Recherche rapide (aide ?)



Les données présentées


Quelques éléments sur les données figurant dans les fiches des taxons et sur la prospection dans le département

Taxons

   Dans la présentation des taxons, suivant leur rang et leur situation dans les Alpes-de-Haute-Provence, figurent tout ou partie des informations suivantes.

Adonis annuel
   Nom vernaculaire.

Adonis annua L., 1753
= Adonis automnalis L., 1752
Ranunculaceae

   Nom latin retenu (TaxRef 14), synonyme et famille.

Plante patrimoniale
   Nous qualifions de plante patrimoniale une espèce bénéficiant d'une protection forte, menacée dans les listes rouges nationale et régionale ou dans les travaux des CBN alpin et méditerranéen, ou faisant l'objet d'un programme particulier de préservation.
   Statuts de protection, de préservation et de vulnérabilité

Trois sous-espèces annua, cupaniana (Guss.) Steinb. et castellana (Pau) Steinb. ont parfois été retenues…
   Éventuel commentaire initial.

Flore de Coste
• Plante herbacée à racine annuelle, fibreuse.
• Tige de 20-40 cm, souvent rameuse, presque glabre.
• …

   Description (pour les espèces et sous-espèces).

Flora Gallica
1. Anthères jaunes. 12-20 pétales. Carpelles arrondis. Plante vivace. Voir 2.
1'. Anthères noirâtres. 5-10 pétales. Carpelles anguleux. Plante annuelle. Voir 3.
2. Feuilles basales réduites à des écailles. Carpelle à bec court plaqué au reste du fruit. Plante de plaine : Adonis vernalis.
2'.
   Clef d'identification pour les familles, genres et espèces si ces dernières admettent plusieurs sous-espèces dans le département.

n° 24 du catalogue de L. Laurent (Adonis autumnalis L.).
   Numéro dans le catalogue de Louis Laurent… quand cette espèce y est présente, et combinaison nomenclaturale sous laquelle l'espèce est citée, si elle est différente de la combinaison actuellement retenue.

Exogène archéophyte. Avril-juillet. Thérophyte. Euryméditerranéen (nord).
   Indigénat - Mois de floraison - Type biologique - Type chorologique.
   - Indigénat : l'origine de la plante, indigène ou exogène, avec éventuellement une précision comme "archéophyte(n.m. et adj.) Plante accompagnant les cultures depuis la préhistoire (ou introduite avant l'an 1500 dans une autre acception)." ou "adventice(n.f., adj.) Qualifie une plante étrangère à une aire donnée qui, introduite dans celle-ci, souvent en milieu cultivé, y reste éphémère, ne s'intègrant pas à la végétation locale. Une adventice historique est une plante adventice qui n'a pas été revue depuis de nombreuses années, la cause de son apparition ayant généralement disparu : activité révolue (lavoirs à laine), usage de la plante abandonné, équipement transformé (anciens ports), modification des moyens de communication... Les messicoles sont parfois (mal) appelées adventices des moissons (Reduron 2007). Voir aussi : naturalisé, subspontané.".
   - Mois de floraison : principaux et éventuellement, entre parenthèses, les extrêmes ou les floraisons décalées. Ces mois sont repris dans un graphe sous la présentation du taxon.
   - Type biologique : selon la classification de Raunkier, il résume le type de cycle végétatif de la plante (thérophyte(adj.) Plante passant la saison défavorable à la végétation sous forme de graines. Plante annuelle. Dans Flora Italia, S. Pignatti reconnaît 5 sous-types : - Th. cespiteux (Setaria viridis). - Th. rampant (Stellaria media). - Th. à scape (Myosotis arvensis). - Th. en rosette (Arnoseris minima). - Th. parasite (Cuscuta sp.)., chaméphyte(adj.) Plante ligneuse naine dont les bourgeons sont situés au-dessus de la surface du sol mais à moins de 50 cm. - Ch. suffrutescents (Fumana procumbens). - Ch. à scape : dont les inflorescences sont portées par une hampe (Stellaria holostea). - Ch. succulents (Sedum album). - Ch. rampants (Lycopodium clavatum). - Ch. en coussinets (Saxifraga sp.). - Ch. frutescents (Astragalus alopecurus). Syn.: chamæphyte., hémicryptophyte(n.f. et adj.) Plante ou qualificatif d'une plante vivace dont les bourgeons de renouvellement sont situés au niveau du sol. - Hémicryptophyte cespiteux : poussant en touffes serrées (Festuca ovina). - Hémicryptophyte rampant (Cynodon sp.). - Hémicryptophyte à scape : dont les inflorescences sont portées par une hampe (Trifolium pratense). - Hémicryptophyte en rosette (Bellis perennis). - Hémicryptophyte bisannuel (Crepis biennis). - Hémicryptophyte caduc (Bryonia sp.). - Hémicryptophyte lithophyte : des éboulis (Rumex scutatus)., etc.).
   - Type chorologique : la répartition mondiale du taxon.

