sur les territoires voisins. Ce territoire peut être naturel (subendémique provençale pour une plante qui serait connue principalement en Provence mais "déborderait" dans le Languedoc) ou administratif (subendémique française pour une plante que l'on trouverait en France surtout, mais aussi en Italie). La coexistence de ces deux significations impose de préciser le territoire dont on parle.  
Suberaie (n.f.) Formation végétale forestière méditerranéenne sur sol acide dominée par le chêne-liège.  
Subéreux (adj.) Ayant la nature et le consistance spongieuse du liège.  
Subsp. (abrév.) Abréviation de subspecies (sous-espèce). Rq.: Pour la faune (et de plus en plus pour la flore), on utilise aussi souvent l'abréviation ssp.  
Subspontané (adj.) Pour un végétal introduit peu intégré dans la flore de la région, s'y maintenant dans ses stations, mais sans véritable capacité d'extension.  
Substrat (n.m.) Tout support où est fixée une plante.  
Subtropical (adj.) Relatif aux faciès tropicaux et tempérés chauds.  
Subulé (adj.) Qui se termine insensiblement en pointe très aiguë, comme une alène.  
Succulent (adj.) Épais, juteux, ferme mais tendre.
Syn.: charnu.
 
Sud européen-sud sibérien (adj.) Pour une espèce eurasiatique des zones chaudes de l'Europe et faciès arides du sud de la Sibérie. Ce sont en général les éléments steppiques à aire centrée sur la Mer Noire, jusqu'au Pont-Euxin.  
Sud-est européen (adj.) Pour une subdivision de l'aire eurasiatique centrée sur les Carpathes et le Danube.  
Suffrutescent (adj.) Qui produit chaque année des rameaux issus d'une souche ligneuse enterrée.  
Supérovariée (adj.) Pour une fleur dont l'ovaire est supère.  
Superposé (adj.) Se dit de deux organes non homologues insérés l'un devant l'autre (étamines superposées, ou opposées, à un pétale).  
Supraméditerranéen (adj.) Relatif à l'étage des collines en région méditerranéenne dominé par le chêne pubescent, de ± 400 à 1200 m. C'est l'équivalent de l'étage collinéen en région non méditerranéenne.  
Suture (n.f.) Ligne de jonction de deux organes soudés ensemble ou de deux marges d'un même organe (ex.: les deux valves d'une gousse).  
Symbiose (n.f.) Association à bénéfice réciproque entre deux organismes différents.  
Symbiotique (adj.) Qui pratique ou qui a trait à la symbiose.  
Sympatrique (adj.) Se dit d'espèces (ou de populations) habitant, à l'état naturel, la même région.
Contraire : allopatrique.
 
Sympodial (adj.) Se dit de l'allongement d'une tige par articles successifs produits chacun par un bourgeon axillaire - chaque article se termine par une inflorescence.  
Synanthéré (adj.) Se dit d'étamines soudées par les anthères et formant un tube dans lequel passe le style.  
Synanthrope (adj.) Lié à l'homme et à ses activités.  
Syncarpe (n.m.) 1. Fruit composé de carpelles soudés en un organe unique.
2. Infrutescence dont les fruits unitaires sont adnés, formant une masse unique (ex.: l'ananas est un épi de fruits adnés les uns aux autres).
 
Synchronie (n.f.) Simultanéité d'événements, de faits.  
Syntaxon (n.m.) En phytosociologie, terme désignant un groupement végétal, quel que soit son niveau de définition (alliance, association…).  
Syntopie (n.f.) État de taxons partageant le même biotope.  
T ↑ haut
Taillis (n.m.) Forêt dans laquelle les arbres sont totalement ou partiellement constitués de bouquets de troncs partant d'une même souche. Ne concerne que les espèces capables de repartir de la souche.  
Taxon (n.m.) Unité occupant un rang défini dans la hiérarchie de la classification. Dans le Code International de Nomenclature, les groupes taxonomiques de tous rangs se nomment taxons (taxa, singulier : taxon) Chaque individu végétal est considéré comme appartenant à un certain nombre de taxons de rangs hiérarchiquement subordonnés et dont l'espèce (species) constitue le rang de base.
Les principaux rangs des taxons par ordre descendant sont : le règne (regnum), l'embranchement ou le phylum (divisio, phylum), la classe (classis), l'ordre (ordo), la famille (familia), le genre (genus), et l'espèce (species).
 
