Recherche rapide (aide ?)

Mentions légales

Les données mises en forme dans cet Atlas en ligne (carte, textes, graphiques...) ne peuvent être utilisées ou reproduites sans l'accord explicite d'INFLORALHP.

Les photos et illustrations de cet Atlas en ligne sont la propriété exclusive de leurs auteurs. Sauf indication contraire, elles peuvent être utilisées suivant les conditions de la licence Creative Common CC-CY-NC-SA (citation de l'auteur - pas d'utilisation commerciale - partage dans les mêmes conditions).



Grande ciguë

Conium maculatum L., 1753

Apiaceae
(†Ombellifères)
Description

   d'après Ombellifères de France, J.-P. Reduron
• Plante de grande taille (atteignant 2 m et plus), glabre, produisant une odeur désagréable, nitreuse, plus ou moins ammoniaquée, souvent comparée à celle de l'urine de souris. Tige ronde, lisse, pruineuse et maculée de taches rouge-brun surtout à la base (parfois verte).
• Feuilles grandes, pouvant atteindre 50 cm, triangulaires dans leur pourtour, 2-4 divisées en très nombreux segments ovales-lancéolés, longs de 10-20 mm, profondément lobés. Feuilles supérieures semblables.
• Ombelles disposées en cymes et formées de (6)7-15(20) rayons subégaux. 3-6 bractées lancéolées, larges, marginées de blanc. (1)2-9(10) bractéoles de même morphologie, pouvant être réfléchies et déjetées vers l'extérieur et parfois connées à la base.
• Fleurs blanches, sépales non développés. Pétales obovales courtement échancrés. Étamines blanches ou jaune clair, puis brun clair, égalant le pétale. Stylopode blanc-vert.
• Fruit glabre, brun-grisâtre, (2)2,5-4(5) mm, largement ovale, un peu comprimé latéralement (face commissurale plus ou moins rétrécie), parcouru de côtes souvent crénelées et ondulées. Vittae indistinctes à maturité (mais présentes dans le fruit jeune). Styles horizontaux ou récurvés, aussi longs à deux fois plus longs que le stylopode.
   L'espèce est assez facile à reconnaître par sa forte taille, le fait qu'elle soit peu feuillée à la base à la fructification. Le feuillage froissé présente cette odeur forte, aminée. Le plus souvent la tige est nettement maculée. Enfin les fruits sont caractéristiques avec leurs côtes plus ou moins ondulées-crénelées..

  • n° 819 du catalogue de L. Laurent.
  • Indigène avec extension anthropique. Juin-août. Hémicryptophyte. Paléotempéré.
  • Première observation connue : Charles Flahault à Val-d'Oronaye (Meyronnes, 1897).
  • Méso- et supraméditerranéen en 500 et 1200 m. Héliophile, thermophile, mésophile, calcicline, nitratocline. Lits des cours d’eau, berges et talus, abords des villes, villages et fermes.
  • Peu commun - 41 observations - 23/198 communes - 27/341 mailles. Bien connu à l'extrême ouest du département, il est disséminé par ailleurs. Pays de Banon, Buëch-Val de Durance, Pays de Manosque, Jabron, Adret de Lure, Pays d’Annot, Bassin de Seyne.
Floraison :

JFMAMJJASOND

juin-août
Écologie :

Altitudes :

3000 m
2000 m
1000 m
0 m
Photos de la plante (8 photos disponibles)
1) Survolez une photo pour afficher les informations de prise de vue…
2) Cliquez sur les photos pour les agrandir…
 
Cartographie (Maillage INPN 5x5km)
Peu commun - 27/341 mailles.
  Cité avant et après 1991
17 Cité après 1991 seulement
10 Cité avant 1992 seulement
  À confirmer/infirmer
  Erroné
Rédaction de la fiche : Christophe BONNET
Référentiel taxinomique : TaxRef v15
Mise en ligne de la fiche le : 01/02/2021
Modification ou ajout de photo(s) le : 10/05/2022