Première observation connue : 1845, Simon-Jude Honnorat (Demandolx).
   Année, découvreur et commune de la première mention connue dans le département.

Du mésoméditerranéen au montagnard de 350 à 1400 m. Héliophile, thermophile à mésothermophile, xérophile à mésoxérophile, calcicole. Moissons, lavandaies, friches anthropisées.
   Altitude et étages de végétation - Conditions écologiques - Milieux de prédilection.
   Pour les conditions écologiques sont pris en compte :
   - L'éclairement, avec trois valeurs : héliophile, mésosciaphile et sciaphile.
   - La température relative avec quatre valeurs : thermophile, mésothermophile, mésocryophile, cryophile. Attention, comme il s'agit d'une notion relative, selon le contexte, on pourra trouver des espèces alpines thermophiles (qui préfèrent les situations les mieux exposées) et des espèces méditerranéennes cryophiles (qui recherchent les situations les plus fraîches dans l'étage méditerranéen).
   - La teneur en eau du substrat, du plus sec au plus gorgé d'eau : xérophile, mésoxérophile, mésophile, mésohygrophile, hygrophile.
   La répartition altitudinale et les conditions écologiques préférées figurent également sous forme de graphes sous les renseignements concernant le taxon.

PC - 75 observations - 30/198 communes - 30/341 mailles. Cet adonis est rare dans toute la partie nord… le Moyen-Verdon, le Haut-Verdon, le Pays de Digne, le Büech-Val de Durance.
   Coefficient de rareté/abondance - Nombre de communes où le taxon est présent - Nombre de mailles où le taxon est présent - Localisation et Répartition.
   L'abondance/rareté est définie à partir du rapport entre le nombre de mailles 5x5 km où le taxon est présent et le nombre total de mailles du département (341).
Code Abondance/rareté Nb de mailles où le taxon est cité % de mailles où le taxon est cité
TC Très commun 217-341 mailles > 63,5 %
C Commun 108-216 mailles 31,6-63,5 %
AC Assez commun 53-107 mailles 15,6-31,5 %
PC Peu commun 26-52 mailles 7,6-15,5 %
AR Assez rare 12-25 mailles 3,6-7,5 %
R Rare 6-11 mailles 1,6-3,5 %
RR Très rare 2-5 mailles 0,6-1,5 %
E Exceptionnel 1 maille ≤0,5 %

Plan national messicoles : situation précaire.
   Statut de protection légale, inscription sur la liste nationale ou régionale des espèces menacées, objet d'un plan de préservation, ou évaluation préoccupante.
   Statuts de protection, de préservation et de vulnérabilité

À l’instar des autres adonis messicoles, Adonis…
   Éventuelle précision ou remarque.

Pointages

   Les relevés n'indiquant que la commune, sans donc de lieu-dit et encore moins de coordonnées, sont localisés sur la mairie de la commune.
   Les relevés indiquant commune et lieu-dit mais sans pointage précis sont localisés sur le lieu-dit de la carte IGN, quand celui-ci existe sur cette carte, ou sur la mairie quand le lieu-dit n'est pas ou plus connu.

   S'il peut être à l'origine de quelques approximations ce choix présente l'avantage de prendre en compte tous les relevés sans, ne concernant que quelques milliers du million de données du département, fausser la perception générale de la répartition des taxons.

Prospection

Nombre da taxons connus par commune au 1er février 2021
Nombre da taxons connus par maille au 1er février 2021
Tous les relevés du département (en vert ceux réalisés par Infloralhp)
La pression de prospection relative par commune en 2021
   En 2021 le département des Alpes-de-Haute-Provence commence à être bien connu, même si la pression de prospection reste encore inégalement répartie.
   Depuis la création du Conservatoire botanique national alpin de Gap, en 1992, et celle d'Infloralhp, en 2002, le nombre de relevés a presque triplé, et celui des observations a été pratiquement multiplié par 10, ce qui a permis la découverte de 300 nouvelles espèces.

Année Nb de relevés Nb d'observations Nb d'espèces avérées*
1900 ± 7.500 ± 14.000 1.587
1950 ± 31.500 ± 40.000 2.030
1990 ± 39.500 ± 118.000 2.185
2002 ± 63.000 ± 410.000 2.340
2020 ± 110.000 ± 1.050.000 2.497

*Espèces (sous-espèces non comprises) indigènes ou naturalisées (les plantes cultivées, horticoles ou essences introduites ne sont pas prises en compte)

Et, dans le détail, selon le rang des taxons :

Taxons cités dans le département Avérés indigènes ou naturalisés Avérés horticoles ou agricoles À confirmer ou infirmer Cités par erreur Total
Familles 117 10 2 3 132
Genres 759 62 14 52 887
Espèces 2.497 172 144 655 3.470
sous-espèces 539 10 76 98 723
Hybrides - - - - 112
Tous les taxons - - - - 5.324