Taxonomie (n.f.) Science de la classification des êtres vivants.
Syn.: taxinomie.
Une plante peut ainsi se voir classer dans les taxons suivants (par ordre décroissant de rang): regnum, subregnum, divisio ou phylum, subdivisio ou subphylum, classis, subclassis, ordo, subordo, familia, subfamilia, tribus, subtribus, genus, subgenus, sectio, subsectio, series, subseries, species, subspecies, varietas, subvarietas, forma, subforma.
 
Taxonomique (adj.) Qui intervient dans la taxonomie.  
TaxRef Référentiel nomenclatural et taxonomique du Muséum national d'histoire naturelle.
https://inpn.mnhn.fr/accueil/donnees-referentiels
 
Tépale (n.m.) Pièce d'un périanthe dont tous les éléments (sépales et pétales) sont semblables entre eux (ex. lis, tulipe…)..  
Terminal (adj.) Situé au sommet d'un axe. Issu d'un bourgeon terminal.  
Terné (adj.) Pour des organes verticillé (ou groupé) par trois.
2. Pour une feuille composée de trois folioles.
 
Terricole (adj.) Pour une plante poussant dans les sols terreux.  
Tesselé (adj.) Qui présente des ornementations en damier (ex.: fleur de fritillaire).  
Tête (n.f.) Inflorescence plus ou moins globuleuse groupant de nombreuses fleurs serrées.  
Tétradyname (adj.) Dont les étamines sont au nombre de 6, dont 2 plus courtes.  
Tétragone (adj.) À quatre angles (ex.: gousse du tétragonolobe).  
Tétrakène (n.m.) Fruit sec formé de deux carpelles contenant chacun deux graines - à maturité, chacune des quatre graines, entourée d'un demi-carpelle, devient indépendante et comparable à un akène (chez les Boraginacées ou les Labiées).  
Tétramère (adj.) À 4 divisions ou parties. Se dit d'une fleur (ou d'un cycle d'une fleur) dont les organes homologues sont au nombre de quatre (ou d'un multiple de quatre).
Syn.: tétramètre.
 
Thalamiflore (adj.) Pour une plante dont les étamines, indépendantes du calice, sont insérées sur le réceptacle. En enlevant les sépales ou les pétales, les étamines restent sur le reste de la fleur, insérées sur le réceptacle.  
Thalamus (n.m.) Réceptacle allongé portant le pièces florales chez certaines espèces.  
Thèque (n.f.) Chacune des 2 parties de l’anthère d’une étamine.  
Thécaphore (n.m.) Petit support de certaines capsules (ex.: Silene nemoralis).
Syn.: carpophore, gynophore.
 
Thérophyte (adj.) Plante passant la saison défavorable à la végétation sous forme de graines. Plante annuelle.
Dans Flora Italia, S. Pignatti reconnaît 5 sous-types :
- Th. cespiteux (Setaria viridis).
- Th. rampant (Stellaria media).
- Th. à scape (Myosotis arvensis).
- Th. en rosette (Arnoseris minima).
- Th. parasite (Cuscuta sp.).
 
Thermophile (adj.) Se dit d'une plante qui croît de préférence dans des sites chauds et ensoleillés. Qualifie une plante vivant dans des stations chaudes, au moins durant sa période de végétation.  
Thigmonastie (n.f.) Mouvement d'un organe survenant en réponse à un contact (ex.: les sensitives).  
Thyrse (n.m.) Inflorescence en panicule ovoïde dont les pédicelles du milieu sont plus longs que ceux des extrémités. Grappe complexe de cymes.  
Tige (n.f.) Axe d'une plante sur lequel son insérées des feuilles.  
Tigelle (n.f.) Première tige de l'embryon, comprise entre la radicule et la gemmule - elle porte les cotylédons.  
Tissu (n.m.) Ensemble organisé de cellules constituant une unité dont la structure et la fonction sont déterminées.  
Tomenteux (adj.) Couvert d'une pubescence cotonneuse, entrecroisée, feutrée. Velouté au toucher (ex.: les jeunes coings).  
Tomillar (n.m.) Garrigue à thym.  
Torsadé (adj.) Tordu sur lui-même autour d'un axe longitudinal.  
Toruleux (adj.) Offrant une succession de renflements et d'étranglements.  
Touradon (n.m.) Grosse touffe (pouvant avoir jusqu'à 1 m de hauteur) résultant de la persistance, au cours des années, de la souche et des feuilles basales sèches de certaines plantes herbacées cespiteuses.  
Tourbe (n.f.) Matériau formé par l'accumulation de matière organique végétale, en milieu contamment inondé, en conséquence asphyxiant.  
Tourbeux (adj.) Qualifie un sol très humide ou marécageux contenant une forte proportion de matière organique (il est brun foncé à noir). Par extension, concerne une formation végétale sur un tel sol.  
Tourbière (n.f.) Étendue marécageuse dont le sol est constitué exclusivement de matière organique végétale non totalement décomposée (tourbe). On distingue :
- les tourbières basses (ou plates), liées à la présence d'une nappe d'eau permanente.
- les tourbières hautes (ou bombées), liées à des précipitations importantes et une température moyenne basse, dont la surface s'élève nettement au-dessus du plan d'eau.
 
