Recherche rapide (aide ?)

Mentions légales

Les données mises en forme dans cet Atlas en ligne (carte, textes, graphiques...) ne peuvent être utilisées ou reproduites sans l'accord explicite d'INFLORALHP.

Les photos et illustrations de cet Atlas en ligne sont la propriété exclusive de leurs auteurs. Sauf indication contraire, elles peuvent être utilisées suivant les conditions de la licence Creative Common CC-CY-NC-SA (citation de l'auteur - pas d'utilisation commerciale - partage dans les mêmes conditions).



Cétérac officinal, Herbe dorée

Asplenium ceterach L., 1753

Ceterach officinarum Willd., 1804

Aspleniaceae
Description

   Flore de Coste
• Fougère vivace en rosette de 5-15 cm, à souche courte, épaisse, gazonnante.
• Feuilles en touffe, roulées en crosse dans leur jeune âge, étalées, à pétiole court et couvert d'écailles, étroitement oblongues, pennatiséquées, à lobes courts, ovales-obtus, entiers ou crénelés, alternes, confluents, épais, glabres et verts en dessus, couverts en dessous d'écailles brillantes d'abord argentées puis roussâtres.
• Fructifications disposées à la face inférieure des frondes en sores allongés, droits, épars, placés obliquement sur la nervure médiane, dépourvus d'indusie.
   Les pennes arrondies à face inférieure couverte d'écailles argentées à rousses sont caractéristiques de cette espèce.


   Deux sous-espèces sont reconnues. Seul le type, tétraploïde, est présent en France. La sous-espèce bivalens se rencontre dans le sud de l'Europe centrale, de la Sicile à la Bulgarie et en Afrique-du-Nord.

  • Indigène. Mai-septembre (fructification). Hémicryptophyte. Paléotempéré.
  • Première citation connue : Déjà cité de plusieurs communes dans le Catalogue d’Honnorat en 1832.
  • Mésoméditerranéen à montagnard de 250 à 1800 m. Héliophile à sciaphile, thermophile, mésoxérophile, silicicole à calcicole, saxicole. Rochers et vieux murs.
  • Commun - 796 observations retenues/799 - 137/198 communes - 175/341 mailles. Le cétérach est présent dans tous les districts du département. Commun en plaine, sauf sur le Plateau de Valensole, il devient plus rare dans le Haut-Verdon et l’Ubaye.

   Sa capacité de reviviscence lui permet d’être présent même dans les milieux ensoleillés méditerranéens. Desséché et rabougri au cœur de l’été, il revit dès les pluies d’automne… jusqu’à l'été suivant.

Floraison :

JFMAMJJASOND

mai-septembre (fructification)
Écologie :

Altitudes :

3000 m
2000 m
1000 m
0 m
Taxinomie (Liens entre une espèce et ses sous-espèces)
•  Asplenium ceterach L., 1753
  ↳ Asplenium ceterach L. subsp. ceterach
Photos de la plante ( 7  photos disponibles)
1) Survolez une photo pour afficher les informations de prise de vue…
2) Cliquez sur les photos pour les agrandir…
 
Cartographie Asplenium ceterach
Commun - 137/198 communes
 Cité après 1999
 Cité avant 2000 seulement
 À confirmer/infirmer
 Erroné
Rédaction de la fiche : Christophe BONNET
Référentiel taxinomique : TaxRef v17
Mise en ligne de la fiche le : 01/02/2021
Modification ou ajout de photo(s) le : 11/03/2024