Recherche rapide (aide ?)

Navigation (aide ?)

Les 6 résultats...

Petite pimprenelle
Poterium sanguisorba L., 1753

Petite Pimprenelle
Poterium sanguisorba L. subsp. sanguisorba

Pimprenelle
Poterium sanguisorba subsp. balearica (Bourg. ex Nyman) Stace, 2009

Pimprenelle
Poterium verrucosum Link ex G.Don, 1832

Pimprenelle
Sanguisorba L., 1753

Sanguisorbe
Sanguisorba officinalis L., 1753

Mentions légales

Les données mises en forme dans cet Atlas en ligne (carte, textes, graphiques...) ne peuvent être utilisées ou reproduites sans l'accord explicite d'INFLORALHP.

Les photos et illustrations de cet Atlas en ligne sont la propriété exclusive de leurs auteurs. Sauf indication contraire, elles peuvent être utilisées suivant les conditions de la licence Creative Common CC-CY-NC-SA (citation de l'auteur - pas d'utilisation commerciale - partage dans les mêmes conditions).



Platane

Platanus L., 1753

Platanaceae
Description

   Ce genre holarctique et sud-est asiatique est représenté par une dizaine d'espèces.
   Pour les Alpes-de-Haute-Provence, suivant Flore Méditerranéenne de P. Jauzein et J.-M. Tison, nous ne retiendrons qu'un seul taxon, hybride et morphologiquement variable : "La longue controverse sur le statut taxonomique des platanes cultivés (voir notamment Lopez Gonzales, Anales J. Bot. Madrid 56(1) : 159-161, 1998) semble avoir pris fin avec l'étude moléculaire de Vigouroux et al. (Acta Bot. Gall. 144(2) : 243-251, 1998) : les deux taxons couramment employés et peu distincts, P. hispanica s.s. d'aspect plus proche de P. occidentalis L., et P. acerifolia (Aiton) Willd., d'aspect plus proche de P. orientalis L., seraient les deux pôles morphologiques d'une même combinaison hybride entre ces deux espèces".
   Le platane a été largement utilisé comme arbre d'ombrage et d'alignement à partir du milieu du XIXe siècle détrônant progressivement le micocoulier, arbre traditionnel de la Provence. Phénomène relativement récent, il est devenu subspontané en se naturalisant dans les milieux rivulaires. Il s'y trouve à l'état isolé sans constituer de peuplements monospécifiques. Vu la rapidité de son évolution cette espèce est susceptible de devenir un élément clef des futurs systèmes rivulaires de la région méditerranéenne occidentale.
   La valeur "patrimoniale" des platanes (entendue comme l'étroite association qui est faite de ceux-ci - pourtant exogènes - aux paysages de Provence) est remise en cause par leur dépérissement généralisé depuis l'introduction d'une maladie cryptogamique durant la seconde guerre mondiale. Ce "chancre coloré" (Ceratocystis fimbriata Ellis & Halst.) est transmis lors des tailles (pas toujours très judicieuses) par des outils mal ou non désinfectés. C'est alors logiquement que les individus naturalisés des ripisylves semblent épargnés par la maladie du chancre coloré.

Rédaction de la fiche : Christophe BONNET
Référentiel taxinomique : TaxRef v16
Mise en ligne de la fiche le : 01/02/2021
Modification ou ajout de photo(s) le : 28/12/2021