Traçant (adj.) Longuement rampant.  
Trabécule (n.m.) Chez les graminées, bande de sclérenchyme reliant les 2 faces d'une feuille.  
Trachéide (n.f.) Élément conducteur de la sève brute dont les parois ne sont pas perforées (chez les plantes vasculaires les plus primitives).  
Tribu (n.f.) Rang taxonomique secondaire entre la famille et le genre.  
Trichome (n.m.) Revêtement de poils.  
Trichotome (adj.) Divisé en trois parties dont chacune se subdivise à son tour en trois, et ainsi de suite plusieurs fois.  
Tridenté (adj.) À 3 dents.  
Trifide (adj.) Fendu en trois parties.  
Triflore (adj.) Portant 3 fleurs.  
Trifolié (adj.) À 3 folioles.  
Trigone (adj.) À 3 angles. À trois faces planes et trois angles arrondis.  
Trilobé (adj.) À 3 lobes (ex.: feuilles de l'hépatique, de l'érable de Montpellier).  
Triloculaire (adj.) À 3 loges.  
Trimère (adj.) Se dit d'une fleur (ou d'un cycle d'une fleur) dont les organes homologues sont au nombre de trois (ou d'un multiple de trois) (ex.: tulipe).  
Trinervé (adj.) À 3 nervures.  
Tripartit (adj.) Divisé jusque près de la base en trois parties.  
Tripennatiséqué (adj.) 3 fois pennatiséqué (divisé perpendiculairement à l'axe, en "peigne").  
Triploïde (adj.) Dont chaque cellule contient trois génomes homologues (voir polyploïde).  
Triquètre (adj.) À trois angles saillants, amincis, comme tranchants et trois faces concaves.  
Triséqué (adj.) À 3 segments.  
Trisperme (adj.) À 3 graines.  
Tristique (adj.) Portant des organes disposés en trois rangées longitudinales.  
Triternatiséqué (adj.) Trois fois divisé en trois segments.  
Trivalve (adj.) Se dit d'un fruit s'ouvrant en trois valves.  
Tronc (n.m.) Tige principale ligneuse, unique, de grande taille et qui s'épaissit avec le temps (dans un arbre).  
Tronqué (adj.) Coupé brusquement transversalement. Sommet dont la forme ne prolonge pas celle de la partie inférieure de l'organe. Le sommet semble coupé.  
Tropisme (n.m.) Orientation de la croissance d'un organe en réponse à des inégalités de certains facteurs du milieu.  
Tubéreux (adj.) Pourvu d'un ou plusieurs tubercules.  
Tubérisé (adj.) Se dit d'un organe renflé et gorgé de substances de réserves, transformé en tubercule.  
Tube (n.m.) Partie inférieure d'un calice gamosépale ou d'une corolle gamopétale, dont toutes les pièces sont soudées par leurs marges, formant un cylindre (tube) plus ou moins régulier.  
Tuberculé (adj.) Recouvert de granules, de petites protubérances.  
Tubercule (n.m.) 1. Renflement souterrain de la tige ou de la racine, assurant une fonction d'organe de réserve (ex.: pomme de terre).
2. Granules qui recouvrent certains fruits ou certaines graines (ex.: fruit du platane).
 
Tuberculeux (adj.) 1. Pourvu d'un ou plusieurs tubercules.
2. Recouvert de granules, de petites protubérances.
 
