Recherche rapide (aide ?)

Navigation (aide ?)

Les 4 résultats...

Chénopode
Oxybasis Kar. & Kir., 1841

Chénopode glauque
Oxybasis glauca (L.) S.Fuentes, Uotila & Borsch, 2012

Ansérine rouge
Oxybasis rubra (L.) S.Fuentes, Uotila & Borsch, 2012

Chénopode des agglomérations
Oxybasis urbica (L.) S.Fuentes, Uotila & Borsch, 2012

Mentions légales

Les données mises en forme dans cet Atlas en ligne (carte, textes, graphiques...) ne peuvent être utilisées ou reproduites sans l'accord explicite d'INFLORALHP.

Les photos et illustrations de cet Atlas en ligne sont la propriété exclusive de leurs auteurs. Sauf indication contraire, elles peuvent être utilisées suivant les conditions de la licence Creative Common CC-CY-NC-SA (citation de l'auteur - pas d'utilisation commerciale - partage dans les mêmes conditions).



Picride fausse vipérine

Helminthotheca echioides (L.) Holub, 1973

Picris echioides L., 1753

Asteraceae
(†Composées)
Description

   d'après la Flore de Coste
• Plante annuelle à tige de 3-10 dm. dressée, rameuse, hispide.
• Feuilles très rudes, hispides, oblongues, les radicales entières ou lâchement sinuées, rétrécies en pétioles, les supérieures cordées-embrassantes offrant deux oreillettes arrondies.
• Involucre à folioles extérieures largement ovales-cordées, acuminées, les intérieures étroites atténuées en longue pointe.
• Fleurs jaunes.
• Akènes jaunâtres ou rougeâtres un peu comprimés, ridés transversalement, brusquement terminés par un bec capillaire aussi long que l'akène. Aigrette à soies blanches plumeuses.

  • n° 968 du catalogue de L. Laurent (Helminthia echioides Gaertn.).
  • Indigène avec extension anthropique. Juillet-octobre. Thérophyte, hémicryptophyte. Euryméditerranéen.
  • Première citation connue : 1782, Michel Darluc (Noyers-sur-Jabron).
  • De la basse Durance à 1100 m : surtout étage mésoméditerranéen. Héliophile, mésothermophile, mésophile ou mésohygrophile, indifférent au pH, terricole ou argilicole, nitratophile. Berges des canaux et plans d'eau, friches thermophiles à floraison estivale, milieux rudéraux riches en nitrates, moissons, gravières naturelles, etc.
  • Assez commun - 262 observations - 87/198 communes - 97/341 mailles. Cette plante, avant tout anthropophile, est distribuée au sud d’une ligne Curbans/Entrevaux. Tous les districts sauf les plus alpins (Ubaye, Bassin de Seyne, Haut-Verdon).
Floraison :

JFMAMJJASOND

juillet-octobre
Écologie :

Altitudes :

3000 m
2000 m
1000 m
0 m
Photos de la plante (5 photos disponibles)
1) Survolez une photo pour afficher les informations de prise de vue…
2) Cliquez sur les photos pour les agrandir…
 
Cartographie (Maillage INPN 5x5km)
Assez commun - 97/341 mailles.
  Cité avant et après 1991
96 Cité après 1991 seulement
1 Cité avant 1992 seulement
  À confirmer/infirmer
  Erroné
Rédaction de la fiche : Christian BOUCHER
Référentiel taxinomique : TaxRef v16
Mise en ligne de la fiche le : 01/02/2021
Modification ou ajout de photo(s) le : 29/12/2022