Recherche rapide (aide ?)

Mentions légales

Les données mises en forme dans cet Atlas en ligne (carte, textes, graphiques...) ne peuvent être utilisées ou reproduites sans l'accord explicite d'INFLORALHP.

Les photos et illustrations de cet Atlas en ligne sont la propriété exclusive de leurs auteurs. Sauf indication contraire, elles peuvent être utilisées suivant les conditions de la licence Creative Common CC-CY-NC-SA (citation de l'auteur - pas d'utilisation commerciale - partage dans les mêmes conditions).



Doradille des murailles

Asplenium trichomanes L. subsp. trichomanes

Aspleniaceae
Description

   Rémi Prelli
   Les quatre sous-espèces citées dans le département sont difficiles à distinguer morphologiquement, seul un examen microscopique permettant une identification certaine. Dans leurs formes les plus typiques, elles se caractérisent par :
- subsp. trichomanes : rachis brun-rougeâtre, fin, pennes assez petites, arrondies, fixées obliquement sur le rachis, espacées dans la moitié supérieure de la feuille qui se rétrécit progressivement pour se terminer par un petit segment terminal. Spores de 29-36 µm.
- subsp. quadrivalens : rachis brun-noir assez robuste, pennes ovales-allongées peu dentées, insérées perpendiculairement au rachis et assez rapprochées.
- subsp. pachyrachis : frondes coriaces, à rachis épais et cassant, plaquées au rocher dont elles épousent les irrégularités. Les pennes allongées, fortement dentées, et très rapprochées se recouvrent souvent partiellement.
- subsp. inexpectans : elle ressemble à une petite forme de la subsp. quadrivalens dont elle ne se distingue guère que par le sommet des frondes brusquement rétréci et terminé par un segment large et bien individualisé.


   Diploïde. La sous-espèce type est la plus rare des quatre sous-espèces présentes dans les Alpes-de-Haute-Provence. Elle est citée pour la première fois en 1998 lors d'une session de la Société Botanique du Centre-Ouest (SBCO) organisée dans le Haut-Verdon (donnée non pointée). Depuis, elle a été citée à Barrême et Saint-Paul dans les années 2000. Silicicole et montagnarde, elle ne doit guère s'éloigner des massifs du nord-est du département qui seuls satisfont à ces deux conditions écologiques. La donnée de Barrême apparaît alors douteuse.
   Dans tous les cas, le faible nombre de données précisant la sous-espèce et la difficulté à identifier celles-ci, source potentielle de nombreuses erreurs, ne permettent pas d'appréhender précisément la répartition de cette sous-espèce type dans notre département.

Altitudes :

3000 m
2000 m
1000 m
0 m
Taxinomie (Liens entre une espèce et ses sous-espèces)
Cartographie (Maillage INPN 5x5km)
Rédaction de la fiche : Christophe BONNET
Référentiel taxinomique : TaxRef v15
Mise en ligne de la fiche le : 01/02/2021
Modification ou ajout de photo(s) le : 10/05/2022