Tubulé (adj.) Qualifie un fleuron à corolle actinomorphe, en tube terminé par de minuscules lobes tous égaux (dans le capitule des Composées).  
Tunique (n.f.) Membrane qui enveloppe un organe (ex.: les bulbes des aulx).  
Turbiné (adj.) En forme de toupie un peu déprimée au sommet ou en cône renversé.  
Turficole (adj.) Se dit d'une espèce ou d'une association végétale localisée dans les tourbières ou les zones tourbeuses.  
Turion (n.m.) 1. Jeune et puissante tige naissant de la souche d'une plante vivace (ex.: asperge, églantier, ronce).
2. Bourgeon épaissi (c'est une bulbille particulière) qui assure la survie à la saison défavorable et la multiplication végétative des plantes aquatiques.
 
Type (n.m.) En botanique, spécimen de référence, sous forme de planche d'herbier ou [de] tout autre élément que l'auteur a désigné comme type (Code de Nomenclature Botanique) relatif à l'individu végétal qui a servi à la description d'un taxon nouveau (espèce ou taxon de rang inférieur à l'espèce). Il s'agit d'une sorte de dépôt légal effectué, de préférence, auprès d'un grand organisme scientifique (musée national...). Pour que la description soit valide, en plus de la diagnose latine, le lieu de dépôt et son numéro de code sont précisés dans le texte décrivant le nouveau taxon, ainsi que l'origine géographique (pays, localité, station) du spécimen et de la date de son prélèvement.  
U ↑ haut
Ubac (n.m.) En montagne, versant ombragé d'une vallée, exposé au nord.
Contraire : adret.
 
Ubiquiste (adj.) qualifie une plante qui croît indifféremment dans des milieux divers.  
Unciné (adj.) Terminé par une petite pointe courbée en crochet ou en hameçon. Syn.: onciné.  
Uniflore (adj.) Qui ne porte qu'une fleur.  
Unilabié (adj.) À une seule lèvre.  
Unilatéral (adj.) Disposé ou tourné d'un seul côté.  
Uniloculaire (adj.) À une seule loge. Qui ne contient qu'une seule cavité interne.  
Uninervé (adj.) Marqué d'une seule nervure.  
Unisérié (adj.) Disposé sur un seul rang.  
Urcéolé (adj.) En forme de grelot, d'ampoule pharmaceutique, renflé au milieu et effilé aux deux bouts.  
Urtiquant (adj.) Irritant, piquant. Sécrétant un liquide très irritant.  
Utricule (n.m.) 1. Petit organe en urne, appendu aux filaments foliaires chez les Utricularia. 2. Enveloppe membraneuse qui entoure le fruit chez les Cypéracées.  
V ↑ haut
Vallécule (n.f.) Sillon longitudinal situé entre deux carènes dans la tige ou le fruit des ombellifères (Apiacées).  
Valve (n.f.) Pièce composant l'enveloppe des fruits déhiscents.  
Variété (n.f.) Rang taxonomique secondaire infraspécifique. Abrégé dans les noms latins en var. ex.: Equisetum palustre var. americanum.  
Vasculaire (adj.) Pour un végétal pourvu de vaisseaux vasculaires assurant la circulation des sèves brutes et élaborées. C'est un marqueur de l'évolution. On oppose plantes vasculaires (des fougères aux plantes à fleurs) aux algues et Bryophytes.  
Végétatif (adj.) Qui a trait à la vie de la plante, à l'exclusion de la floraison et de la fructification.
Appareil végétatif : ensemble des organes et structures d'un végétal, à l'exclusion de ceux qui sont en relation avec la reproduction sexuée.
 
Végétation (n.f.) Nom donné au tapis végétal en l'absence de toute référence aux noms de plantes qui le constituent. La végétation peut être haute (forestière), basse (buissonnante, herbacée...), dense (fermée), discontinue ou claire (ouverte)... La végétation définit, en quelque sorte, le paysage végétal : prairie, bois, lande, maquis…  
Veiné (adj.) Marqué de veines ou petites nervures ramifiées et apparentes.  
Velouté (adj.) Densément couvert de petits poils courts et épais, doux au toucher comme du velours.  
Velu (adj.) Couvert de poils longs, mous et rapprochés.  
Ventral (adj.) Situé du côté opposé à l'axe (ex.: la face inférieure d'une feuille).
Syn.: abaxial, antérieur.
Contraire : adaxial, dorsal, postérieur.
 
