Recherche rapide (aide ?)

Navigation (aide ?)

Les 2 résultats...

Bardanette
Tragus Haller, 1768

Bardanette à grappes
Tragus racemosus (L.) All., 1785

Mentions légales

Les données mises en forme dans cet Atlas en ligne (carte, textes, graphiques...) ne peuvent être utilisées ou reproduites sans l'accord explicite d'INFLORALHP.

Les photos et illustrations de cet Atlas en ligne sont la propriété exclusive de leurs auteurs. Sauf indication contraire, elles peuvent être utilisées suivant les conditions de la licence Creative Common CC-CY-NC-SA (citation de l'auteur - pas d'utilisation commerciale - partage dans les mêmes conditions).



Dryoptéride écailleuse

Dryopteris affinis (Lowe) Fraser-Jenk., 1979

Dryopteridaceae

Plante patrimoniale

Description

   Flore de Coste et R. Prelli
• Fougère vivace à souche très épaisse gazonnante portant des frondes en touffe qui se dessèchent et disparaissent progressivement l'hiver.
• Frondes de 50 cm à plus d'1 m, courtement pétiolées, à pétiole et rachis densément écailleux, oblongues-lancéolées, très atténuées inférieurement, bipennatiséquées, non glanduleuses. Limbe luisant, à texture coriace. Pennes nombreuses, étroitement lancéolées, pennatipartites marquées d'un point noir sur le rachis au niveau de leur insertion (caractère observable seulement sur les plantes fraîches). Pinnules nombreuses, arrondies ou à sommet tronqué, à dents peu marquées, celles des pennes basales symétriques ou presque de part et d'autre du rachis de la penne.
• Sores assez gros (1,5 mm), peu nombreux, toujours distincts, en lignes rapprochées de la nervure médiane et couvrant à peine les 2/3 inférieurs des lobes. Indusies en croissant circulaire à attache centrale ne se rétractant pas à maturité.
   Il est très proche de D. filix-mas dont il se distingue essentiellement par la présence, à l'état frais, d'une tache noirâtre sur le rachis en regard de l'axe des pennes.


   Les plantes du département appartiendraient à la sous-espèce cambrensis, mais aucune de la dizaine d'observations ne précise la sous-espèce.

  • n° 2318 du catalogue de L. Laurent.
  • Indigène. Juin-septembre (fructification). Hémicryptophyte. Paléotempéré.
  • Première citation connue : 1988, André Borel, Jean-Louis Polidori (Saint-Paul).
  • Du montagnard au subalpin (1450 à 2100 m). Mésosciaphile, mésocryophile, mésophile, silicicole, acidicline. Sous-bois des forêts caducifoliées de montagne, éboulis fixés.
  • Très rare - 4 observations retenues/9 - 2/198 communes - 3/341 mailles. Si les données de l'Ubaye sont "bonnes", il y a peut-être un problème d’identification pour celles du Haut-Verdon issues d’un seul découvreur dans des secteurs pourtant très prospectés comme le lac d’Allos ou la forêt de Monier. Ubaye. Haut-Verdon ?

   Sa rareté en Provence, et particulièrement dans le département, méritent une attention particulière que souligne son statut patrimonial.

Floraison :

JFMAMJJASOND

juin-septembre (fructification)
Écologie :

Altitudes :

3000 m
2000 m
1000 m
0 m
Photos de la plante (1 photo disponible)
Cliquez sur une photo de cette planche pour l'agrandir.
1 photo disponible pour ce taxon
Cartographie (Maillage INPN 5x5km)
Rédaction de la fiche : Christophe BONNET
Référentiel taxinomique : TaxRef v16
Mise en ligne de la fiche le : 01/02/2021
Modification ou ajout de photo(s) le : 29/12/2022