Recherche rapide (aide ?)

Navigation (aide ?)

Les 7 résultats...

Berce
Heracleum L., 1753

Berce du Jura
Heracleum alpinum L., 1753

Berce du Caucase
Heracleum mantegazzianum Sommier & Levier, 1895

Berce naine
Heracleum pumilum Vill., 1779

Patte d'ours
Heracleum sphondylium L., 1753

Berce élégante
Heracleum sphondylium subsp. elegans (Crantz) Schübl. & G.Martens, 1834

Grande Berce
Heracleum sphondylium L. subsp. sphondylium

Mentions légales

Les données mises en forme dans cet Atlas en ligne (carte, textes, graphiques...) ne peuvent être utilisées ou reproduites sans l'accord explicite d'INFLORALHP.

Les photos et illustrations de cet Atlas en ligne sont la propriété exclusive de leurs auteurs. Sauf indication contraire, elles peuvent être utilisées suivant les conditions de la licence Creative Common CC-CY-NC-SA (citation de l'auteur - pas d'utilisation commerciale - partage dans les mêmes conditions).



Bifora rayonnant

Bifora radians M.Bieb., 1819

Apiaceae
(†Ombellifères)
Description

   d'après Ombellifères de France, J.-P. Reduron
• Plante glabre très aromatique à odeur tenace.
• Feuilles basales 1-2-divisées-pennées en derniers segments ou lobes linéaires (largeur 1-3 mm), les caulinaires 2-3-divisées-pennées en derniers segments ou lobes étroitement linéaires (± 0,5 mm).
• Ombelles terminales, rayonnantes. composées de 3-8 rayons. Involucre et involucelles absents ou peu développés [1 -3 bracté(ol)e(s)].
• Sépales non développés. Pétales inégaux, les circonférentiels bifides, atteignant 4-5 mm. Anthères vertes, pollen blanc. Styles allongés (± 2 mm), beaucoup plus longs que le stylopode réduit, apprimés sur le fruit à maturité.
• Fruit inodore, didyme, plus large que haut (2-3,3 x 4-7 mm), échancré au sommet, finement granuleux, plus ou moins luisant. Vittae indistinctes à maturité.
   L'odeur de la plante est déjà un bon critère d'identification, dès le stade plantule. L'espèce peut se confondre avec Coriandrum sativum au stade floral, mais celui-ci possède des feuilles basales simplement lobées, un involucelle, des sépales lancéolés accrescents, des pétales souvent veinés de rosé foncé, des anthères rosé violacé ou jaunes, et, plus tard, des fruits globuleux parcourus de côtes ondulées peu marquées.

  • Exogène archéophyte. Juin-juillet. Thérophyte. Méditerranéen et touranien.
  • Première observation connue : Maurice Breistroffer (Entrepierres, 1946).
  • Méso- et supraméditerranéen (250-1300 m). Héliophile, thermophile, mésoxérophile à xérophile, calcicole, argilicole. C'est un taxon que l'on rencontre dans les cultures de céréales d’hiver dont il ne s’écarte guère dans les zones rudérales.
  • Commun - 673 observations - 109/198 communes - 124/341 mailles. En forte régression au niveau national, comme la plupart des messicoles, Bifora radians est encore assez commun dans la moitié sud-ouest du département.
  • Plan national messicoles : situation précaire.

   Il se reconnaît facilement à sa très forte odeur de coriandre (mais C. sativum a des feuilles basales simplement lobées et non totalement divisées) et ses fruits formés de deux petits méricarpes globuleux et soudés.
.

Floraison :

JFMAMJJASOND

juin-juillet
Écologie :

Altitudes :

3000 m
2000 m
1000 m
0 m
Photos de la plante (9 photos disponibles)
1) Survolez une photo pour afficher les informations de prise de vue…
2) Cliquez sur les photos pour les agrandir…
 
Cartographie (Maillage INPN 5x5km)
Commun - 124/341 mailles.
3 Cité avant et après 1991
117 Cité après 1991 seulement
4 Cité avant 1992 seulement
  À confirmer/infirmer
  Erroné
Rédaction de la fiche : Christophe BONNET
Référentiel taxinomique : TaxRef v15
Mise en ligne de la fiche le : 01/02/2021
Modification ou ajout de photo(s) le : 10/05/2022