Vernaculaire (adj.) Pour un nom commun, populaire, non scientifique.  
Vernalisation (n.f.) Aptitude à fleurir acquise à la suite d'une exposition à une période froide.  
Verruqueux (adj.) Hérissé d'aspérités ou de tubercules semblables à de petites verrues.  
Verticillé (adj.) Disposé en verticille.  
Verticille (n.m.) Groupe d'organes homologues, insérés au même niveau sur un axe, et disposés de façon rayonnante.  
Vésicule (n.f.) Petit organe, souvent sphérique et translucide, rempli d'une sécrétion (ex.: poil vésiculeux).  
Vésiculeux (adj.) En forme de vésicule, de petite vessie ou portant une vésicule (ex.: poils vésiculeux de nombreuses plantes).  
Vicariant (adj.) Se dit d'un taxon qui ressemble à un autre et qui tient une place écologique équivalente dans une autre région.  
Villeux (adj.) Couvert de poils longs et mous.  
Viscarium (n.m.) Petite masse visqueuse, issue du rostellum, reliée directement ou indirectement à la masse de pollen. Terme plutôt employé quand cette masse n'est que partiellement détachable, sinon on parle de rétinacle.  
Viscidium (n.m.) Terme générique pour désigner la partie visqueuse reliée directement ou indirectement à la masse de pollen, donnant à celui-ci la possibilité d'être transporté par un agent pollinisateur.
Prend le nom plus précis de Viscarium s'il n'est pas entièrement détachable, de Rétinacle si il est entièrement détachable.
 
Visqueux (adj.) Collant comme de la glu.  
Vitta (n.f.) Chez les Apiacées (ombellifères), nom donné aux vésicules allongées résinifères dont sont garnies les vallécules des méricarpes et qui sont disséminées avec eux.
Pluriel : vittae.
 
Vivace (adj.) Se dit d'une plante qui vit plusieurs années.  
Vivipare (adj.) 1. Fleur remplacée par un bourgeon végétatif (ou une bulbille, ou une plantule végétative). Fleur qui se transforme en bourgeon foliacé. 2. Plante dont les graines germent alors que le fruit qui les contient est encore attaché à la plante-mère.  
Voile (n.m.) Revêtement des racines aériennes (chez les épiphytes).  
Volubile (adj.) Pour une tige qui s'enroule autour d'un support (ex.: cuscute, liseron).  
Vrille (n.f.) Filament volubile de certaines plantes s'enroulant en spirale autour d'un support (ex.: bryone, vigne).  
vs. (abrev.) versus = contre. Pour signaler une opposition entre deux plantes, deux caractères…  
X ↑ haut
Xénogamie (n.f.) Fécondation d'une fleur par du pollen provenant d'un autre individu.  
Xérobromion (n.m.) Pelouse sèche sur sol calcaire où domine le Brome dressé (Bromus erectus).  
Xérophile (adj.) Se dit d'une espèce pouvant s'accomoder de milieux très secs.  
Xérophyte (n.f. et adj.) Plante, ou qualifie une plante, vivant dans les milieux secs.  
Xylème (n.m.) Tissu conducteur de la sève brute.
Syn.: bois.
 
Y ↑ haut
Yeuseraie (n.f.) Formation végétale dominée par le chêne vert.  
Z ↑ haut
Zone (n.f.) Désigne, sur le plan mondial, l'une des grandes divisions climatiques de la Terre selon les latitudes. Les franges respectives de chaque zone (marquées par des transitions) sont voisines des cercles polaires et/ou des tropiques (zone tropicale, z. tempérée, z. circumboréale…).  
Zoochore (adj.) Se dit d'une plante disséminée par les animaux.  
Zoochorie (n.f.) Dissémination des diaspores par les animaux.  
Zoogamie (n.f.) Mode de pollinisation dans lequel le pollen est transporté par des animaux.  
Zygomorphe (adj.) Se dit d'une fleur (ou d'un ensemble d'organes d'une fleur) présentant une symétrie bilatérale (ex.: légumineuses, labiées, orchidées…).
Syn.: irrégulier.
 
Zygote (n.m.) Cellule diploïde résultant de la fusion de deux gamètes de sexes opposés.
Syn.: œuf.
 

1387 définitions trouvées…
Tout|A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M|N|O|P|Q|R|S|T|U|V|W|X|Y|Z|