Recherche rapide (aide ?)

Navigation (aide ?)

Les 2 résultats...

Soude
Soda (Dumort.) Fourr., 1869

Soude commune
Soda inermis Fourr., 1869

Mentions légales

Les données mises en forme dans cet Atlas en ligne (carte, textes, graphiques...) ne peuvent être utilisées ou reproduites sans l'accord explicite d'INFLORALHP.

Les photos et illustrations de cet Atlas en ligne sont la propriété exclusive de leurs auteurs. Sauf indication contraire, elles peuvent être utilisées suivant les conditions de la licence Creative Common CC-CY-NC-SA (citation de l'auteur - pas d'utilisation commerciale - partage dans les mêmes conditions).



Nymphéa

Nymphaea alba L., 1753

Nymphaeaceae

Plante patrimoniale

Description

   Flore de Coste et Flora Helvetica
• Plante aquatique, enracinée dans la vase, à feuilles flottantes.
• Feuilles larges, suborbiculaires en cœur, vertes dessus et rougeâtres en dessous à nervures palmées, pétiole pouvant atteindre 3 m de long.
• Fleurs atteignant 9 cm de large, blanches rarement roses, grandes, flottantes, à odeur suave. Sépales 4, lancéolés, blancs en dedans, verts à l'extérieur, marcescents. Pétales nombreux, sur plusieurs rangs, sans fossette nectarifère, les extérieurs dépassant le calice, les intérieurs se transformant progressivement en étamines vers le centre. Étamines nombreuses, jaunes. Stigmate en disque plan à 11-22 rayons.
• Fruits subglobuleux, couverts de cicatrices provenant de la chute des pétales et des étamines.


   Deux sous-espèces sont reconnues dans TaxRefRéférentiel nomenclatural et taxonomique du Muséum national d'histoire naturelle. https://inpn.mnhn.fr/accueil/donnees-referentiels. Le type, à grandes fleurs, et la sous-espèce occidentalis (Ostenf.) Hyl. à fleurs discrètes qui serait indigène en Europe centrale.
   Les plantes de Haute-Provence s'apparentent au type.

  • n° 77 du catalogue de L. Laurent.
  • Indigène. Juin-juillet. Hydrophyte. Européen et asiatique.
  • Première observation connue : Louis Laurent (1935, Le Lauzet-Ubaye).
  • Seule la station du Lac Saint-Léger à Montclar à la base du montagnard (1350 m) apparaît naturelle. Héliophile, mésocryophile, hygrophile. Herbiers aquatiques à feuilles flottantes.
  • Très rare - 23 observations - 3/198 communes - 5/341 mailles. Outre au Lac Saint-Léger à Montclar (Bassin de Seyne), ce nénuphar est signalé dans des situations plus "artificielles", dans un vieux bassin alimenté par une source à Revest-des-Brousses et au lac du Lauzet. Il n'a pas été revu/confirmé dans les marais de Thèze (donnée bibliographique non pointée), il est vrai très dégradés par les aménagements agricoles.
  • Protection régionale PACA. Enjeu de préservation PACA : fort.

   Une perle du département où sa présence dans le lac de Saint-Léger détermine un habitat prioritaire au titre de la directive Habitats. Même si l’on peine à mettre en place une protection pérenne du site, celui-ci ne semble pas menacé dans l’immédiat.
   Son statut patrimonial est lié à sa rareté et à sa protection régionale.

Floraison :

JFMAMJJASOND

juin-juillet
Écologie :

Altitudes :

3000 m
2000 m
1000 m
0 m
Photos de la plante (6 photos disponibles)
1) Survolez une photo pour afficher les informations de prise de vue…
2) Cliquez sur les photos pour les agrandir…
 
Cartographie (Maillage INPN 5x5km)
Rédaction de la fiche : Christophe BONNET
Référentiel taxinomique : TaxRef v15
Mise en ligne de la fiche le : 01/02/2021
Modification ou ajout de photo(s) le : 10/05/2022